UCC & OPPT – Tout est commerce

Tout est commerce, oui vous entendez bien : tout est commerce. Quand vous tuez quelqu’un et que vous allez en prison, vous n’allez pas en prison car ce n’est pas un tribunal de droit commun, un tribunal coutumier, mais c’est un tribunal administratif.

N’oubliez pas : L’être humain lui à une date d’anniversaire et il est de conception.

Accrochez-vous : Vous allez en prison car vous avez lésé l’état d’une rente sur laquelle il avait capitalisé !  En fait ce qui se passe, c’est qu’à votre naissance, à la naissance de votre personnalité juridique qui est sur l’acte de naissance, vous avez une date de naissance et avec les tables de mortalité actuarielles (en gros ce sont les calculs d’assurance vie), et donc avec votre date de naissance et votre âge, ils sont capables de vous donner une valeur.

C’est comme ça que l’on fait pour calculer les assurances vies tout simplement. A votre naissance, ils vous ont donné une valeur par ce qu’ils ont déterminé que vous allez mourir en moyenne à telle date, ce que vous allez accumuler comme dettes, comme paiements, comme consommations, en gros tout ce que vous allez faire tout au long de votre vie.

Le “on” c’est bien sûr l’état pour qui vous êtes une ressource humaine, donc l’état va se servir de votre valeur comme caution pour ses emprunts. En fait, l’état a vendu votre énergie comme dans Matrix, ils vous ont vendu comme des piles à la naissance, pour créer leurs crédits et faire leurs emprunts.

Le plus beau c’est que cette avancée dans le droit social qui est la sécurité sociale, sert à nous relier à des comptes bancaires sur lesquels l’état peut endetter comme il veut votre personnalité juridique. Et vous en tant qu’être humain qui représentez cette personnalité juridique, vous passez toute votre vie à courir et à rembourser !

Les numéros de sécurité sociales sont en fait des numéros de comptes bancaires. Vous avez une succursale de la banque de France au 31 rue des trois petits champs à Paris. Ces comptes spécifiques servent à créer la dette et en même temps de caution, c’est pourquoi nous sommes tous rattachés à ces comptes-là.

Ils font la même chose avec les réfugiés, c’est à dire que la première action est de leur attribuer un numéro de sécurité sociale. Ces comptes peuvent être suivis grâce à l’IBAN et la dette se transfert, se ballade et s’échange dans le monde entier.

A chaque fois qu’ils doivent transférer de la dette, ils vont créer des comptes dans les banques étrangères avec votre numéro de sécurité sociale.

Ces recherches ne sont pas qu’une théorie et quand par exemple on se confronte à la police et que l’on connait les lois, cela leur pose de vrais problèmes. En effet, le policier doit avoir un nom pour avoir juridiction sur vous et cela parait logique mais le policier ne sait pas pourquoi il faut qu’il ait un nom.

Par ce que ce nom ne nous appartient pas et il leur appartient à eux les policiers et au système. Ils en font ce qu’ils veulent, donc les papiers leurs appartiennent. Si vous avez vos papiers dans votre voiture, vous êtes obligés de leur présenter sinon vous êtes en déshonneur. Or il n’y a aucune loi qui vous oblige à avoir vos papiers.

Cette bien une illusion, le gouvernement et la police n’ont aucune autorité sur vous, rien du tout. Ce sont des sociétés qui interagissent avec votre personnalité juridique par ce qu’elle est aussi une société.

 


Dans la même série, article suivant