UCC & OPPT – Un chien qui aboie

En langage juridique “comprendre” quand par exemple le juge vous demande “Vous comprenez les accusations ?”. Alors toi tu dis “oui” parce que tu as compris, sauf que comprendre en jargon juridique veut dire accepter !

Vous avez bien compris, c’est très vicieux et toute la justice est comme ça. Quand on arrive dans le tribunal, on est considérés comme des chiens qui aboient, des animaux à quatre pattes qui aboient.

L’avocat, si tu ne cites pas de code, si tu ne donnes pas de chiffres, il ne te comprend pas. Donc, comme tu ne connais pas son langage pour lui c’est comme si tu es un chien qui aboie.

De quoi à besoin un chien qui aboie, d’un maître pardi (quand tu penses qu’on paye le prix fort ces bâtards d’avocats pour se faire traiter de chien, attention j’adore les animaux).

Quand tu es au tribunal et que le juge ou l’huissier disent “levez-vous”, ça pourrait être considéré comme un contrat mais c’est surtout quand il appelle l’accusé et qu’il appelle une personnalité juridique : “Monsieur NOM et PRENOM” en majuscules. Le problème c’est qu’à l’oral, tu ne fais pas la différence avec ton nom d’être humain quand il est prononcé.

Il faut donc faire la différence et surtout quand quelqu’un te demande si tu es la personnalité juridique et que tu te lèves, cela veut dire que tu l’as reconnu.

Il faut que vous compreniez bien que c’est cette personnalité juridique qui soumises aux lois, pas vous !

Les lois ne sont faites que pour les personnalités juridiques que vous représentez sans arrêt quand vous acceptez d’êtres la personnalité juridique. Eh donc, quand vous dites “oui”, c’est plié = citoyen, donc le contribuable, le conducteur du véhicule, tout cela se sont des fictions et vous, vous êtes des êtres humains fait de chair, d’os et de sang.

C’est là que réside la fraude ! En fait avant aujourd’hui vous ne le saviez sans doute pas. Si vous ne reconnaissez pas votre personnalité juridique, vous êtes qui alors ? On n’a plus d’existence légale, on n’est plus soumis à leur droit alors ? Quand il n’y a plus de droit, comment cela se passe ?

Pour trouver ces réponses, il a fallu revenir en arrière et savoir comment les gens vivaient avant pour comprendre le sens d’aujourd’hui.

En tant qu’être humain, pas en tant que personnalité juridique, tu peux reconnaître les lois que tu veux, tu peux être citoyen si tu veux, personne n’a le droit de t’obliger.

Nous sommes tous libres, nous n’avons jamais été emprisonné. C’est ça qui est dur comme message : On nous a conditionné.


Dans la même série, article suivant