Confédération européenne des syndicats : Les traîtres !

Les gilets jaunes constituants du 91 ont fait une belle vidéo à ce sujet. Il est important pour vous les syndicalistes de base et les autres salariés, de comprendre comment vous êtes trahis par vos dirigeants syndicaux et l’europe.

Je me souviens d’un temps où j’étais syndicaliste, où je brassais du vent, où je croyais aider les autres, où le combat syndical était important pour moi, mais il arrive toujours le moment où tu te rends compte que tu n’es qu’un acteur dans cette pièce de théâtre et que le metteur en scène c’est le groupe qui dirige les syndicats nationaux et européens, bref les traîtres !

Il faut savoir que la CGT, FO, CFDT, CFTC, UNSA, font partie de la confédération européenne des syndicats. Cette confédération européenne des syndicats c’est quoi ? C’est une organisation qui regroupe 89 organisations membres issues de 39 pays européens ainsi que 10 fédérations syndicales représentant plus de 45 millions de membres.

Elle est reconnue par l’union européenne, par le conseil de l’europe et l’association européenne de libre-échange comme seule organisation syndicale interprofessionnelle européenne représentative.

C’est Laurent Berger qui préside cette confédération, elle est reconnue par l’union européenne et ce n’est qu’avec elle que l’union européenne négocie. Admettons mais qui les financent ? C’est la commission européenne !

En 2016, il y a deux lignes de budget pour la CES (confédération européenne des syndicats). La première se monte à 18,2 millions d’euros pour l’information et les actions de formations en faveur des travailleurs. La deuxième c’est relations industrielles et dialogue social pour un montant annuel de 13,95 millions d’euros.

Il doit y avoir d’autres lignes de budget mais elles sont cachées au public. Il faut savoir que cette CES est financée en majeure partie par la commission européenne.

Le média Agoravox précise dans un de ses articles que la CES est une partie intégrante des institutions européennes et elle est subventionnée à la condition expresse que la CES défende la construction européenne, c’est à dire les diktats de la commission européenne.

A noter que la CES a défendue l’euro, les lois qui ont supprimé et détruit le code du travail. La CES a également défendu le mémorandum d’austérité imposé à la Grèce. Un des nombreux effets produit par cette austérité demandait aux patients d’apporter leurs draps en cas d’hospitalisation et sa propre nourriture, c’est ignoble.

La CES a également soutenu le traité de fonctionnement de l’union européenne en faisant bloc avec le partenariat et en tournant le dos aux travailleurs qui eux de Paris à Amsterdam ont massivement rejetés ce traité.

Les grandes orientations de la politique européenne, appelé GOPE, publiées le 23 mai 2018 indiquaient dans son dixième paragraphe que pour les retraites il y a 37 régimes de retraites qui coexistent en France et en gros et surtout en clair, il faut harmoniser et maîtriser les dépenses publiques, rien que ça !

Donc il n’y a pas de détour à faire, les centrales syndicales savaient très bien ce qui allait se passer pour les retraites. Tout est dit bande de traîtres, vous le saviez !

Comme la CES est achetée par l’europe, elle est obligée de trahir sa base et qui dirige la CES, c’est Laurent Berger ! Les dirigeants syndicaux vont se coucher et laisser passer la réforme, tout ça pour du pognon et du pouvoir, virez-moi ces voleurs !