La mafia judiciaire, mandataire judiciaire

Il faut expliquer comment certains juges finissent par devenir adjudicataire de biens qu’ils ont mis en liquidation judiciaire et tout ceci en totale impunité.

Que les tribunaux soient administratifs ou judiciaires, ça n’a aucune espèce d’importance, c’est la méthode, c’est le système. Le livre d’Ernest Pardo décrit l’existence d’une méthodologie.

Cette méthodologie comporte 12 typologies, ces 12 typologies se déclinent en 144 techniques de perversion des textes et des procédures. L’auteur a inventé deux néologismes, un qu’il appelle “la juridistique” dire tout ce qui est perversion des textes et la “judiciaristique” c’est la perversion des procédures.

Tout ceci s’applique en 16 tableaux stratégiques et comporte 68 plans tactiques. Ce qui veut dire que lorsque vous rentrez devant une juridiction, vous êtes en face non pas d’un juge, qui n’est pas là pour appliquer le droit pas du tout, il est là pour gérer sa carrière.

Quand vous êtes devant un tribunal, ce tribunal, il va servir d’alibi à la supercherie judiciaire de laquelle sont victimes toutes les personnes qui s’adressent à lui.

En croyant, comme dans certains tribunaux de commerce, qu’on va pouvoir trouver le salut en se déclarant en cessation de paiement et en bénéficiant d’un plan. Or, 97% d’entreprises qui s’adressent aux tribunaux de commerce sont liquidées à la première audience.

Ce qui pose la question de la sélection de ces mandataires judiciaires. On nous dit qu’ils sont omniscients mais en quoi ? Si on calcule le nombre d’entreprise que chacun d’entre eux doit traiter, environ 440 entreprises par an et par personne.

Cela veut dire qu’ils ont deux jours pour redresser soi-disant une entreprise. Cette entreprise peut être un hôtel, une chaîne de grands magasins, une boutique comme une boucherie, un artisan ou une multinationale.

Ils ont deux jours, alors il faut qu’on m’explique comment ces omniscients peuvent-ils redresser une entreprise dans laquelle ils ne connaissent rien. Ils ne sont même pas capables de citer les trois premiers concurrents principaux de ces entreprises et ils prétendent la redresser ?

El le chef d’entreprise qui lui évolue depuis dix, quinze, vingt ou trente ans dans son secteur et qui n’a pas pu le surmonter pour des questions occultes, lui on l’évince complètement, il n’a pas le droit à la parole.


Dans la même série, article suivant