Autodestruction des banques centrales, partie 1

Nouvelle Conscience partage : La dictature criminelle de l’état profond. Le faux argent crée une richesse bidon, le faux argent tue de réels gains pour les investisseurs et fait de la prospérité une illusion. L’Étalon Or est à nos portes. Se libérer du système de banque centrale. Voilà les sujets qui seront traités dans cette série.

Les banques centrales ne veulent pas se séparer de leur contrôle mondial

Les banquiers centraux font tout ce qu’ils peuvent pour rester au pouvoir, ils ne veulent pas perdre le contrôle. Et c’est leur modèle d’affaires par lequel ils provoquent finalement leur propre disparition.

Ils ont endetté les gouvernements pour les contrôler en créant de la fausse monnaie à partir de rien pour la prêter avec des intérêts attachés au gouvernement qui doit ensuite écouter ce que disent les banquiers.

Sinon, ils recherchent les actifs réels et c’est la raison pour laquelle les gouvernements et la population sont massivement asservis par la dette. Les banques centrales ne veulent pas se séparer de leur pouvoir et de leur contrôle.

Par conséquent, les banquiers du monde entier contrôlent presque tous les gouvernements. C’est le cas en Europe depuis des siècles et depuis la création de la Réserve fédérale en 1913 aux États-Unis.

Cette emprise a été encore renforcée par l’abolition du lien à l’or pour le dollar américain en 1971. La majorité du public pense que le gouvernement reçoit de l’argent via les impôts perçus des citoyens. Cet argent, à son tour, semble-t-il, est ce qui paie tous les services et programmes nécessaires au fonctionnement du pays.

Mais ce n’est pas du tout le cas. Au lieu de cela, pas un sou versé au gouvernement par le peuple ne paie réellement de services ou de programmes. L’argent collecté auprès des citoyens va directement aux banques centrales privées, à la Banque d’Angleterre et à la Banque du Vatican.

Il s’agit de la façon dont les banques centrales fonctionnent réellement et volent la population.

La récente baisse d’urgence de la Fed de 50 points de base a ramené les rendements sur 10 ans à un nouveau record. Il est peu probable qu’ils l’aient envisagé, car cela a écrasé le marché boursier.

C’est là que cela devient problématique ; alors que les actions se sont initialement rassemblées sur la « bonne nouvelle » des baisses de taux, l’optimisme s’est rapidement estompé, car la nature intermédiaire de la décision a soulevé plus de questions qu’elle n’y a répondu.

Au moins, cela indique que la situation est pire que ce que l’on craignait initialement. Si les banquiers centraux deviennent nerveux, nous devrions tous l’être.


Dans la même série, article suivant