Il est revenu le temps des collabos.

Je vais encore me faire des copains avec cet article, mais il faut quand même que je vous dise que le temps des “collabos” est revenu. D’ailleurs a-t-il un jour disparu ?

La version récente des “collabos”, ce sont des personnes qui signalent visiblement en masse à la police leurs voisins ou les promeneurs quand ils ne respectent pas le confinement. C’est ignoble, en faisant cela on devient juge donc voyou.

Honte à vous, vous passerez sans doute à la tondeuse à la fin du “con-finement”, c’est pour bientôt. La nature humaine est bien surprenante parfois. Déjà en temps normal, il y a les balances qui te vendent aux impôts pour une poignée d’euros et ceux qui traînent derrière leurs fenêtres pour te fliquer.

On les retrouve de partout et aussi dans le monde du travail, je pense aux salopards qui ont assassiné les personnes âgées dans les établissements comme les Ehpad ou hôpitaux.

J’ai fait circuler une vidéo à ce sujet, vous savez le rivotril administré à un résident qui était conscient. Qui a fait l’injection mortelle avec la complicité de 2 médecins ?

Ne serait-ce pas les gens que l’on applaudi tous les soirs à 20h ? Ne serait-ce pas les mêmes personnes qui empêchent les familles de rendre un dernier hommage aux personnes décédées ?

Ne serait-ce pas les gens du pouvoir qui empêchent la prise de traitement efficace dès la prise en charge ? Ne serait-ce pas les forces de l’ordre qui couvrent toute cette magouille du coronavirus ? J’apporte régulièrement mes réponses dans les articles du site.

Il y a aussi les collabos appelés sayanims qui servent efficacement le système. Certains fonctionnaires à commencer par ceux de l’état-civil qui nous mettent en esclavage dès notre naissance avec la complicité des maires qui sont les gardiens du temple.

Je pourrais facilement étendre cela aux parasites, tu sais ceux qui ne produisent rien et qui se font un salaire sur ton dos et là ça devient exponentiel. Cela passe aussi par l’europe, l’onu et l’oms.

Heureusement, c’est bientôt terminé, nous allons être libérés peut-être sans violence. Ce jour-là, les collabos fuyez ne vous retournez-pas…

C’est triste, mais il fallait l’écrire.

2 Comments

Les commentaires sont fermés.