Le principe de précaution

Le principe de précaution a pour but de prévenir les risques encore inconnus ou incertains. Il entre en jeu en cas d’incertitude scientifique, c’est-à-dire lorsque les études sont insuffisantes ou trop controversées pour démontrer l’existence d’un risque.

Alors de quoi parle-t-on ? En clair et sans décodeur, quand tu ne sais pas, abstiens-toi ! Je reviens souvent sur le sujet des vaccins, ce génocide contre l’humanité.

Qui est complice dans cette affaire ? Ils sont nombreux : De celui qui fait l’injection à celui qui va créer toute cette mixture criminelle. Je fais exprès de partir à l’envers.

Tous les vaccins humains sont bourrés de nanoparticules toxiques et les autorités laissent faire, c’est hallucinant, pourquoi ?

A cela il faut ajouter l’aluminium ou le mercure qui font également office de conservateurs.

Ils n’apparaissent pas dans les ingrédients, pourquoi ?

Certains vaccins ont entre 5 et 12 microgrammes par litre de mercure alors qu’en comparaison le seuil limite pour l’eau du robinet est de deux parties par milliard par litre d’eau. On est dans des doses 5 000 fois plus élevées.

Il est où le principe de précaution ? Taisez-vous le business doit se faire. On ne peut pas fermer les yeux sur 8 000 cas d’autisme par an qui sont diagnostiqué vers 2 ans et demi.

Il y a des diabètes insulinodépendants chez des bébés, chose que l’on n’avait jamais vu auparavant.

Petit rappel pour l’autisme : On était à un cas sur 10 000 il y a une trentaine d’années et à présent c’est 1 cas sur 100, et personne ne se pose la question ?

Il y a des méthodes de vaccination inédites comme par exemple administrer l’hépatite B à un nourrisson de deux mois, c’est hallucinant ! Certains médias affirment même que les vaccins sont composés de produits naturels. Là on marche sur la tête, ils m’expliqueront comment on trouve de l’aluminium à l’état naturel, ce n’est pas possible !

Ou alors je ne prends pas en compte des dizaines d’années d’épandage de chemtrails composés aussi d’aluminium. Suis-je bête ? Non pas vraiment, présent dans la nature ne veut pas dire que c’est la nature qui l’a produit. Vous saisissez la nuance ?

Ce fameux principe de précaution qui devrait nous guider dans nos choix est balayé par des bien-pensants qui nous dictent notre conduite. Les exemples sont nombreux, je ne veux pas tous les citer.

Quand on applique le principe de précaution, on se donne la possibilité d’exprimer son libre arbitre. On va comparer les versions qui nous sont servies et ainsi choisir en conscience.

Eh oui mes amis, nous sommes capables de faire nos propres choix et en conscience, cela s’appelle la souveraineté de l’être humain.

Si tu ne peux pas aider quelqu’un, abstiens-toi au moins de lui nuire.

Daniel Desbiens

Prenez bien soin de vous.