Trahison des droits de l’homme – 2

Partie 2 – Continuons cette série sur les droits de l’homme et du citoyen imposés par les forces du mal. Contrairement à ce qui est dit en permanence, la France n’est pas à l’origine de la création des droits de l’homme.

Inspirée de la déclaration de l’indépendance américaine de 1776 et de l’esprit philosophique du 18ème siècle, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 marque la fin de l’ancien régime et le début d’une ère nouvelle (c’est ce que l’on a voulu nous faire croire).

Expressément visée par la Constitution de la 5ème République, elle fait aujourd’hui partie de nos textes de référence. Voyons l’histoire officielle :


La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est, avec les décrets des 4 et 11 août 1789 sur la suppression des droits féodaux, un des textes fondamentaux votés par l’Assemblée nationale constituante formée à la suite de la réunion des États Généraux.

Adoptée dans son principe avant le 14 juillet 1789, elle donne lieu à l’élaboration de nombreux projets. Après de longs débats, les députés votent le texte final le 26 août 1789.

Elle comporte un préambule et 17 articles qui mêlent des dispositions concernant l’individu et la Nation. Elle définit des droits « naturels et imprescriptibles » comme la liberté, la propriété, la sûreté (à ne pas confondre avec la sécurité), la résistance à l’oppression.

La Déclaration reconnaît également l’égalité, notamment devant la loi et la justice. Elle affirme enfin le principe de la séparation des pouvoirs (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui).

Ratifiée seulement le 5 octobre par Louis XVI sous la pression de l’Assemblée et du peuple accouru à Versailles, elle sert de préambule à la première Constitution de la Révolution Française, adoptée en 1791.

Bien que la Révolution elle-même ait, par la suite, renié certains de ses principes et élaboré deux autres déclarations des Droits de l’Homme en 1793 et 1795, c’est le texte du 26 août 1789 qui est devenu une référence pour nos institutions, notamment dans les Constitutions de 1852, 1946 et 1958.

La Déclaration de 1789 inspire, au 19ème siècle, des textes similaires dans de nombreux pays d’Europe et d’Amérique latine. La tradition révolutionnaire française est également présente dans la Convention européenne des Droits de l’Homme signée à Rome le 4 novembre 1950.


Bon vous voyez que à peine nés, ces droits de l’homme et du citoyen se sont vu greffés une constitution et une république maçonnique. L’illusion de liberté est de courte durée.

D’autant plus que depuis janvier 2017, la séparation des pouvoirs n’est plus effective puisque directement sous l’autorité de l’état, par un simple décret. Même la cour de cassation puisqu’elle est manipulée par la franc maçonnerie.

N’oubliez-pas : Observez l’image ci-dessus avec la symbolique de la pyramide et de l’œil qui vous observe, le tout masquant le soleil. Tout est dit !


Dans la même série, article suivant