Trahison des droits de l’homme – 5

Partie 5 – N’oubliez-pas : Observez l’image ci-dessus avec la symbolique de la pyramide et de l’œil qui vous observe, le tout masquant le soleil. Passons à l’article 5.

La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article 5

C’est sans doute l’article le plus libéral, à priori. En pratique, il y a tellement de lois et d’interprétations possibles qu’ils trouveront bien quelque chose à vous reprocher.

Comment définir : les actions nuisibles à la société. On ne parle plus de l’homme mais de la société qui est un domaine très vaste. La confusion est de mise.


La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse.

Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 6

La loi acquiert une légitimité de nature à égaler et même à surclasser les droits fondamentaux : “La loi est l’expression de la volonté générale”.

Cette affirmation péremptoire est une fiction, dans la mesure où la “volonté générale” est une figure de style utilisée à la fois par les régimes démocratiques et par les régimes totalitaires.

Elle réduit à néant l’idée même de droits de l’homme. Ceci devient manifeste dès l’article 7.


Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu’elle a prescrites.

Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant ; il se rend coupable par la résistance.

Article 7

Vous devriez commencer à comprendre l’arnaque à partir de cet article 7. Des ordres arbitraires, je veux bien mais quand c’est la justice qui est à l’origine, qui va pouvoir les neutraliser ?

Tous les états du monde sont forclos depuis fin 2012, seul le droit commun devrait perdurer. Il n’en est rien, puisque nous sommes en dictature. Pour plus de compréhension, je vous invite à lire la série UCC & OPPT.


La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article 8

Dans cet article la loi s’applique à qui ? L’homme ou le citoyen qui lui n’est qu’un bout de papier.

Tu pourras te consoler en te disant qu’il n’y a pas d’effet rétroactif possible dans les nouvelles lois.

Je suis presque certain que l’étage du dessous qui est la constitution, l’a prévue.


Dans la même série, article suivant