Trahison des droits de l’homme – 7

Partie 7 – N’oubliez-pas : Observez l’image ci-dessus avec la symbolique de la pyramide et de l’œil qui vous observe, le tout masquant le soleil. C’est la fin de cette série, passons à l’article 15.

La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Article 15

Cet article devrait permettre d’informer les citoyens sur le système fiscal et la gestion des deniers publics, d’encourager un esprit d’économie dans les dépenses et services publics. La réalité est tout autre, vous n’avez pas un accès simple à ces informations.


Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Article 16

C’est le cas depuis début 2017, qu’est-ce qui change ? Rien n’a changé, nous sommes en dictature. L’état ne se justifie même plus, il commande et vous obéissez comme de braves moutons, de braves contribuables.


La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Article 17

Sauf que depuis le jour de ta naissance, tu es devenu un citoyen. Tout ce qui est la propriété du citoyen appartient à l’état. Exemple : faites des recherches sur la notion de propriétaire et de possédant. Vous comprendrez où se situe l’arnaque.


Ce qu’il y a de particulièrement troublant dans cette déclaration française, c’est que tous les droits dits “naturels et imprescriptibles” sont limités par l’autorité légale.

Ils ne sont plus alors, au mieux, qu’un privilège fragile accordé par la bienveillance du législateur. Dans le cas contraire, la citoyenneté peut en toute bonne conscience dévorer l’humanité.

Cinq ans après la Déclaration de 1789, les 40 000 morts de la Terreur en sont la preuve irréfutable.

Si l’on s’en tient à logique de la Déclaration, le droit de résistance ne pourrait s’appliquer que lorsque l’oppresseur ne domine pas le pouvoir législatif. L’idée que “la loi est l’expression de la volonté générale” est naïve, étonnamment naïve, et disons-le, suspecte.

Le XXème siècle donne assez d’exemples de dictateurs parvenus au pouvoir par les élections. Les stratégies de domination passent quasiment toujours par la maîtrise ou pour le moins l’influence sur le pouvoir législatif.

Une déclaration des droits de l’homme n’est utile que si elle permet de se défendre contre les grandes oppressions, et en particulier celles des États totalitaires.

Dans ce cadre, la Déclaration française de 1789 n’est d’aucune utilité.


Découvrir les autres séries