Les vertus de l’Artemisia – 4

Partie 4 – C’est une aubaine dans ce pays où une grande majorité de paysans disposent de moins d’un euro par jour…

L’odeur de l’artemisia séchée parfume désormais les villages malgaches. Mais il s’agit d’une culture d’exportation pour produire des médicaments et non pour soigner directement la population de Madagascar avec la plante.

Quelques paysannes ont bien compris l’intérêt d’un circuit court. « Si on a la malaria, dès qu’on a de la fièvre, on ajoute une petite pincée d’artemisia et on le boit et la fièvre disparaît ».

En 2001, Alexandre Poussin accomplit toujours son « Africa Trek ».

On se souvient qu’il avait été soigné par un médicament chinois à l’artémisinine, soigné mais pas guéri.

Il fait une nouvelle crise de malaria en Éthiopie.

J’avais un signe aigu d’un paludisme qui pouvait m’emporter. Ça faisait trois jours que je l’avais, on arrivait un peu en perdition au dispensaire.

On m’a administré de la tisane d’artemisia, la même plante, mais sous forme de gélules ou de comprimés fait par un laboratoire. La plante en tisane et j’ai bu trois litres de cette tisane en une journée.

Le soir même j’allais beaucoup mieux, je me levais et le lendemain soir, je n’avais plus de symptômes. Je n’étais plus malade et à ce jour, 15 ans après, je n’ai toujours pas eu de rechute.

J’ai le « palu » mais il n’est jamais revenu et je ne me suis jamais soigné avec une thérapie occidentale.

Alexandre Poussin

Relaté dans son livre vendu à plus de 400 000 exemplaires, cet épisode va intéresser des médecins, des herboristes et des humanitaires. Mais ils vont se heurter aux dogmes.

L’artemisia annua est une jolie plante, une Asteraceae, qui est très efficace mais interdite en France.

Interdite par le gouvernement, par le codex alimentarius, par l’OMS, par plein de gens qui travaillent en pool avec les laboratoires pharmaceutiques et avec l’ordre mondial aujourd’hui.

Nous avons ensuite tenté notre chance dans une herboristerie spécialisée. Sur les étagères, à côté de l’artichaut pas d’artemisia ! Il arrive très souvent que des gens viennent nous demander cette plante effectivement surtout quand ces personnes ont voyagé que ce soit en Afrique ou en Asie.

L’herboriste leur répond que la réglementation française ne nous autorise pas à disposer de cette plante. En Belgique, un arrêté royal de 1997 répertorie les plantes dangereuses qu’il est interdit de vendre ou consommer. Parmi elles, l’artemisia annua pourtant nullement nocive.

Curieusement, elle est autorisée au Luxembourg voisin où vit le professeur Pierre Lutgen.

Il a travaillé longtemps pour des multinationales de la chimie.

A l’âge de la retraite, il a rejoint une ONG active dans la lutte contre le paludisme.

C’est à ce moment-là qu’il a fait connaissance avec l’artemisia et qu’il en a senti tout le potentiel…


Dans la même série, article suivant