Synergie entre le vaccin et la 5G – 3

Partie 3 – Ces preuves réfutent maintenant l’idée que nous pouvons attraper un virus et qu’il peut y avoir une pandémie de virus. The Natural Human Diet (‘Fasting and Man’s correct diet’ – by R.B.Pearson 1921)

2 – Ces expérimentations sont discutées dans un livre de E.W. Cordingley, Docteur en médecine : Les docteurs en médecine travaillent sur la théorie bactérienne de la maladie… Mais la théorie bactérienne faiblit déjà et s’attend à être balancée.

Les Drs Fraser du Canada et Powell de Californie ont fait des expérimentations avec des milliards de bactéries de toutes variétés, mais ils ont été incapables de produire une seule maladie par l’introduction de bactéries chez des sujets humains.

Le Dr Waite tenta pendant des années de prouver la théorie bactérienne sans pouvoir y parvenir. Pendant la Guerre mondiale fut conduite une expérience sur l’Île Gallop (Massachusetts) dans laquelle furent injectées des millions de bactéries de la grippe chez plus d’une centaine d’hommes à l’hôpital du Gouvernement et personne n’eut la grippe.

Les bactéries sont des charognards.  Principles and Practice of Naturopathy. E.W. Cordingley, M.D.., N.D.,A.M.

3 – Boston et San Francisco – Tentatives échouées d’infection – également discutées dans le livre Virus Mania de Torsten Engelbrecht et al.

Afin de mieux pouvoir évaluer la maladie de masse déroutante, fut entreprise une tentative de simulation d’infection avec bénévoles à Boston en nov. 1918. Il s’agissait de 62 marins en bonne santé accusés de délinquance et envoyés en prison.

On leur avait promis une grâce sous la condition de participer à une expérience. 39 d’entre eux n’avaient pas eu la grippe, la théorie voulait donc qu’ils seraient particulièrement susceptibles à l’infection et la maladie mais les résultats ne prouvèrent rien de la sorte, comme le décrit la journaliste scientifique américaine Gina Kolata dans son livre Influenza (Kalata, Gina, Influenza. Die Jagd nach dem Virus, Fischer, 2003) :

Les docteurs de la Navy collectaient le mucus d’hommes qui étaient très gravement malades de la grippe, rassemblant d’épaisses secrétions visqueuses de leurs nez et gorges.

Ils vaporisèrent le mucus des malades de la grippe dans le nez et la gorge de certains hommes et le firent tomber au compte-gouttes dans les yeux d’autres hommes.

En une tentative ils prélevèrent avec un coton-tige le mucus du fond du nez d’un homme grippé et puis directement celui du septum nasal d’un autre patient et le frottèrent directement sur le septum nasal de l’un des bénévoles.

Essayant de simuler ce qui se produit naturellement lorsque des personnes sont exposées à des victimes de la grippe, les docteurs emmenèrent 10 des bénévoles à la salle d’hôpital où des hommes mouraient de la maladie.

Les malades gisaient blottis sur leurs lits étroits, brûlants de fièvre, s’endormant et se réveillant emportés dans leur délire. On donna des instructions aux dix hommes sains : chacun devait aller jusqu’au lit du malade et de s’en approcher, se pencher sur son visage, respirer son haleine fétide et discuter avec lui 5 minutes.

Afin de s’assurer de la totale exposition de l’homme sain à la maladie de l’homme alité, le malade devait expirer profondément pendant que l’homme sain inspirait directement dans ses propres poumons le souffle du malade.

Enfin, la victime de la grippe toussa 5 fois sur le visage du bénévole…


Dans la même série, article suivant

2 Comments

  1. J’avais mis un commentaire sur le C-19 et fb m’a fait une menace. Ils l’ont enlevé pour que le public ne sache pas ce que l’Italie a découvert et le remède qu’elle apporte.

Les commentaires sont fermés.