Les responsables, la victime !

Si vous êtes trop sensibles, je vous recommande de ne pas lire cet article, sinon bienvenue. De quoi s’agit-il ? De vaccins, de la responsabilité des intervenants et de l’innocente victime.

Tout est parti d’une discussion avec mon ami Jacques pour protéger un enfant et lui éviter d’être vacciner. Les parents sont convaincus que les vaccins sont mauvais. Jusque-là, rien d’anormal et surtout cela pourrait être rassurant de savoir que ces parents s’inquiètent des conséquences de la vaccination.

Très bien, mais c’est la suite qui est étrange. Donc ces parents ont consulté au moins une dizaine de médecins qui leurs ont clairement signifié qu’ils ne feront pas de certificat de complaisance pour éviter la vaccination.

La démonstration est faite, les médecins sont des agents du système.

Ils viennent de mettre à la poubelle leur serment d’hypocrite, nous tenons là notre premier responsable. Si tu n’es pas sage docteur, un bon toutou bien obéissant à l’ordre des médecins, à la sécurité sociale, big pharma et à l’état, tu n’auras plus de “sous sous” dans la poche.

Donc ferme ta gueule et pique l’enfant ! Vous êtes complices de crimes contre l’humanité ! Certes quelques-uns résistent, mais ils sont trop peu nombreux.

Viennent ensuite les directeurs ou directrices d’écoles et de crèches.

Ils vont exiger que l’enfant soit vacciné pour l’admettre dans leur établissement en s’appuyant sur les directives du ministère de la santé, des lois et de leurs hiérarchies.

A aucun moment il n’est pris en compte le bien-être de l’enfant, ces directeurs ou directrices ont-ils une conscience ? Eh ben NON, donc ils ferment leur gueule et se rendent complices de crimes contre l’humanité. Certes quelques-uns résistent, mais ils sont trop peu nombreux.

Viens le tour de la justice ou du simulacre de justice. Eh oui, la justice n’existe plus ! Avez-vous oublié que depuis fin 2012 tous les états sont forclos ! L’état n’existe plus, il ne tient que par la force et la dictature. Peut-être que ne vous le saviez pas ? Je connais un site qui en parle, le mien par exemple.

Donc libre à vous d’ester en justice mais rare sont ceux qui obtiennent réparation quand le crime est déjà commis. Même si par le plus grand des hasards vous gagnez votre procès et après des années de combats on vous donne une certaine somme, cela ne va pas ramener votre enfant à une vie normale. L’argent ne réparera pas sa vie brisée, très souvent à jamais !

Alors notre discussion avec Jacques partait d’un exemple de parents qui se posaient la question de comment faire, 2 ans avant l’entrée en crèche de leur enfant, pour éviter de le vacciner ? C’est bien d’anticiper, c’est rare !

Ils lui ont indiqué qu’ils iront jusqu’au procès pour ne pas accepter la vaccination. C’est bien, mais ont-ils conscience du parcours du combattant qu’ils vont devoir accomplir ? Je ne pense pas !

Remettre le sort de son enfant entre les mains d’une tierce personne qui ne pense finalement qu’à l’argent, est-ce bien moral ? On a démembré les familles pour satisfaire à la société de consommation, pour avoir le dernier smartphone, la belle maison avec sa piscine, j’en passe et des meilleurs.

Pour que votre enfant ne soit pas une victime, ne devriez-vous pas imaginer, pour un des 2 parents, rester à la maison avec lui et être l’acteur principal de son éducation ? Il existe un tas de solutions pour éviter les vaccins mais je ne peux pas les écrire ici, j’irai tout droit en prison.

Tous les problèmes peuvent se régler au cas par cas, j’en suis persuadé. Commencer par dire “NON je ne consens pas à faire vaccinier mon enfant” c’est aller vers l’inconnu mais c’est donner toutes les chances à votre enfant de ne pas devenir une victime, un dommage collatéral.

Ne comptez pas trop sur les associations pour vous aider à résoudre ce problème crucial de la vaccination. Certaines se battent, oui mais pour quel résultat ?

Membres de ces associations, si vous avez des solutions efficaces pour éviter la vaccination, je me ferai une joie de vous publier !

D’autres servent à canaliser le mécontentement et finalement à ne rien faire. Je ne vais pas me faire de copains sur ce coup-là, on s’en moque !

Je suis une victime de la vaccination, malheureusement je sais de quoi je parle. Alors si cet article vous fait réagir, tant mieux, c’est son but !

Si je n’avais pas eu la volonté de m’en sortir depuis 53 ans, aujourd’hui je ne marcherais plus, je ne pourrai pas vivre pleinement ma vie !

Il y a toujours des solutions et elles viennent de vous les parents, ne vous rendez pas complices du système malgré vous !

Et surtout, prenez bien soin de votre enfant, je suis certain que vous l’aimez et que vous trouverez la solution !

3 Comments

  1. Docteur Daudon vos vidéos sur VK ont été pour moi très instructives surtout concernant les dogmes pasteuriens! Si bien qu’avec cette pseudo-pandémie à aucun moment je n’ai crains une quelconque contagion puisque la panspermie atmosphérique c’est seulement dans la tête à Pasteur qu’elle a existé! Merci à vous et à vos précieux conseils pour vivre en bonne santé…plus de médocs chimiques seulement du naturel! ❤️

  2. Finalement garder son fils à la maison, l’éduquer,l’instruire, c’est une bonne solution. La méthode syllabique Boscher est excellente. Mes gosses savaient lire avant quatre ans. On évite les vaccins soit ! Isoler l’enfant des autres est-ce une bonne solution ? La menace du procès à l’encontre de la Mairie, responsable de l’école primaire me paraît efficace, puisque par refus d’inscription ils forcent la famille à la vaccination, donc “forcent” à l’empoisonnement du scolarisable. Plusieurs parents ont obtenu l’inscription grâce aux lettres du Pr Fourtillan (interdiction par l’OMS depuis plus de 20 ans de tout vaccin avec aluminium, 8 sur 11), et le document d’Elke Arod de l’association Stélior de Genève (800.000 vaccinés en 2016, 640.000 gosses handicapés),avec en parallèle une menace de plainte contre le responsable pour refus d’inscription en milieu scolaire. Cette solution, avec témoin, serait encore plus efficace si, plusieurs familles se regroupaient dans cette plainte. Quoiqu’en dise Giuseppe, avec juste raison sur la Justice, une menace de plainte collective permettra de crever l’abcès de ce putain de contexte. Loi du 1 janvier 2018, d’obligation vaccinale en opposition flagrante avec la Constitution, la Loi Kouchner de 2002 (toujours en application), les Arrêts de la Cour de Cassation de 1997, le Code civil, Code de déontologie médical, Code de Nuremberg, bref suffisamment d’incohérences pour justifier et faire triompher les volontés parentales. N’oublions pas les textes du Pr Fourtillan irréfutables, s’appuyant et sur la science et sur l’OMS. Ainsi, pour ma part,l’amour indéfectible pour nos descendants doit permettre de ne plus “pissotéger”. Inscrives nos enfants ou procès. Pinailler, ne sert à rien. N’ai-je pas provoqué en duel le Colonel du régiment où était incorporé mon fils ? Résultat, pas de duel, pas de vaccination. Le Colonel ne tenait ni au plomb, ni au coup de sabre. Évidemment les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Parents, à vous de jouer. JH Daudon

Les commentaires sont fermés.