Santé : documents confidentiels !

Chers lecteurs, dans ce document nous allons décrire le fonctionnement de l’appareil d’état face à des médecins qui ont à cœur la santé des êtres humains que nous sommes. Je vous invite à diffuser cet article de partout et par tous les moyens possible, le monde doit savoir !

Voici le mail de Jean-Bernard Fourtillan adressé à Jacques-Henri Daudon et à Tal Schaller !

Le 21 février 2020 à 20:46
Chers Jacques Henri et Tal,
Je vous adresse, une nouvelle fois, la deuxième partie du long courriel que j’ai envoyé aux 4 laboratoires fabricants de vaccins, afin que vous puissiez lire la lettre confidentielle que j’avais adressée au Président de la république le 29 octobre 2019. Bien amicalement et à très bientôt

Jean-Bernard Fourtillan

Et voici les faits vécus par Jean-Bernard Fourtillan :

Comment en sommes-nous arrivés là

Il y a 3 semaines environ, j’ indiquais à tous les malades qui ont participé à l’essai des patchs mixtes de Valentonine et de 6-Méthoxy-Harmalan, et qui lancent des appels de détresse à la suite du blocage inconsidéré des patchs par l’ANSM (Agence Nationale pour la Sécurité des Médicaments) que j’allais débloquer la situation des patchs :

– soit au cours de la semaine du 4 novembre, dans les meilleures conditions, correspondant à la bonne solution, pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, auxquels on impose les 11 vaccins, dont 8 contiennent de l’aluminium, à des doses extrêmement toxiques ;

– soit à partir du mardi 12 novembre, selon la pire des solutions, correspondant à la mauvaise solution, à tous égards.

Le mardi 12 novembre, monsieur Emmanuel MACRON n’avait toujours pas répondu au courrier confidentiel, co-signé par Guy LEGROS, en tant que Président de MALUVAL, et moi-même, en tant que Président du Fonds-Josefa, que nous lui avions envoyé le 29 octobre 2019, et qu’il avait reçu le 30 octobre 2019 (voir courrier ci-après).

Au moment où je m’apprêtais à mettre en œuvre la mauvaise solution, j’ai eu la réponse du Président MACRON, qui m’a envoyé, en guise de réponse à ma proposition de bonne solution,

la police judiciaire avec une quarantaine d’officiers de police judiciaire, de gendarmes, de membres de la police nationale, de la police scientifique, et de médecins du pôle santé, etc., l’ensemble de ces personnes étant coordonnées par 2 juges d’instruction dont Madame Brigitte JOLIVET, qui assurait la direction des opérations.

la police judiciaire avec une quarantaine d’officiers de police judiciaire, de gendarmes, de membres de la police nationale, de la police scientifique, et de médecins du pôle santé, etc., l’ensemble de ces personnes étant coordonnées par 2 juges d’instruction dont Madame Brigitte JOLIVET, qui assurait la direction des opérations.

Le 13 novembre 2019, à 7h du matin, 10 personnes de la police judiciaire ont fait irruption à mon domicile pour une perquisition. Ils m’ont mis en garde à vue pendant 24 heures. Puis sont arrivées d’autres personnes. Au cours de la journée du 13 novembre, 25 personnes différentes se sont présentées dans mon appartement.

Les autres membres de l’opération ont perquisitionné les domiciles des membres du Fonds-Josefa (administrateurs et membres du comité consultatif) et les ont interrogés en les plaçant en garde à vue.

Ma garde à vue s’est poursuivie, au commissariat de police de Poitiers, pendant la journée du 14 novembre, dans des conditions excellentes pour moi. Dès le début de ma garde à vue, j’ai dit à madame la Juge, et à toute son équipe, que j’étais heureux d’avoir l’occasion de pouvoir dire toute la vérité à la justice de mon pays.

Je peux vous confirmer, en particulier d’après les dires de madame la Juge et de tous ses collaborateurs, qu’ils ont tout compris, et que finalement la justice est avec nous.

Le courrier confidentiel adressé au Président MACRON a été saisi et lu par madame la juge. A sa lecture elle m’a dit immédiatement qu’elle avait tout compris, comme vous le comprendrez également en le lisant.

En constatant l’absence totale de réaction du Président MACRON, de la Ministre de la Santé, et de l’ANSM, à ce courrier, et aux appels de détresse des malades de Parkinson et d’Alzheimer, publiés sur le site valentonine.fr, qui réclament les patchs, vous comprendrez que ça n’est pas par cette voie qu’on va débloquer la situation. Ils s’en foutent éperdument ! 

Il faut être réaliste, et ne pas être naïf.

Guy LEGROS, et moi-même nous nous sommes alors sentis libérés de notre promesse de confidentialité envers le Président MACRON.

La seule façon de les mettre hors d’état de nuire, pour la santé des hommes de notre pays et du monde entier, c’est de les rendre coupables, devant la justice, de crime contre l’humanité.

En effet, par leurs incompétences, leurs inadmissibles négligences, et pour des raisons économiques, ils ont condamné depuis 1996, des millions de personnes dans le monde (maladie de Parkinson, scléroses en plaques, etc.), alors que la FDA et l’OMS ont formellement interdit, depuis 23 ans, l’administration à l’homme de tous les médicaments contenant de l’aluminium (pansements gastriques antiacides, et vaccins avec adjuvants aluminiques).


Lettre au président de la république.


Chers lecteurs diffusez au maximum ce scandale d’état où on a oublié le bien être des malades.

6 Comments

  1. Que les Français sachent, que tout savant, chercheurs (Dr Hamer, Jacques Benvéniste, Dr Solomidès, Pr Beljanski,etc.)qui découvrent des solutions pour guérir des patients gravement atteints, et que les produits naturels contribuant à la guérison fassent ombrage aux intérêts des Laboratoires pharmaceutiques, le résultat est pour tous quasiment identique. On traîne ces découvreurs humanistes dans la boue, ou disparaissent de la circulation. Giuseppe est loin d’avoir tort de vous inciter à communiquer les données qu’il vous offre. Ce site mérite qu’on le fasse connaître à tous nos amis et correspondants. Ce type d’informations, recueillant un nombre élevé de lecteurs peut changer le contexte délétère passé, présent et à venir. JH Daudon

Les commentaires sont fermés.