Cogiito.com : Le paradoxe de la charité de Bill Gates !

Une enquête de « Nation » illustre les risques moraux entourant l’entreprise caritative de 50 milliards de dollars de la Fondation Gates.

À l’automne 2020, Netflix a créé un documentaire en trois parties qui promet aux téléspectateurs un regard rare sur la vie intérieure de l’un des hommes d’affaires les plus controversés de l’histoire. Pendant trois heures, Inside Bill’s Brain nous montre un côté émotionnel rare de Bill Gates alors qu’il traite la perte de sa mère et la mort de son ancien meilleur ami et cofondateur de Microsoft, Paul Allen.

Surtout, cependant, le film renforce l’image que beaucoup d’entre nous avaient déjà du technologue ambitieux, insatiable travailleur et philanthrope héroïque. Inside Bill’s Brain tombe dans un piège commun:

  • tenter de comprendre le deuxième être humain le plus riche du monde en interrogeant des personnes dans sa sphère d’influence financière.

Dans le premier épisode, le réalisateur Davis Guggenheim souligne l’intellect expansif de Gates en interviewant Bernie Noe, décrit comme un ami de Gates.

«C’est un cadeau de lire 150 pages par heure», dit Noe. «Je vais dire que c’est 90% de rétention. Un peu extraordinaire.

Guggenheim ne dit pas au public que Noe est le directeur de la Lakeside School , une institution privée à laquelle la Fondation Bill & Melinda Gates a donné 80 millions de dollars. Le cinéaste ne mentionne pas non plus l’extraordinaire conflit d’intérêts que cela présente:

les Gates ont utilisé leur fondation caritative pour enrichir l’école privée fréquentée par leurs enfants , ce qui coûte 35 000 $ aux étudiants par an …

Poursuivez la lecture de cette publication chez :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR