📰 Cogiito.com : La liberté d’expression menacée par les extrémistes de la censure !

Extrait : Par le Dr Joseph Mercola, 5 avril 2021. Un certain nombre de représentants élus du gouvernement utilisent leur position de pouvoir pour faire pression sur les plateformes technologiques afin qu’elles réduisent au silence les voix de l’opposition, ou simplement celles dont ils n’approuvent pas le discours.

En moins d’un an, nous sommes passés de la censure massive des informations sur le traitement du COVID-19, sur l’origine du virus et sur le vaccin contre le COVID-19, à la censure des contestations électorales et des réseaux d’information conservateurs, pour en arriver maintenant à la censure des informations sur le climat.

La censure continuera à s’étendre jusqu’à ce que toutes les bases de la pensée humaine soient couvertes.

Notre discours est l’expression de nos pensées. Mettre fin à la liberté d’expression, c’est mettre fin à l’individu, ce qui est le but final du totalitarisme.

Les douze procureurs généraux des États, la Food and Drug Administration américaine – qui m’a récemment demandé de cesser d’écrire sur la vitamine D pour la prévention du COVID-19 – et les élus du Congrès qui appellent à la censure enfreignent tous la loi.

Selon le premier amendement de la Constitution des États-Unis, « le Congrès ne fera aucune loi … restreignant la libertĂ© de parole ou de la presse … Â».

Le 23 mars 2021, le sénateur Bernie Sanders s’est écarté de la ligne de parti et s’est prononcé contre l’interdiction de l’ancien président Trump par Twitter, déclarant

« hier, c’était Donald Trump qui Ă©tait interdit et demain, ce pourrait ĂŞtre quelqu’un d’autre qui a un point de vue très diffĂ©rent Â».

Il a également fait remarquer qu’il est risqué d’avoir une « poignée de personnes de haute technologie » qui contrôlent la parole en Amérique1.

Poursuivez la lecture de cette publication chez :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR