Cogiito.com – Le « Center for Public Integrity » mandate un « journaliste » pour harceler et terroriser une famille de sceptiques de la vaccination, tout en prétendant protéger la « confiance du public ».

Une association de façade à but non lucratif pour un génocide mondial contre l’humanité – The Center for Public Integrity – a engagé une « journaliste » pour terroriser les membres de la famille et les proches de sceptiques des vaccins dans le cadre d’un programme visant à faire taire tous les critiques sur les vaccins.

Une journaliste de ce centre, nommée Liz Essley Whyte, a parcouru les dossiers en ligne pour essayer d’identifier les personnes qui pourraient être liées à Ty et Charlene Bollinger, fondateurs de The Truth About Vaccines et patriotes pro-Trump, pro-Américains qui osent poser des questions sur la sécurité des vaccins par rapport à leur efficacité.

Dans les courriels acquis par Natural News et montrés ici, Liz Essley Whyte traquait et ciblait les parents du couple Bollinger pour obtenir des « calomnies », et elle a proposé de protéger l’identité de tout parent ou membre de la famille qui offrirait des calomnies sur le « fond. »

Ce sont là des tactiques qui rappellent la Pravda de l’Union soviétique et qui relèvent de l’intimidation psychologique pratiquée sur ordre de régimes autoritaires.

Pourtant, cela est apparemment acceptable aujourd’hui dans le monde du « journalisme » de gauche, qui n’est plus qu’une extension de l’État totalitaire et de son programme anti-humain. Comme je l’ai expliqué hier :

Le Center for Public Integrity fournit ses articles sur le journalisme et le terrorisme à NPR, Mother Jones, Daily Beast, AP, WashPost, NYT et USA Today, parmi d’autres organes de propagande délibérément malhonnêtes qui servent ouvertement la CIA et Big Pharma.

Nous assistons ici à l’abandon complet de la moindre parcelle d’intégrité journalistique par les médias de gauche contrôlés par les grandes entreprises et influencés par les laboratoires pharmaceutiques. Ironiquement, cette campagne de journo-terrorisme est menée sous la bannière de « l’intégrité publique », même si les collaborateurs qui travaillent pour ce groupe de façade n’ont manifestement aucune intégrité…

Poursuivez la lecture de cette publication chez :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR