Cogiito.com : Pourquoi les vaccins COVID sont un rêve devenu réalité pour les banques centrales

Associés au déploiement de technologies de surveillance connexes – dispositifs de suivi numérique, passeports vaccinaux, interfaces cerveau-machine et 5G à l’échelle de la planète – les vaccins COVID sont un élément essentiel du plan des banquiers centraux visant à établir une grille de contrôle mondiale.

Préparés par les médias à assimiler les injections de COVID-19 à une « évasion du long siège du COVID-19 », environ la moitié des adultes américains (54%) ont maintenant accepté au moins une dose de vaccin. Cependant, selon le dernier sondage de CBS News,

au moins quatre Américains sur dix restent dans les catégories « peut-être » ou « non merci ».

Bien que certains médias et responsables de la médecine et de la santé publique se moquent des non-vaccinés en les traitant de péquenots ignorants, les objections des soi-disant « résistants au vaccin » sont loin d’être uniformes ou frivoles.

Des rapports sur des caillots sanguins « rares » et d’autres effets indésirables graves apparaissent presque quotidiennement. Au 26 avril, 3 848 décès post-vaccinaux avaient été signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS).

Face à une hésitation vaccinale généralisée, des responsables de la santé comme Francis Collins, directeur des National Institutes of Health (NIH), ont intensifié leur offensive en matière de relations publiques, notamment en brandissant la menace d’un mandat pour le vaccin COVID.

Cela n’a rien d’étonnant de la part d’une agence de santé comme les NIH, qui est sous l’emprise de l’industrie pharmaceutique et où les conflits d’intérêts sont nombreux.

Mais pourquoi des gourous de la finance comme Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine – un riche avocat et banquier d’affaires – font-ils également des vaccins COVID la pièce maîtresse de leurs pronostics publics ?

Lors d’une récente interview de 60 Minutes, Powell est revenu à plusieurs reprises sur les vaccins COVID, en essayant de démontrer que la reprise économique dépend de la vaccination de tous.

L’intérêt de Powell pour les vaccins COVID n’a guère de sens – à moins de reconnaître la convergence croissante des secteurs de la finance, de la technologie, de la biopharmacie et du renseignement militaire, ainsi que la « coordination politique mondiale » mise au point par les banques centrales privées…

Poursuivez la lecture de cette publication chez :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Je vous invite :
à vous abonner à ma chaîne Odysee,
à visualiser mon album de vidéos sur VK,
et à vous abonner à mon canal Telegram.