Cogiito.com – COVID : les personnes vaccinées excrètent et propagent un désastre génétique aux femmes non vaccinées ?

De nombreuses femmes signalent des cycles menstruels perturbés et inhabituels, des saignements abondants et des fausses couches. De plus, certaines de ces femmes n’ont pas reçu le vaccin COVID, mais elles ont été en contact étroit avec d’autres qui ont été vaccinées – ce qui amène à se poser la question :

Le vaccin COVID (qui est en fait un traitement génétique expérimental) peut-il « excréter » quelque chose de dangereux qui peut être transmis d’une personne à l’autre ?

Cela peut sembler impossible, mais dans le monde de la génétique, beaucoup de choses peuvent mal tourner.

En fait, au cours des 25 dernières années, nous avons eu une illustration de l’excrétion sous les yeux : les cultures OGM.

Si vous vous souvenez bien, Monsanto a assuré à tous que ces cultures – génétiquement modifiées pour survivre à l’herbicide Roundup – seraient florissantes, tandis que les mauvaises herbes succomberaient au produit chimique. Et que s’est-il réellement passé ?

Les mauvaises herbes sont devenues des super résistantes. Et les gènes de Monsanto ont dérivé de ferme en ferme, contaminant des cultures qui n’étaient pas censées être modifiées.

Les gènes de Monsanto ont été « excrétés » et se sont répandus.

Cette propagation n’était pas seulement le résultat d’une pollinisation croisée évidente. Les bactéries présentes dans le sol et dans le système digestif humain ont également absorbé et incorporé les gènes de Monsanto.

Pourquoi l’excrétion et la propagation ne pourraient-elles pas se produire avec un vaccin génétique COVID ?

L’injection de COVID contient un morceau d’ARN. Les nanoparticules d’ARN pénètrent dans les cellules humaines, forçant ces dernières à fabriquer une protéine similaire à celle du virus supposé du SRAS-CoV-2. Le système immunitaire lance une attaque neutralisante contre cette protéine, ce qui lui permet de « s’entraîner » à vaincre le virus s’il se présente plus tard.

Telle est l’hypothèse.

En pratique, qui sait combien de processus dangereux et nocifs différents peuvent être déclenchés dans le corps humain, sans compter la dérive de ces effets génétiques d’une personne à l’autre, qu’elle soit vaccinée ou non.

Oui, je sais que les experts souligneront la différence entre l’insertion de gènes dans les cultures et l’insertion de gènes dans les humains. Ils diront que les cultures OGM sont censées conserver ces nouveaux gènes à long terme, mais que l’injection de COVID n’a que des effets génétiques de courte durée.

En principe, c’est vrai, en théorie seulement

Cependant, l’univers de l’expérimentation génétique est truffé de problèmes, d’erreurs, de conséquences involontaires, ainsi que d’efforts pour fabriquer des armes qui attaquent la vie à des niveaux fondamentaux.

Poursuivez la lecture de cette publication chez :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR