Cogiito.com : Décès dus au COVID – Mettre les chiffres en perspective !

Selon les données des Centers for Disease Control and Prevention, il y a eu plus de décès excédentaires aux États-Unis en 2017, qu’en 2020.

Chaque année, environ 2,8 à 3 millions de personnes meurent aux États-Unis, soit un peu moins de 1 % de la population.

https://www.cdc.gov/nchs/fastats/deaths.htm

Certaines années, les décès dépassent les prévisions, par exemple lors d’une mauvaise année de grippe. Ces décès supplémentaires sont qualifiés de « décès excédentaires ».

En février, le CDC a indiqué qu’il attribuait 376 504 décès en 2020 au COVID-19. Chaque décès est regrettable, mais pour mettre ce chiffre en perspective, les décès dus au COVID en 2020 étaient en fait inférieurs aux 401 000 décès excédentaires de 2017 – une mauvaise année de grippe.

https://www.cdc.gov/nchs/nvss/vsrr/covid19/excess_deaths.htm

Ce résultat reflète les données sur les décès excédentaires d’autres pays, où les décès excédentaires étaient également plus élevés en 2017 qu’en 2020.

Un récent article de recherche publié dans la prestigieuse revue The Proceedings of the National Academy of Sciences fait état de ces statistiques, puis d’une affirmation encore plus surprenante : https://www.pnas.org/content/118/16/e2024850118

« La comparaison est plus frappante lorsque les années de vie perdues (AVP) sont la mesure utilisée. Goldstein et Lee (11) estiment que la perte moyenne d’années de vie pour une personne décédée de COVID-19 aux États-Unis est de 11,7 ans. En multipliant 377 000 décédés par 11,7 ans perdus par décédé,

on obtient un total de 4,41 millions d’années de vie perdues à cause de COVID-19 en 2020, soit seulement un tiers des 13,02 millions d’années de vie perdues à cause de la surmortalité aux États-Unis en 2017 (tableau 1).

La raison pour laquelle la comparaison est tellement plus nette pour les AVP que pour les décès excédentaires est que les décès dus au COVID-19 en 2020 sont survenus à des âges beaucoup plus élevés, en moyenne, que les décès excédentaires de 2017. »

En d’autres termes, si plus de 4 millions d’années de vie ont été perdues en 2020, plus de 13 millions l’ont été en 2017.

Cela fait écho à ce que de nombreux experts disent depuis des mois

Le COVID est comparable à une grippe sévère qui touche de manière disproportionnée les personnes âgées, mais est moins dangereux pour les jeunes même que la grippe.

Certains pourraient prétendre que les décès dus au COVID auraient été bien pires sans les mesures de confinement et les masques obligatoires. Cependant, il est de plus en plus évident que ces interventions non pharmaceutiques n’ont eu que peu ou pas d’effet sur la mortalité due au COVID.

Poursuivez la lecture sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR