Carrefours du monde : Soros a financé le shérif de Maricopa…

Soros a financé le shérif de Maricopa – Le marxisme dans l’armée US- Zoom sur le bitcoin et la Chine.

Retrouver aussi cette vidéo sur mon VK. Consultez sa chaîne YouTube.

De plus en plus d’États reconnaissent que le plan de relance américain de 1900 milliards de dollars produit l’effet inverse sur l’économie.

Cette semaine, l’Indiana, l’Oklahoma et le Texas ont rejoint 19 autres États républicains et abandonné le chèque d’aide hebdomadaire de 300 $.

Des chefs d’entreprise se sont plaints du fait que ce qu’ils peuvent payer pour certains de leurs postes, même si c’est parfois supérieur, ne fait pas concurrence aux chèques de prestations hebdomadaires de 300 $.

Même sans réduction réelle du budget de la police, le mouvement «défund the police» réduit déjà les effectifs des forces de police, indirectement.

En un an et demi, le département de police de Seattle a perdu près de 20% de sa police.

L’agent Clayton Powell est au service du ministère depuis près de 27 ans.

Il a récemment déclaré à un média que quelque 260 agents étaient partis au cours des 18 derniers mois, je cite : «Le soutien que nous avions dans ma génération de policiers n’est plus là.»

En Arizona, le shérif du comté de Maricopa, Paul Penzone, semble avoir plus de travaille que les autres agents des forces de l’ordre.

Penzone a utilisé sa vaste expérience et sa crédibilité pour aider les fonctionnaires du comté à résister aux assignations à comparaître lors de l’audit du Sénat.

Il y a quatre ans, Penzone se présentait contre le républicain sortant Joe Arpaio.

Il a battu Arpaio avec l’aide d’un don crucial de 2 millions de dollars du donateur progressiste et financier George Soros.

Soros a donné à Penzone la plus grande somme parmi toutes les élections locales auxquelles il a fait un don en 2016.

En Pennsylvanie, les fonctionnaires électoraux du comté de Luzerne ont signalé des problèmes avec le matériel de vote Dominion dans les bureaux de vote.

Lors d’une visite dans une usine Ford à Dearborn, dans le Michigan, Joe Biden a rappelé à tout le monde son bilan lorsque Obama et lui étaient au pouvoir.

Biden a affirmé que son ministère de l’Énergie à l’époque avait été «pionnier et transformé» l’industrie des véhicules électriques (VE).

Cependant, ce que Biden a délibérément omis de dire, c’est comment il a permis aux investisseurs chinois proche du régime communiste d’acquérir des sociétés américaines de véhicules électriques.

Le lieutenant-colonel Matthew Lohmeier, commandant de l’US Space Force, a fait la promotion de son livre intitulé «Révolution irrésistible: le but de conquête du marxisme et la défaite de l’armée américaine» sur un podcast.

Lohmeier a fait des commentaires qui vont à l’encontre non seulement de la théorie critique de la race, mais aussi de ce que l’administration Biden tente de mettre en place dans le cadre du système éducatif aux États-Unis.

Lohmeier soutient que dans la théorie critique de la race, «la race est la loupe à travers laquelle le monde est perçu».

Une telle idéologie arme le dialogue racial pour ne faire que provoquer plus de divisions parmi les gens.

La soi-disant poussée de «diversité, inclusion et équité» dans l’armée est en fait enracinée dans le marxisme, qui est selon lui anti-américain.

Pour lui faire payer ses déclarations, Lohmeier a été relevé de ses fonctions et fait actuellement l’objet d’une enquête.

Le Facebook Journalism Project a injecté des centaines de millions de dollars dans les organes de presse et les opérations de vérification des faits et a conclu un partenariat avec le Centre international des journalistes (ICFJ).

Selon The National Pulse, l’ICFJ et donc indirectement Facebook ; finance également l’une des meilleures écoles de journalisme «marxiste» du Parti communiste chinois: la Global Business Journalism School de l’Université Tsinghua.

Le doyen de l’école contrôlée par le Parti communiste chinois cherche à appliquer le marxisme – surnommé «l’orientation politique correcte» – au journalisme, je cite :

«Nous devons nous engager dans une orientation politique ferme et correcte.

Notre école explore activement la théorie et les pratiques du journalisme marxiste, à savoir, l’application de la théorie marxiste à l’observation du monde, à la sélection et à la gestion de la production de nouvelles. »

Alors est-ce au contact de cette école de journalisme que Mark Zuckerberg a développé sa propre politique en matière de censure ?

Pendant de nombreuses années, le régime chinois a permis les opérations en monnaie numérique en Chine.

Toutefois, en 2018, il a commencé à restreindre les transactions en bitcoins tout en continuant à encourager secrètement leur minage.

Maintenant que d’importantes sommes d’argent fuient le pays par le biais des monnaies virtuelles, les autorités chinoises semblent déterminées à sévir.

Paradoxalement, bien que le Parti communiste chinois interdise le commerce des crypto-monnaies comme le Bitcoin, il n’interdit pas le minage des crypto-monnaies.

Selon une étude de Statista en 2020, la Chine réalise 65 % du minage de bitcoins dans le monde.


Je vous invite à vous abonner à ma chaîne Odysee et à mon canal Telegram.