Fédération Galactique : Mise à jour de Plandemic pour le collectif !

Chers amis, nous vivons une période éprouvante pour l’humanité et une période où il est facile de se sentir impuissant ou morose. Ne tombez pas dans la tentation profonde de garder un œil constant sur les ravages de la p@ndémie sur les médias. Plus vous le faites, plus vous le brassez inconsciemment.

Il est important de comprendre que la peur est plus contagieuse que la maladie elle-même, et que la peur ne crée rien d’autre que ce qui est redouté pour le simple fait que ce sur quoi vous vous concentrez se multiplie dans son existence.

Même si nous nous sentons courageux ou spirituels, il y a toujours quelque part une inquiétude ou une peur dans les coins de nos cœurs et il est absolument normal d’avoir cela et d’accepter ce petit sentiment inconfortable, mais il n’est pas sage de le ruminer et de laisser l’esprit l’exagérer pour vous.

Il est fortement recommandé de se concentrer et de faire des choses qui détournent votre esprit des médias et des informations. Mettez-vous à jour, si c’est vraiment nécessaire, avec des textes d’une seule ligne sur les nouveaux flux, puis regardez et continuez à dévorer les images sur les médias, qui sont toujours faites avec une valeur commerciale ou une intention commerciale.

Rappelez-vous, les vidéos et les graphiques qui sont montrés sont fortement et nettement coupés pour vous montrer seulement à quel point les choses sont devenues sérieuses ou pires, car ils savent que la peur fait vendre, mais ils ne se rendent pas compte que la peur multiplie également la panique généralisée et en attire davantage.

J’ai remarqué que leurs voix étaient si aiguës et enthousiastes lorsqu’ils criaient que plus de 3 millions de cas avaient été signalés, mais que la phrase suivante, selon laquelle plus de 2 millions de cas ont été guéris, était dite doucement et de manière peu intéressée, puis la voix s’excitait pour continuer à crier combien de décès étaient survenus.

C’est le triste rôle que jouent les médias en instillant la peur et la panique plutôt que l’espoir et la guérison. Les nouvelles ne sont certainement pas créées dans le but d’assurer votre bien-être ou de vous calmer, bien que ce soit le besoin exact et précis de l’heure dans le pays et dans le monde.

Les personnes qui se cachent derrière les graphiques, les visuels ou les voix-off ne comprennent guère l’impact qu’elles créent sur le collectif qui leur fait confiance pour le statut. Mais ils sont occupés par leur objectif de créer un impact dans leur couverture, afin d’avoir un impact dans leur audience et non pas que vous ou les citoyens aient un autre impact positif dans leurs conditions de vie.

Il n’y a pratiquement aucun pourcentage de ceux qui diffusent les informations dans le monde qui comprennent la science de la contagion de la peur et comment elle peut se répandre rapidement comme une traînée de poudre dans des situations hautement volatiles comme celle-ci.

Même s’ils comprennent, leurs priorités dans le domaine de l’information les poussent à ne pas en tenir compte. Ce que vous voyez et pensez toute la journée est simplement en train de se manifester et imaginez que toute la population y pense et redoute si profondément 24 heures sur 24.

Coupez la chaîne volatile en refusant de participer à ce jeu ou de le transmettre à qui que ce soit, même en pensées, en paroles ou en avances. Nous guérissons et aidons le collectif non seulement par des prières, mais aussi en n’étant pas le combustible qui propage les feux.

Les ignorants peuvent être excusés sur le fait qu’ils ne font qu’ajouter de l’huile sur le feu parce qu’ils ne savent pas, mais ceux qui sont conscients de tout cela et qui s’y plongent en toute connaissance de cause ne peuvent être excusés. C’est une mauvaise tentation que de se sentir obligé de s’inquiéter parce que toute la population est inquiète et de se sentir coupable que si vous ne vous inquiétez pas avec les autres, vous êtes moins concerné ou moins compatissant pour la situation.

Au contraire, vous êtes plus compatissant pour le bien-être des autres lorsque vous êtes vous-même moins accablé par la situation. Si vous pouvez aider physiquement, le mieux est de le faire, mais si vous ne pouvez pas aider, le mieux que vous puissiez faire est d’aider mentalement la situation en gardant à l’esprit l’image d’une issue positive pour le pays et le monde, et cela ne peut certainement pas arriver si vous êtes tout le temps en train de vérifier les nouvelles et de regarder les graphiques édités sans réfléchir sur votre télévision et vos téléphones portables.

Veillez également à ce que vos proches se consacrent à quelque chose de plus utile au lieu de les rejoindre dans leurs angoisses ou leur obsession pour les nouvelles. Résistez à l’envie de diffuser des nouvelles négatives à qui que ce soit sur WhatsApp, etc.

La plupart des nouvelles négatives sont commercialisées pour montrer qu’elles sont utiles et informatives pour vous. Prenez-en conscience immédiatement et coupez-les rapidement de la chaîne. Coupez les conneries en arrêtant la chaîne. C’est une tempête passagère et nous sommes au milieu d’elle.

Il appartient au collectif de décider de faire stagner la tempête qui passe et de la retenir plus longtemps dans son existence ou de la laisser passer en n’y prêtant pas attention. Car c’est le collectif qui a invité la tempête dans le premier cas, et seul le collectif peut la faire passer par un fort manque d’attention unifié.

Mais comme le pourcentage de ceux qui comprennent cela est faible, le pouvoir de ce pourcentage collectif ne doit pas être sous-estimé. Parfois, tout le « faire » lui-même peut faire foirer les choses davantage ; il est plus sage de prendre conscience que parfois quelque chose de puissant peut être fait en ne faisant rien du tout.

Amour et lumière divins.

Page FB : Shifting Into Awareness (en anglais)


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR