Cogiito.com : Les 10 choses que vous ignorez sur les vaccins (et les médias s’en portent bien !)

Chère lectrice, cher lecteur, permettez-moi, je vous en prie, d’être étonné. Je croyais que la science consistait dans l’examen, libre et rationnel, des faits, et que chacun s’en tenait à sa discipline de prédilection. Visiblement, ce n’est plus le cas.

À la télévision, et spécialement en ce qui concerne les « vaccins », nous entendons exposés non plus des arguments, mais des dogmes.

Or, l’argumentation scientifique, comme nous l’a enseigné Aristote, incite à la prudence.

Tandis que les dogmes, eux, incitent à prendre des décisions radicales et dangereuses.

L’inoculation de pans entiers de la population, dont les plus jeunes, avec des produits expérimentaux qui ne sont en rien des vaccins, et dont les conséquences pourraient être incalculables, exigent que nous retrouvions l’usage de la raison.

Et l’usage de la raison, pour sa part, exige que nous posions des questions et que nous interrogions les deux dogmes qui nous sont imposés par la télévision sans que les citoyens aient leur mot à dire :

– Que l’inoculation d’un produit dont on ne sait rien de ses conséquences puisse permettre de se débarrasser du virus une fois pour toute et soit sans danger notable. Que ce soit aux médecins de définir les limites de la démocratie, en disant qui doit se faire vacciner ou pas, quitte à mettre en péril la sécurité du pays ou son renouvellement démographique.

Sur le premier dogme, le consensus médiatique apparaît d’autant plus dangereux qu’il représente un risque considérable pour la population entière.

Le second dogme est tout aussi dangereux,puisqu’il décrédibilise définitivement la science médicale et augure d’un tel reflux intellectuel et moral de l’Occident que l’idée d’un âge sombre se profile.

Car lorsque tout repose sur la foi, le respect de la vie humaine n’est plus qu’une façade.

10 Questions urgentes

1/ 99,7% des personnes qui ont été reconnues comme étant touchées par la pandémie en ont guéri. Combien l’ont eue sans le savoir ? N’a-t-on pas atteint cette immunité collective dont on nous parle tant ?

Car le chiffre de 5,7 millions de personnes testées positives ne signifie rien en lui-même :

les malades asymptomatiques ont-ils été testés quand ils portaient la maladie ? Or il semble qu’ils représentent une proportion considérable des « contaminés ».

2/ Qu’est-ce qui prouve que la prochaine mesure sanitaire vous rendra votre liberté ?

Rien. Le virus est extrêmement mutagène, surtout si l’on continue à vacciner pendant l’épidémie elle-même, comme le faisait remarquer Luc Montagnier au directeur de France Soir, Xavier Azalbert.

3/ Pourquoi l’inoculation du médicament ARN est-elle appelée vaccination ?
Le produit ARN n’est pas un vaccin au sens classique du terme. Il n’y a donc pas de raison qu’il se prévale du prestige des vaccins en termes d’éra-dication des maladies…

L’article complet sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR