Cogiito.com : Les vaccins Covid rendent les hommes infertiles et favorisent le développement du cancer de la prostate.

De nouvelles recherches menées par la Cleveland Clinic de l’Ohio ont déterminé que le coronavirus de Wuhan (Covid-19) et les vaccins qui lui sont associés peuvent entraîner de graves modifications cérébrales associées à la démence et à la maladie d’Alzheimer.

Les troubles cognitifs sont de plus en plus souvent signalés comme une « complication » du virus chinois, mais la réalité est que les injections sont le virus – ce qui signifie que ce sont les injections qui causent les dommages au cerveau.

« Les rapports sur les complications neurologiques chez les patients atteints de la maladie de Covid-19 et les patients atteints de la maladie de longue durée dont les symptômes persistent après la disparition de l’infection sont de plus en plus fréquents, ce qui suggère que [le virus et les vaccins] peuvent avoir des effets durables sur la fonction cérébrale », ont écrit les auteurs de l’étude.

https://www.naturalnews.com/2021-05-26-yes-covid-vaccines-are-spreading-variants.html

Les « vaccins » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) propagent-ils ces « variants » redoutés au sujet desquelles les médias grand public continuent d’user de ce prétexte pour semer la peur ?

Publiée dans la revue Alzheimer’s Research & Therapy, l’étude s’inscrit dans le prolongement de recherches similaires qui ont montré que l’injection d’ARNm par Pfizer et BioNTech pour le virus chinois déclenche le type de dégénérescence cérébrale qui conduit finalement à la démence.

Le dernier article s’appuie sur des recherches qui visaient à déterminer comment et pourquoi certaines personnes testées positives au virus chinois perdent leur sens du goût et de l’odorat pendant un certain temps. Pour aller au fond des choses, ils ont examiné les plans moléculaires d’un grand nombre de gènes associés à la grippe de Wuhan.

Ayant déjà recueilli des données sur des patients atteints du COVID et des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, l’équipe a utilisé l’intelligence artificielle (IA) pour mesurer la proximité entre les deux. Ils ont également analysé divers facteurs génétiques qui pourraient servir de voies d’accès au virus ou aux composants du vaccin pour infecter les tissus et les cellules du cerveau.

Ces « relations significatives basées sur un réseau » entre le virus chinois et la démence ont conduit l’équipe à conclure que les personnes atteintes de cette dernière sont quasiment sans défense contre le premier, du moins en partie parce qu’elles ont un nombre réduit de certains gènes antiviraux…

L’article complet sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR