Fédération Galactique – Retrouvez l’enfant qui est en vous

L’un des traits dominants des énergies de transformation dans lesquelles vous vous trouvez actuellement est l’opportunité de parvenir à un lieu de paix avec les traumatismes passés. Une grande partie de nos traumatismes et de nos schémas karmiques dans cette incarnation sont parfois dus à un manque d’amour de soi et de guérison de notre enfant intérieur.

Guérissez l’enfant intérieur et l’adulte apparaîtra. La reconquête de l’enfant intérieur fait partie du processus de guérison… Souvent, l’enfant intérieur détient des informations et des sentiments pour l’adulte. Certains de ces sentiments sont douloureux, d’autres sont en fait amusants.

L’enfant détient l’espièglerie et l’innocence que l’adulte a dû enterrer. Guérir l’enfant intérieur. Le fait d’avoir été incarné sur cette planète à ce moment précis du temps signifie que nous avons tous un enfant intérieur. Un enfant dont les besoins n’ont peut-être pas été satisfaits, qui a été violé sous une forme ou une autre, qui a fait l’expérience de la négligence,

de l’invalidation, ou qui n’a tout simplement pas reçu la nourriture, l’amour et les soins dont il était digne. Nos tuteurs, en grandissant, ne pouvaient donner que ce qu’ils avaient en eux et l’évolution signifie que chaque génération essaie de faire mieux que la précédente. Il peut sembler troublant de comprendre cela, mais nos âmes ont CHOISI nos incarnations spécifiques – nous avons choisi notre famille, notre époque et notre lieu.

C’est parce que nos âmes voulaient faire l’expérience de certaines choses et entreprendre un voyage bien précis. Si nous regardons profondément en nous, nous pouvons voir qu’au fond de nous-mêmes, certains de nos besoins les plus fondamentaux n’ont pas été satisfaits. Nous avions peut-être toutes les richesses matérielles, mais nous manquions d’affection et de soins.

Ou, dans d’autres cas, nous avons peut-être été victimes d’abus de la part de ceux qui étaient censés s’occuper de nous. Dès notre naissance, nous sommes complètement dépendants des adultes qui s’occupent de nous – notre survie même dépend d’eux. Nous apprenons donc à nous conformer aux attentes de ces adultes et de la société elle-même pour notre survie – souvent au détriment de notre véritable identité et de nos émotions.

La plupart des gens ont tendance à continuer, en apprenant à être de plus en plus durs avec eux-mêmes et leurs émotions ; ils perpétuent l’héritage de l’auto-dévalorisassions qui leur a déjà été inculqué dans leurs années de formation. Nous apprenons à ignorer ce que nous ressentons et ce que notre intuition et notre corps nous disent. Cela conduit à toute une série de problèmes tels que l’anxiété, la dépression ou le syndrome de stress post-traumatique.

Pour être plus gentil avec les autres, il faut d’abord être plus gentil avec soi-même. Aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Nous commettons l’erreur d’essayer d' »être bons » et de « nous intégrer » alors qu’au fond de nous, nous réclamons autre chose. Nous essayons de faire taire cette petite voix, d’ignorer le déchirement de nos tripes, d’écarter l’intuition qui nous dit « non, pas ça ».

Tout cela se fait à notre propre détriment, ce qui nous conduit à être épuisés par cette bataille intérieure continue. Lorsque nous nous sentons aimés à l’intérieur, soutenus et en sécurité, nous avons les pieds sur terre et nous sommes mieux à même de naviguer dans notre voyage terrestre. Cet amour doit venir de nous-mêmes.

Au lieu de regarder continuellement vers l’extérieur pour faire disparaître cette gêne persistante, nous devons en fait faire le contraire – nous tourner vers l’intérieur. Le prochain verre, la prochaine cigarette, la prochaine virée shopping, ou même la codépendance avec un autre, n’apaiseront pas ce qui réclame notre attention ; car ce qui nous appelle, c’est notre enfant intérieur.

Commencez à apprendre à connaître votre enfant intérieur – allez au fond de vous-même et rencontrez-vous, il est temps pour vous d’être un parent et de guérir toute fracture du sentiment de soi. Intuitivement, l’enfant intérieur est toujours là et disponible pour que nous puissions communiquer avec lui. Lorsque nous sommes déclenchés, ce que nous disons peut même ressembler à la colère d’un enfant !

C’est parce que la partie de vous qui est déclenchée est cet enfant qui ressent un traumatisme répété encore et encore. Allez à l’intérieur de vous, et parlez au petit vous qui réside en vous – il peut même avoir plusieurs âges. Si cela vous aide, trouvez une vieille photo de vous quand vous étiez enfant, et commencez à AIMER cet enfant. Que veut-il ou que veut-elle ? A-t-il peur ? A-t-il besoin d’être apaisé ?

Dites à cet enfant que vous êtes là maintenant et que vous ne l’abandonnerez plus jamais. Dites-lui tout ce que vous avez souhaité qu’on vous dise – et vous saurez ce que cela représente individuellement pour vous – nourrissez et apaisez cet enfant qui pleure, soyez son parent et guérissez de l’intérieur. Ce jeune vous qui réside en vous est digne de tout l’amour et de toute la beauté que ce monde a à offrir – vous le savez déjà au plus profond de vous.

Comment pouvez-vous vous regarder comme un enfant et ne pas savoir qu’il en est autrement ? Cette façon différente de vous parler à vous-même est l’amour de soi et la compassion ; c’est vraiment l’une des bases de la guérison des blessures intérieures qui, autrement, se répètent inconsciemment.

Apprenez à vous aimer – chaque aspect de votre personne – aimez-vous de telle sorte que vous soyez rempli d’amour et que celui-ci déborde dans tous les domaines de votre vie. Votre enfant intérieur ne cessera de réclamer votre attention et moins nous l’écoutons, plus ses appels deviendront forts jusqu’à ce qu’il se transforme en un enfant criant et implorant votre attention.

Ce n’est pas une coïncidence si vous lisez ceci – votre enfant intérieur a déjà appelé votre attention et attend. Soyez béni dans votre voyage.

Je suis.

Tu es.

Nous sommes.

L’unité.

Mike Harrigan


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR