Cogiito.com – Considérations opérationnelles provisoires pour la mise en œuvre de l’approche de protection pour prévenir les infections au COVID-19 dans les situations humanitaires

Alors que les langues se délient, que la science s’exprime enfin sur la réalité du COVID, nous constatons avec horreur que nous avons été manipulés, trahit et que les élites n’ont cessé de mentir pour enrichir les puissants et détruire les peuples.

Le SRAS-CoV-2 ou le COVID-19, sont une juste une appellation pour effrayer et pousser à la vaccination criminelle, nous n’avons aucune trace biologique de ce virus tant redouté. Nous savons désormais que les tests PCR ont été conçus sur la base du rhume, car les instances sanitaires n’avaient pas le virus mortel pas plus hier qu’aujourd’hui et pourtant, tout un système de contrôle et d’oppression a été mis en place pour détruire ce que nous avions de plus précieux, la liberté et la santé.

Souvent on me demande :

– Mais si ce n’est pas le virus c’est quoi ?

– C’est une réaction allergique puissante et destructrice crée par la protéine de pointe, dit, protéine Spike et l’oxyde de graphène, qui modifient l’ADN humain pour tenter de le transformer en robot biologique à l’aide des rayonnements 5G, de la Wifi et de tout ce qui transporte des ondes dirigées.

Le corps se défendant contre cette violente agression, provoque des dégâts internes mortels que l’on assimile à des virus qui n’en sont pas.

Tout ce diable est contenu dans le vaccin qui n’en est PAS un, et je ne puis, dès lors, ne pas être considéré comme un antivaxx, puisque ces dispositifs prétendument médicaux et de mauvaise santé, n’en sont pas.

Les vaccins à ARNm sont des thérapies géniques, pas des vaccins.

Hier, les Français ont défilé dans les rues des villes de France pacifiquement, amicalement, pour indiquer leur mécontentement au président Krack-rondHitler, quoi de plus risible pour un tyran qui observe en riant tout un peuple qui lui dit Non.

Il a déjà sous contrôle un troupeau qui s’accorde avec lui sur l’utilité d’une vaccination inutile et dangereuse, il a développé les mêmes méthodes que les nazis en matière de propagande qui ont été utilisées pour motiver le peuple allemand et les peuples d’Europe centrale pour haïr et rendre responsables les juifs des épidémies et de tous les maux de la société, comme il le fait aujourd’hui et avec insistance contre les non-vaccinés.

Les juifs persécutés jadis par les nazis, sont aujourd’hui les non-vaccinés.

Au moins, la dictature de Krack-rondHitler n’est pas raciste, car tous les individus non vaccinés, quelle que soit leur couleur, origine, religion, seront condamnés de la même façon.

Hitler a mis en place des camps de concentration ou camps de travail dans toute l’Allemagne et en Europe centrale pour éliminer d’une part, les juifs pauvres et ceux des classes moyennes, et pour préparer la création de l’État d’Israël avec les sionistes en 1948, comme il préparait l’Europe dans laquelle nous vivons actuellement selon ses exactes plans.

La main-d’œuvre des camps de concentration était gratuite et elle a travaillé pour l’effort de guerre nazi dans des travaux forcés aussi odieux qu’insupportables.

Le président Krack-rondHitler remet le couvert en prenant désormais les non-vaccinés pour les cibles idéales à la réalisation de son plan machiavélique et obéit aux mondialistes en mettant en place à l’aide de l’ancien président du MODEM, l’infameux “Baroud Dhonneurdeleçons, nouveau chef des camps de concentration pour non-vaccinés qui pourront travailler gratuitement pour le nouveau gouvernement nazi LarHeim.

Le lecteur découvrira dans le document suivant le plan organisé par ces traitres à la nation humaine qui ont inventé une fausse pandémie pour assassiner une grande partie de la population mondiale, et je crains que les Français ne mesurent pas encore, malgré les avertissements, malgré les preuves scientifiques, le danger qui les menace et qui menace leurs enfants.

Hier, j’ai reçu un appel d’un ami médecin qui travaille en Ehpad un jour par semaine, celui-ci a découvert fortuitement que les patients de l’établissement, les résidents, répondaient tous à son téléphone Bluetooth comme étant des machines. Son téléphone reconnaissait la présence d’un dispositif électronique à l’intérieur de chaque individu.

Cela confirme ce que j’annonce depuis des mois, une fois vacciné, le sujet est “pucé” et appartient au laboratoire dont le vaccin est issu, il est tatoué génétiquement et reste identifiable par des dispositifs sophistiqués et donc, grâce à la 5G. Le propriétaire de la fréquence installée peut donc interagir avec le sujet sans son accord, et déclencher les fréquences nécessaires pour le rendre malade ou pour le tuer.

Mon ami en pleurait, il ne cessait de répéter :

– C’est un monde de fous, c’est un monde de fous… de fous…

Et je lui répondis :

– Non mon ami, pas de fous, mais d’assassins.

Chère lectrice, cher lecteur, pouvez-vous enfin réaliser ce que ces monstres sont en train de faire à l’espèce humaine ?

Ne voyez-vous pas que nous assistons à un génocide sans tirer une seule cartouche ?

Croyez-vous que circuler pacifiquement dans les rues entourées d’une police qui n’est pas vaccinée et qui n’aura pas d’obligation de se faire vacciner pour le moment, changera quelque chose ?

Lorsque vous serez tous vaccinés et que vous prendrez soudainement conscience du piège dans lequel vous avez été embarqués, vous vous révolterez, mais il sera trop tard, car avec une simple fréquence ils pourront tuer des milliers, des millions de personnes d’un coup.

Ce même ami médecin me disait que dès qu’il rentre sur Paris, il ressent avec insistance les bombardements d’ondes, probablement 5G et que dès qu’il se met un chapeau en papier d’aluminium sur la tête, il se sent mieux.

Pour l’amour du ciel, protégez-vous et battez-vous pour votre vie et celle de vos enfants, car si nous continuons à les laisser agir, il sera trop tard, et ce que nos grands-parents ont vécu durant la Seconde Guerre mondiale ne sera qu’un pâle souvenir par rapport à ce que nous devrons subir.

Nous sommes tous menacés, les vaccinés et les non-vaccinés, nous, les êtres humains sommes désormais menacés d’extinction.

Nous vivons une époque formi… Diable !

Philippe A. Jandrok,
rédacteur en chef de cogiito.com

Considérations opérationnelles provisoires pour la mise en œuvre de l’approche de protection pour prévenir les infections au COVID-19 dans les situations humanitaires

https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/global-covid-19/shielding-approach-humanitarian.html

Mis à jour le 26 juillet 2020

Ce document présente des considérations du point de vue des Centers for Disease Control & Prevention (CDC) des États-Unis pour la mise en œuvre de l’approche de protection dans les contextes humanitaires, comme indiqué dans les documents d’orientation axés sur les camps, les populations déplacées et les milieux à faibles ressources. 1,2  Cette approche n’a jamais été documentée et a soulevé des questions et des préoccupations parmi les partenaires humanitaires qui soutiennent les activités de réponse dans ces contextes. Le but de ce document est de mettre en évidence les défis potentiels de mise en œuvre de l’approche de blindage du point de vue du CDC et de guider la réflexion autour de la mise en œuvre en l’absence de données empiriques. Les considérations sont basées sur les preuves actuelles connues sur la transmission et la gravité de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et pourraient devoir être révisées à mesure que de plus amples informations seront disponibles. Veuillez consulter régulièrement le site Web du CDC pour les mises à jour.

Qu’est-ce que l’approche de blindage ?

L’approche de protection vise à réduire le nombre de cas graves de COVID-19 en limitant les contacts entre les individus à risque plus élevé de développer une maladie grave (« à haut risque ») et la population générale (« à faible risque »). Les personnes à haut risque seraient temporairement relogées dans des zones sûres ou « zones vertes » établies au niveau du ménage, du quartier, du camp/secteur ou de la communauté en fonction du contexte et du cadre. Ils auraient un contact minimal avec les membres de la famille et les autres résidents à faible risque.

Les preuves actuelles indiquent que les personnes âgées et les personnes de tout âge qui ont de graves problèmes de santé sous-jacents sont plus à risque de contracter une maladie grave due à COVID-19. Dans la plupart des situations humanitaires, les groupes de population plus âgés représentent un faible pourcentage de la population totale. Pour cette raison, l’approche de blindage suggère de séparer physiquement les individus à haut risque de la population générale pour prioriser l’utilisation des ressources disponibles limitées et éviter de mettre en œuvre des mesures de confinement à long terme parmi la population générale.

En théorie, le blindage peut servir son objectif de protéger les populations à haut risque de la maladie et de la mort. Cependant, la mise en œuvre de l’approche nécessite une adhésion stricte, au protocole. L’introduction accidentelle du virus dans une zone verte peut entraîner une transmission rapide parmi les populations les plus vulnérables que l’approche tente de protéger.

Un résumé de l’approche de protection décrite par Favas est présenté dans le tableau 1. Voir les Directives pour la prévention des infections au COVID-19 chez les personnes à haut risque dans les milieux à faibles ressources, déplacés et camps et camps pour plus de détails…

L’article complet sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR