Cogiito.com – La grande majorité des personnes hospitalisées avec le COVID en Israël ont été vaccinées

Que se passe-t-il en Israël ? Autrefois loué comme le “leader mondial” dans l’administration de l’injection COVID à ses citoyens, le pays semble maintenant être témoin d’une chute majeure, conduisant au rétablissement d’un mandat de “passeport” d’injection dans tout le pays et d’autres mesures.

Selon le directeur médical de l’un des principaux centres de soins respiratoires du pays, la grande majorité des personnes hospitalisées pour le COVID-19 sont maintenant complètement piquées.

Israël connaît des taux ALARMANTS de cas de percée, alors que la majorité de la population est vaccinée.

Lors d’une récente interview sur la chaîne nationale Channel 13 News, le Dr Kobi Haviv, directeur médical de l’hôpital Herzog à Jérusalem, a admis des statistiques choquantes :

9 personnes sur 10 admises à l’hôpital avec le COVID-19 ont été entièrement vaccinées (la plupart avec le vaccin Pfizer).

95 % de tous les cas “graves” de COVID-19 surviennent chez des personnes entièrement vaccinées.

Cette preuve alarmante des cas de percée remet en question l’efficacité réelle de ces médicaments. La bonne nouvelle, c’est que le nombre de personnes envoyées à l’hôpital est en baisse par rapport aux mois précédents, ce que les médias grand public considèrent comme un exemple de “contexte manquant”.

Le 22 juillet, l’Associated Press (AP) a reconnu qu’”aucune [injection] n’est parfaite pour prévenir les nouveaux cas”, mais que les données suggèrent que ces injections “réduisent le nombre de personnes gravement malades, hospitalisées ou qui meurent du virus”.

L’AP ajoute qu’”Israël n’a qu’une fraction des cas de COVID-19 qu’il avait en janvier”, avant que les injections ne soient disponibles (également avant la fin de la saison habituelle du rhume et de la grippe).

Globalement, 85 % des Israéliens éligibles ont reçu leurs deux vaccins Pfizer. Sur 9,3 millions de citoyens, 5,4 millions sont entièrement vaccinés (et 5,8 millions ont reçu au moins une injection).

Par ailleurs, nous avons un autre exemple de percée massive de l’injection – cette fois, sur un paquebot de croisière “entièrement vacciné”.

Est-il exact de “blâmer” les cas de percée du COVID-19 sur les personnes non vaccinées ?

Considérez ce qui s’est récemment passé sur le Carnival Vista, un paquebot de croisière, pour réfléchir à cette question.

Le navire a quitté Galveston, au Texas, le 31 juillet. Pour monter à bord, tous les invités et les membres du personnel devaient avoir été soumis à un test de dépistage complet. Malgré ce mandat strict, la compagnie de croisière a admis un “petit nombre de cas positifs” à bord de son navire.

Elle n’admet pas le nombre total de cas identifiés. Néanmoins, dans une déclaration, Carnival note :

“Le voyage se poursuivra comme prévu et nous nous engageons à continuer à offrir à nos clients des vacances agréables et sûres.”

En raison du nombre inconnu de personnes séropositives pour le COVID

– qui sont toutes en isolement (est-ce possible sur un bateau de croisière ?), tout le monde à bord doit porter un masque.

Autant de cas inédits à venir. Autant de questions qui se posent.

Si deux doses d’un vaccin ne fonctionnent pas, dans quelle mesure pouvons-nous être sûrs qu’une troisième dose fonctionnera mieux ?

Que se passera-t-il si des milliers de personnes finissent par refuser les futures injections de rappel, que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a déjà autorisées pour les personnes immunodéprimées le 12 août ?

Qu’est-ce qui pourrait expliquer les nombreux cas de percée, si ce n’est les personnes qui choisissent de ne pas se faire vacciner ?

Les maladies chroniques sous-jacentes, les dysfonctionnements métaboliques, le manque de sommeil et d’autres facteurs liés au mode de vie pourraient-ils rendre les injections moins efficaces ?

Pourrait-il s’agir d’un problème lié aux injections, qui sont encore au stade des essais cliniques ?

Nous savons que des millions de personnes dans le monde ont des questions et des inquiétudes concernant ces produits médicaux. Si vous êtes l’une d’entre elles, n’oubliez pas que vous avez le droit, en vertu du principe du consentement éclairé, de poser ces questions lorsque vous prenez vos décisions médicales personnelles.

Ne laissez pas les médias vous culpabiliser et vous contraindre à faire quelque chose dont vous n’êtes pas pleinement informé.

L’article original sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR