Cogiito – Adrénachrome : la drogue de l’ancienne élite

L’adrénachrome est connue depuis au moins les années 1930, bien que dans la littérature, l’un des premiers à parler de l’adrénochrome ait été Aldous Leonard Huxley (1894-1963) dans son livre « The Gates of Perception : Heaven and Hell » en 1954.

Huxley était un écrivain visionnaire mais surtout un expérimentateur. Outre les essais, il se consacre à la méditation philosophique sous l’effet de la drogue : il est convaincu que le bonheur et le malheur ne sont rien d’autre que le résultat de réactions chimiques au sein de l’organisme humain.

Cette vision de la vie l’a conduit à expérimenter longuement sur lui-même les effets de nombreuses drogues (mescaline, LSD, etc.).

« L’adrénochrome, écrit-il, est un produit de la décomposition de l’adrénaline, et peut produire un grand nombre des symptômes observés dans l’intoxication à la mescaline. Mais l’adrénochrome se forme probablement spontanément dans le corps humain.

En d’autres termes, chacun d’entre nous pourrait être en mesure de fabriquer des doses chimiques infimes de ce qui est censé provoquer de profonds changements dans la conscience.

Certains de ces changements sont similaires à ceux qui se produisent dans le fléau le plus caractéristique du vingtième siècle, la schizophrénie ». Huxley avait tout à fait raison lorsqu’il écrivait que l’adrénochrome « se forme spontanément dans le corps humain », et nous verrons plus loin comment elle est produite et surtout pourquoi…

Le roman « Fear and Loathing in Las Vegas » écrit par Hunter Stockton Thompson en 1971 a remis l’adrénochrome sur le devant de la scène médiatique. Il a servi de base au film dément « Fear and Loathing in Las Vegas » avec Johnny Depp, dans lequel la drogue est expressément décrite comme une drogue psychédélique aux effets similaires au LSD, bien que « la mescaline soit comme du pain d’épice en comparaison »…

Brevet chimique

Le 26 février 1985, les États-Unis ont accordé le brevet numéro 4,501,923 à l’inventeur anglais Deryck F. Boot qui travaillait pour la Minnesota Mining and Manufacturing Company, plus connue sous le nom de 3M Co, la très puissante société américaine qui fabrique plus de 60.000 produits industriels de toutes sortes (masques, adhésifs, abrasifs, équipements de protection individuelle, films pour fenêtres, produits dentaires, matériaux électriques et électroniques, produits médicaux, logiciels de santé, etc.)

Le brevet décrit un procédé de préparation de l’adrénochrome comprenant l’oxydation de l’adrénaline ou d’un sel de celle-ci.

Dans la médecine d’aujourd’hui, l’adrénochrome est administré par voie intraveineuse pour traiter les épileptiques, et sous la forme d’adrénochrome monosemicarbazone (carbazochrome) est utilisé comme hémostatique dans les hémorragies capillaires pour traiter leur fragilité, mais sous cette forme, il n’a aucune action sympathomimétique et est donc totalement inutile aux fins tant souhaitées et recherchées par l’élite…

Adrenochrome

Quelle est réellement cette substance, et pourquoi est-elle si convoitée ?

L’adrénochrome, dont la formule est C9H9NO3, est le puissant précurseur hormonal de l’adrénaline, sécrétée par l’organisme en grande quantité dans les moments de peur intense, de colère ou de danger de mort.

Son but est d’optimiser la réponse des muscles et des nerfs à l’adrénaline, de protéger les tissus et les organes des rigueurs de la poussée d’adrénaline et d’optimiser le mécanisme de combat ou de fuite en tant que réponse à la peur humaine dans des situations extrêmes telles que celles liées à la survie.

On peut le considérer comme un additif de carburant très puissant pour la « machine humaine » face au danger. Il semble qu’il n’y ait rien de tel sur terre.

Il possède, entre autres, des capacités de régénération des tissus, serait capable de restaurer la réactivité nerveuse et les fonctions cognitives.

Miracle de l’oreille du lapin et du cœur de la grenouille

Dans une étude belge publiée en 1946, des cliniciens ont pu utiliser une perfusion d’adrénochrome aqueux pour ramener à la vie l’oreille d’un lapin congelé, permettant aux médecins de restaurer la vascularisation et la réponse aux stimuli nerveux de tissus auparavant nécrosés. Des choses qui étaient impensables non seulement à l’époque mais aussi aujourd’hui.

Les médecins ont démontré la capacité de l’adrénaline oxydée à restaurer les systèmes nerveux endommagés, et les résultats ont stimulé la pratique de l’application d’adrénochrome sur les sites d’incision des patients afin d’accélérer la régénération et la guérison des nerfs.

Dans une autre étude, datant cette fois de 1939, la perfusion d’adrénochrome a été utilisée pour régénérer et relancer le cœur d’une grenouille, ramenant l’animal à la vie.

Les enfants comme « donneurs »

Comme mentionné ci-dessus, l’adrénochrome produit chimiquement est un médicament qui n’a rien à voir avec la substance endogène naturelle produite par un être humain en détresse !

La « drogue de l’immortalité » doit être extraite directement du corps, de préférence un corps jeune et frais comme celui d’un enfant, car sa production diminue avec l’âge.

L’autre raison est que la surexposition répétée à l’adrénaline adulte oxydée entraîne des effets secondaires physiques et mentaux néfastes : crises d’épilepsie, symptômes de type Parkinson, schizophrénie et psychose délirante.

Les enfants s’avèrent être la meilleure « source » d’extraction, à la fois parce qu’il est plus facile de trouver une petite créature comme « donneur » qu’un adulte, et aussi parce que l’adrénochrome juvénile est chimiquement équilibré pour réduire les effets secondaires horribles de la version adulte.

La règle est la suivante : plus le « donneur » est jeune, meilleur est le médicament !

Pour obtenir une concentration plus élevée d’adrénochrome, il faut une puissante poussée d’adrénaline, qui est générée lorsque la personne et/ou l’enfant sont soumis à des violences psychologiques ou physiques et lorsqu’ils sont littéralement effrayés et terrifiés.

Cette abomination pourrait-elle être l’explication du pernicieux et inqualifiable trafic d’enfants, des enlèvements, de l’exploitation, des abus et même des sacrifices d’enfants. Peu de gens savent pourquoi les médias n’en parlent pas, mais chaque année, des millions d’enfants dans le monde disparaissent !

Cette drogue semble être largement utilisée par les membres de l’élite liés aux loges pédosatanistes, dont de nombreuses stars d’Hollywood, entre autres, sont membres.

Dans la pratique, l’adrénochrome a pris les connotations mythologiques de la fontaine de l’éternelle jeunesse : le Saint Graal des pédosatanistes lucifériens qui règnent tristement parmi nous et au plus haut sommet. Bien que nous pouvons penser que cette élite ait disparu, pr le combat que Trump a conduit et continue de mener contre le pédosatanisme.

Je fais référence aux sectes pédosatanistes qui se consacrent à la profanation rituelle de l’innocence de l’enfance à des fins d’enrichissement « spirituel » d’une part (si l’on peut appeler cela ainsi), et peut-être aussi à des fins de rajeunissement chimique d’autre part.

Cependant, tout se dévoile et des signes de vérité apparaissent chaque jour.

Le cas du pédophile milliardaire Jeffrey Epstein est éclairant à cet égard.

Epstein était un organisateur de cette pratique sexuelle aberrante de magie noire, et son arrestation nous a permis de découvrir, du moins en partie, la boîte de Pandore.

Nous connaissons les noms et prénoms des nombreux clients d’Epstein (pas tous, malheureusement), ceux qui ont pris l’avion dans son jet privé « Lolita Espress » pour aller violer des enfants sur sa petite île (Isle of Sin).

Parmi les noms qui sont apparus :

  • Bill, Hillary et Chelsea Clinton,
  • Woody Allen,
  • Kevin Spacey,
  • Bill Cosby,
  • Mick Jagger,
  • le Prince Andrew,
  • Charles Spencer (le frère de Lady Diana),
  • le philanthrope Bill Gates,
  • Tony Blair,
  • Michael Bloomberg,
  • Richard Branson, Rupert Murdoch,
  • même Henry Kissinger et beaucoup, beaucoup d’autres noms de la politique, de la finance et de Hollywood.

Dans l’harmonie et l’équilibre du Système, en plus de ces forces indubitablement obscures, les forces de la Lumière sont également en mouvement et, en effet, des nouvelles et des noms commencent à filtrer…

Les déclarations sans équivoque du président Donald Trump vont également dans ce sens.

La défense à gorge déployée des enfants par Trump, et surtout les mesures qu’il prend (le président qui n’aurait pas dû être élu), indiquent sans l’ombre d’un doute qu’une véritable guerre est en cours au plus haut niveau, ou au plus bas selon votre point de vue.

Un affrontement sans précédent entre le monde humain et ce substrat occulte (Deep State) d’âmes perdues et totalement perverties.

Par Laurent GLAUZY – ADRENACHROME : LA DROGUE DE L’ANCIENNE ELITE (Laurent Glauzy).

L’article original sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR