Cogiito – Boosters : comment tuer plus de gens en toute impunité et quel est l’ingrédient secret du vaccin Pfizer ?

Par Jon Rappoport – PREMIÈRE PARTIE – Parmi les nombreuses annonces des CDC et de la FDA, quelques décisions émergent : Le gouvernement américain recommandera des injections de rappel de COVID pour les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes âgées de 50 à 64 ans qui présentent des problèmes de santé sous-jacents et, comme le rapporte le Daily Mail,

les personnes qui vivent dans des établissements institutionnels qui augmentent leur risque d’exposition, comme les prisons ou les refuges pour sans-abri, ainsi que les travailleurs de la santé, les enseignants et les employés des épiceries.”

Les personnes de 65 ans et plus ont déjà tendance à avoir des problèmes de santé. Pire encore, la plupart d’entre elles reçoivent depuis des années des traitements médicaux sous forme de médicaments toxiques. Leur administrer une piqûre qui a déjà causé un nombre énorme de blessures et de décès est une recette pour le désastre.

J’appellerais ça du ciblage.

“Prenons les personnes les plus faibles et envoyons-leur un ou plusieurs rappels en plus des deux autres injections qu’ils ont déjà reçues.”

Et pour étendre la destruction, les personnes entre 50 et 64 ans AVEC DES CONDITIONS MÉDICALES SOUTERRAINES devraient également prendre le rappel du vaccin COVID.

Remarque : le fait d’administrer des rappels à ces deux groupes a un autre avantage pour le gouvernement. Lorsque les personnes vaccinées meurent ou subissent des blessures graves, la responsabilité peut être rejetée sur “leurs conditions sous-jacentes” (ou “le virus”).

D’un point de vue médical, le principe directeur général est le suivant : le vaccin ne fonctionne pas selon toute norme raisonnable et il a des effets dévastateurs, alors imposons-en davantage aux gens.

Les médias d’information sont des collaborateurs.

Ils fournissent les deux coups élémentaires :

“La pandémie continue de se propager, la seule réponse est le vaccin.”

N’importe qui peut saisir ce message et hocher la tête en signe d’approbation. Le fait que le message soit erroné et faux à tous les niveaux n’a aucune incidence sur son succès.

Cependant, les MANDATS sont une autre histoire. Les gouvernements croient qu’ils peuvent pousser des populations entières contre le mur et les y maintenir année après année après année.

Mais le fascisme atteint un point de rupture.

La rébellion se développe maintenant à travers le monde.

DEUXIÈME PARTIE

Récemment, l’organisation ICAN (Informed Consent Action Network) a annoncé un fait troublant concernant le vaccin COVID de Pfizer :

“La FDA a assuré le public qu’elle assurerait la transparence pour tout vaccin COVID-19 qu’elle approuverait. Cette promesse inclurait sûrement de faire savoir au public ce que contient la fiole injectée dans les bras de millions de personnes.

Néanmoins, la FDA a choisi de cacher au public un ingrédient qui constitue plus de 20% de la fiole non diluée de chaque vaccin Pfizer !”

“Lors de l’homologation du vaccin Pfizer, la FDA a autorisé la remise d’une fiche d’information au public, qui comprend une liste des ingrédients du vaccin. Étonnamment, cette liste ne mentionne pas d’ingrédient secret. Quel est cet ingrédient secret ?

Personne ne le sait, à part Pfizer et la FDA.

Dans la documentation technique qui n’est pas destinée à être diffusée au grand public, la FDA a révélé que cet ingrédient secret constitue environ 22 % du flacon non dilué (0,45 ml sur 2 ml) mais a complètement expurgé le nom de l’ingrédient secret.”

“Les avocats de l’ICAN ont immédiatement contacté la FDA et demandé que la rédaction soit levée. Cependant, la FDA a refusé de le faire sans une mise en demeure. Par conséquent, l’ICAN, par l’intermédiaire de ses avocats a soumis une demande formelle à la FDA pour qu’elle divulgue l’identité de l’ingrédient secret.”

Conclusion : Sans la divulgation de chaque ingrédient du vaccin, le CONSENTEMENT INFORMÉ EST IMPOSSIBLE.

Une personne à qui l’on demande de se faire vacciner pourrait refuser sous prétexte qu’elle ne peut pas obtenir suffisamment d’informations pour donner son consentement.

Et sur quelles bases le vaccin pourrait-il être légal en premier lieu ?

Si le consentement éclairé est la loi, alors refuser la possibilité de l’obtenir en dissimulant un ingrédient du vaccin rendrait automatiquement le vaccin illégitime.

Nous ne parlons pas du cuisinier d’une charcuterie qui dit avoir un mélange secret d’épices qu’il ajoute à sa poitrine fumée.

Il s’agit d’une injection génétique destinée à la planète entière.

L’article original sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR