Cogiito – La Suède et le Danemark suspendent l’utilisation du vaccin COVID de Moderna pour les groupes d’âge plus jeunes en raison de rapports de myocardite

La Suède suspendra l’utilisation du vaccin COVID de Moderna pour les personnes de moins de 30 ans, tandis que le Danemark a déclaré qu’il cesserait d’utiliser le vaccin de Moderna chez les personnes de moins de 18 ans.

La Suède et le Danemark ont annoncé mercredi qu’ils allaient suspendre l’utilisation du vaccin COVID de Moderna pour les groupes d’âge plus jeunes, après avoir reçu des rapports faisant état de possibles effets secondaires rares, notamment une myocardite.

Reuters rapporte que l’agence de santé suédoise a déclaré qu’elle suspendrait le vaccin pour les personnes nées en 1991 et après, car les données indiquent une augmentation des myocardites et péricardites chez les jeunes et les jeunes adultes qui ont été vaccinés.

« Le lien est particulièrement clair en ce qui concerne le vaccin de Moderna, ‘Spikevax’, surtout après la deuxième dose », a déclaré l’agence sanitaire dans un communiqué.

L’agence sanitaire a déclaré qu’elle recommandait désormais le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech à la place. Les personnes nées en 1991 ou après qui ont reçu une première dose de Moderna – soit environ 81 000 personnes – ne recevront pas de deuxième dose de Moderna.

En début de semaine, l’agence de santé suédoise a déclaré que les jeunes de 12 à 15 ans ne recevraient que le vaccin COVID de Pfizer.

Le Danemark a déclaré que, bien qu’il utilise déjà le vaccin Pfizer/BioNTech comme principale option pour les jeunes de 12 à 17 ans, il a décidé de suspendre le vaccin Moderna pour les personnes de moins de 18 ans par « principe de précaution. »

Dans un communiqué, l’autorité sanitaire danoise a déclaré: « Dans les données préliminaires … il y a une suspicion d’un risque accru d’inflammation cardiaque, lors de la vaccination avec Moderna. »

L’agence a ajouté qu’elle a fait référence aux données d’une étude nordique non encore publiée, qui sera envoyée à l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour une évaluation plus approfondie une fois que les données seront finalisées.

La Norvège, qui recommande déjà le vaccin Comirnaty pour les mineurs, a rappelé mercredi que de rares effets secondaires pouvaient se produire, notamment chez les garçons et les jeunes hommes, et principalement après l’administration d’une deuxième dose.

Selon U.S. News, l’EMA a approuvé l’utilisation du Comirnaty en mai, tandis que le Spikevax a été approuvé en juillet pour les enfants de plus de 12 ans.

Lamyocardite est une inflammation du muscle cardiaque qui peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort. Selon la National Organization for Rare Disorders, la myocardite peut résulter d’infections, mais « le plus souvent, la myocardite est le résultat d’une réaction immunitaire de l’organisme à la lésion cardiaque initiale. »

La péricardite est une inflammation du tissu entourant le cœur qui peut provoquer une douleur thoracique aiguë et d’autres symptômes.

Selon le VAERS (base de donnée des rapports sur les effets indésirables liés aux vaccins), il y a eu 6 561 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés à la suite de l’administration des vaccins COVID. 5 874 cas ont été attribués à Pfizer, 1 515 cas à Moderna et 161 cas au vaccin COVID de Johnson & Johnson entre le 14 décembre 2020 et le 24 septembre 2021.

Chez les jeunes de 12 à 17 ans, 617 cas de myocardite et de péricardite ont été signalés, dont 603 cas attribués au vaccin de Pfizer.

Le VAERS est la base de données gérée par le gouvernement américain pour signaler les effets indésirables des vaccins, mais certains des rapports envoyés au système proviennent de l’extérieur des États-Unis.

Une autre histoire triste ! Une mère si fière que son fils de 14 ans ait pu recevoir le vaccin contre la COVID… mais les médecins maintenant confirment que l’état de son fils correspond aux critères de la myocardite post-vaccinale.

– Robert F. Kennedy Jr (@RobertKennedyJr) le 11 août 2021

Le 25 juin, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a ajouté un avertissement aux fiches d’information destinées aux patients et aux prestataires de soins pour les vaccins COVID de Pfizer et Moderna, suggérant un risque accru de myocardite et de péricardite – en particulier après la deuxième dose et avec l’apparition des symptômes dans les quelques jours suivant la vaccination.

La mise à jour de la FDA fait suite à une reunion qui s’est tenue le 23 juin et qui comprenait un examen des informations et des discussions du Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation – un comité au sein des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) qui fournit des conseils et des orientations sur le contrôle efficace des maladies évitables par la vaccination.

Au cours de la réunion, le comité a reconnu l’existence de 1 200 cas d’inflammation cardiaque chez des jeunes de 16 à 24 ans, et a déclaré que les vaccins à ARNm COVID devraient porter une mention d’avertissement.

Les autorités sanitaires ont déclaré que les avantages du vaccin COVID l’emportent toujours sur les risques. Mais les médecins et d’autres commentateurs publics lors de la réunion du 23 juin ont accusé le CDC d’exagérer le risque du COVID pour les jeunes, et de minimiser le risque des vaccins.

La FDA a approuvé le vaccin COVID de Pfizer pour une utilisation d’urgence dans le groupe d’âge 12-15 ans en mai, et a approuvé une demande de licence de produits biologiques pour le vaccin Pfizer Comirnaty le 23 août – laissant le vaccin Pfizer/BioNTech sous autorisation d’utilisation d’urgence.

Une troisième dose de rappel du vaccin COVID de Pfizer a été approuvée en septembre pour les personnes immunodéprimées et les personnes exerçant des professions « à haut risque » – ce qui a été considéré comme une décision controversée par le CDC et la FDA, qui ont tous les deux annulé les recommandations émises par leurs comités consultatifs sur les vaccins.

En juin, Moderna a demandé à la FDA d’étendre l’utilisation d’urgence de son vaccin COVID aux adolescents âgés de 12 à 17 ans. Une décision n’a pas encore été prise.

Moderna et Johnson & Johnson (J&J) ont demandé à la FDA d’approuver les doses de rappel de leurs vaccins COVID pour une utilisation d’urgence. La FDA réunira son comité consultatif la semaine prochaine pour examiner les données de rappel de J&J et de Moderna.

L’article original sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR