Cogiito – Entretien avec le Professeur Francis Boyle

Francis Boyle, expert en armes biologiques, dévoile la véritable origine du coronavirus de Wuhan.

Nous avons maintenant la preuve irréfutable que le coronavirus CoVid-19 “Wuhan” a été spécifiquement conçu comme une arme de guerre biologique offensive, destinée à exterminer les êtres humains.

Une nouvelle étude publiée dans la revue à comité de lecture Antiviral Research (vol. 16, avril 2020) est intitulée “La glycoprotéine de pointe du nouveau coronavirus 2019-nCoV contient un site de clivage de type furine absent des CoV du même clade”.

Il révèle que le coronavirus CoVid-19 contient des caractéristiques uniques qui lui permettent de fonctionner comme un système d’arme plus efficace pour la transmission interhumaine, ce qui contribue à expliquer pourquoi le virus a été impossible à contenir (même dans des conditions de “quarantaine”, qui ont universellement échoué en Chine, au Japon, en Corée et ailleurs).

Comme l’expliquent les auteurs scientifiques de l’article dans le texte intégral, “Ce site de clivage de type furine… peut fournir un gain de fonction au 2019-nCoV pour une propagation efficace dans la population humaine”. (C’est nous qui soulignons)

En outre, l’article scientifique indique que le coronavirus CoVid-19 n’a pas d’ancêtre viral connu, ce qui signifie qu’il n’a pas évolué dans la nature. Il a été créé par génie génétique et les auteurs de l’article scientifique affirment également que le virus contient des éléments du MERS : “Avant l’émergence du 2019-nCoV, cette caractéristique importante n’a pas été observée dans la lignée b des bêtacoronavirus.”

Le résumé et le PDF complet (payant) de l’étude sont disponibles via ce lien sur ScienceDirect.com :

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0166354220300528

Les aspects de cette recherche ont été mis en lumière plus tôt aujourd’hui par le professeur Frances Boyle qui est apparu sur le Alex Jones Show (2e heure de diffusion, 19 février 2020, InfoWars.com) pour révéler ses conclusions qui confirment que le coronavirus de Wuhan était une arme biologique artificielle.

Demain, nous publierons la transcription complète de cette interview, qui contient de nouveaux détails étonnants sur l’origine de l’arme virale. Vous pouvez regarder l’intégralité du segment de 47 minutes ici, via Brighteon.com. L’intégralité de l’interview est également disponible sur  Banned.video.

Le graphique suivant, tiré de l’étude publiée, montre certaines des séquences de la protéine S trouvées dans le coronavirus CoVid-19 “Wuhan”, qui partagent un modèle presque identique avec le MERS-CoV, mais pas avec un ancêtre antérieur du coronavirus de type “lignée b” :

Les auteurs de l’étude concluent que la nouvelle caractéristique du coronavirus de Wuhan a “le potentiel de cliver spécifiquement les glycoprotéines de l’enveloppe virale, ce qui favorise la fusion virale avec les membranes des cellules hôtes”.

Cette caractéristique se traduit par “une pathogénicité plus élevée, des symptômes neuraux prononcés et un neurotropisme chez les poulets infectés”, selon l’article. Cela signifie, en substance, que le virus tue plus facilement et cause des dommages au système nerveux en infectant les cellules nerveuses. Notez que de nombreuses victimes humaines en Chine semblent souffrir de crises et d’un arrêt total et quasi instantané du système nerveux, s’effondrant littéralement en quelques secondes.

En outre, cette propriété améliorée du virus entraîne “un élargissement du tropisme cellulaire du virus”, ce qui signifie qu’elle permet au virus de vivre et de se développer dans une variété beaucoup plus grande de cellules humaines, y compris les cellules du système respiratoire. Cela signifie que le virus vit à la fois dans les cellules respiratoires et dans les cellules nerveuses.

Il est intéressant de noter que l’étude confirme également que les récepteurs “ACE2” sont le vecteur de l’opportunité pour le virus d’infecter les êtres humains, en précisant que “ACE2 est également le récepteur du nCoV nouvellement apparu.”

En outre, l’étude révèle qu’un autre élément du virus CoVid-19 semble avoir été assemblé à partir du coronavirus du SRAS, confirmant ainsi l’affirmation de Frances Boyle selon laquelle l’arme artificielle est une “chimère” de plusieurs souches d’armes biologiques, dont le SRAS, le MERS et le VIH. Extrait de l’étude : “Notamment, les IFP du 2019-nCoV et du SARS-CoV sont identiques, présentant des caractéristiques de peptides de fusion virale (Fig. 2).”

Conçu pour attaquer le système respiratoire humain, mais il existe peut-être une défense… (vous n’allez pas aimer)
Le coronavirus CoVid-19 est spécifiquement conçu pour exploiter la biologie du système respiratoire humain. Encore une fois, d’après le texte de l’article :

La furine étant fortement exprimée dans les poumons, un virus enveloppé qui infecte les voies respiratoires peut réussir à exploiter cette convertase pour activer sa glycoprotéine de surface (Bassi et al., 2017 ; Mbikay et al., 1997). Avant l’émergence du 2019-nCoV, cette caractéristique importante n’était pas observée dans la lignée b des bétacoronavirus.

Enfin, les auteurs de l’étude expliquent que les personnes qui ont déjà été exposées à d’autres infections virales peuvent avoir une immunité renforcée contre le coronavirus. Extrait de l’étude :

…il a été récemment démontré que dans un effort pour limiter les infections virales, les cellules hôtes qui sont infectées par un certain nombre de virus provoquent une réponse interféron pour inhiber l’activité enzymatique des enzymes de type furine.

Bien que nous rappelions que cette hypothèse n’est qu’une théorie (pour l’instant), il se pourrait qu’un moyen de renforcer les défenses contre le coronavirus soit d’être d’abord infecté par un virus respiratoire plus faible. En d’autres termes, les personnes qui interagissent régulièrement avec le public et qui sont exposées à une grande variété de virus circulant dans la nature pourraient automatiquement renforcer leurs défenses en surmontant d’abord d’autres infections virales.

Cette découverte a d’énormes implications pour les personnes qui se font vacciner, étant donné que les vaccins exposent le corps humain à des souches virales affaiblies qui, souvent, ne provoquent pas la réaction complète des virus “sauvages” tels que la grippe saisonnière. Bien que la recherche ne se soit pas concentrée sur ce point, il pourrait également s’avérer que les personnes qui se font régulièrement vacciner contre la grippe saisonnière pourraient théoriquement présenter une réponse immunitaire affaiblie contre le coronavirus, tandis que celles qui évitent les vaccins contre la grippe et permettent à leur propre corps de combattre naturellement la grippe chaque année présenteront une immunité accrue contre le coronavirus CoVid-19.

On peut aussi penser que cela pourrait fonctionner dans l’autre sens, c’est-à-dire que les personnes qui reçoivent régulièrement plus de vaccins et sont exposées à une plus grande variété de souches plus faibles ont donc une plus grande capacité à produire une “réponse interféron”. Il est trop tôt pour le dire, mais il semble bien que les personnes qui sont rarement ou jamais exposées à d’autres agents pathogènes viraux puissent être beaucoup plus vulnérables à celui-ci.

Reportez-vous à l’”hypothèse de l’hygiène” pour en savoir plus sur les ramifications de cette recherche.

D’autres recherches sont encore à venir, et demain nous publierons la transcription complète de l’interview de Frances Boyle sur le Alex Jones Show.

Nous sommes sur le point de lancer Pandemic.news, un site qui regroupe des podcasts, des vidéos, des liens vers des articles scientifiques et des liens vers l’actualité, alors n’oubliez pas de consulter ce site au cours des deux prochains jours pendant que nous le mettons en place.

Et oui, si vous vous demandez comment nous avons réussi à acquérir Pandemic.news, nous l’avons vu venir il y a des années. Rien de ce que nous voyons aujourd’hui ne nous surprend le moins du monde. En fait, cela va devenir beaucoup, beaucoup plus grave, et c’est pourquoi nous publions également Collapse.news … parce que c’est là que cela se termine tôt ou tard.

Transcription complète… PARTAGEZ ceci partout, ré-affichez, tweetez et couvrez :
(Veuillez excuser toute erreur mineure, ceci a été transcrit dans l’urgence en raison de l’urgence du message…)

L’article original sur :

Cliquez sur l’image ou sur le lien au-dessus !

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR