Humans are free – Tué par les vaccins : Une ville allemande cesse de recenser les décès dus au Covid !

Par Jon Miltimore : Le Dr Anthony Fauci, qui fait déjà l’objet de demandes d’éviction pour avoir prétendument menti au Congrès au sujet du financement par son agence de recherches génétiques controversées dans le laboratoire chinois de Wuhan, est maintenant confronté à des pressions politiques sur un autre front.

Vendredi, un groupe bipartisan de législateurs a envoyé une lettre à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NAID) et au président Joe Biden pour demander des informations concernant les allégations selon lesquelles le gouvernement a financé des expériences qui ont injecté des parasites à des chiots.

« Nous écrivons avec de sérieuses inquiétudes au sujet d’informations faisant état d’expériences coûteuses, cruelles et inutiles sur des chiens, financées par le contribuable et commandées par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses », a déclaré la représentante républicaine Nancy Mace, de Caroline du Sud, l’un des 24 législateurs signataires de la lettre.

Dimanche, l’association People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) avait rejoint le groupe de législateurs exigeant des mesures de la part des National Institutes of Health (NIH). « Oui, je pense que tous ceux qui dirigent une agence NIH en ce moment devraient démissionner », a déclaré Kathy Guillermo, vice-présidente senior de PETA, lorsqu’on lui a demandé si Fauci devait démissionner lors d’une interview avec Newsmax.

Au début du mois, il a été annoncé que Francis S. Collins mettrait fin à son mandat de directeur des NIH à la fin de 2021. Une pratique macabre – mais pas nouvelle. Les allégations, que l’on peut lire dans ce rapport de The Hill, sont à la fois étonnantes et terrifiantes. Mais elles ne sont pas nouvelles.

En août, Brad Polumbo de FEE a écrit sur les expériences que le NIAID, l’un des 27 instituts et centres qui composent le NIH, aurait financées ces dernières années :

« Selon un nouvel exposé du groupe de défense contre l’expérimentation animale, le White Coat Waste Project, les National Institutes of Health ont dépensé 424 000 dollars pour une étude impliquant la maltraitance de chiens. Le département des NIH dirigé par le Dr Anthony Fauci [NIAID] a financé cette expérience et a « commandé une étude dans laquelle des beagles en bonne santé ont reçu un médicament expérimental, puis ont été intentionnellement infestés de mouches porteuses d’un parasite pathogène pour l’homme ».

Les révélations du mois d’août n’étaient cependant pas non plus nouvelles. Comme l’a souligné Polumbo, le White Coat Waste Project a signalé en 2016 que le département de Fauci « utilisait l’argent des contribuables pour acheter des chiots beagles et attacher à leur peau nue des capsules remplies de mouches infectées. »

« Plus de 1 100 beagles, chiens courants et chiens de race mixte – même des chiots – ont été soumis à des expériences dans des laboratoires gouvernementaux gérés par le ministère des Anciens combattants (VA), le ministère de la Défense (DOD), la Food and Drug Administration (FDA), les National Institutes of Health (NIH) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) », peut-on lire dans le rapport de 2016.

« Des centaines de ces chiens ont été soumis à des expériences impliquant une douleur et une détresse importantes. Les NIH… [ont] dépensé 5,95 millions de dollars depuis 2011 pour faire subir des crises cardiaques à des chiens. D’autres expériences récentes consistent à exposer des chiens à l’anthrax, à forcer de façon répétée des chiens à vomir, et à percer le crâne des chiens et à endommager leur cerveau. »

Un monopole sur la violence

La révélation que les contribuables américains financent des expériences horribles qui infestent intentionnellement des chiots de parasites afin qu’ils puissent être mangés par des mouches est probablement un choc pour beaucoup. Le fait que cela se produise depuis des années est probablement un plus grand choc.

La réalité, cependant, est que le gouvernement américain a une longue histoire de financement et de réalisation d’expériences horribles sur des animaux et même sur des personnes – des « recherches » qui conduiraient n’importe quel individu ou entreprise privée derrière les barreaux si elles étaient révélées.

L’expérience Tuskegee de 1932, qui a permis à des centaines d’Afro-Américains de ne pas être traités pour la syphilis afin que les scientifiques puissent en étudier les effets, est peut-être l’expérience la plus célèbre menée par le gouvernement américain, mais ce n’est qu’une parmi tant d’autres. D’autres recherches menées ou financées par le gouvernement – principalement dans les années 1940 et 1950 – comprenaient des expériences consistant à injecter à des sujets l’hépatite, la gonorrhée, la malaria et la grippe asiatique.

Les journaux de l’époque ne mentionnaient pas la plupart de ces expériences, a rapporté NBC en 2011.

Beaucoup se demandent sans doute comment le gouvernement a pu se permettre de telles expériences, mais la réponse n’est pas difficile à trouver. Comme l’a fait remarquer l’économiste Murray Rothbard, le gouvernement s’octroie certains privilèges qui ne sont pas accordés aux autres membres de la société – en particulier la capacité d’utiliser la violence.

« L’État est l’organisation de la société qui tente de conserver le monopole de l’usage de la force et de la violence dans une zone territoriale donnée », écrivait Rothbard dans Anatomie de l’État.

Rothbard faisait principalement référence à la capacité de l’État à générer des revenus par le biais de la fiscalité au lieu de faire du commerce (ou de la charité) comme tout le monde. Mais l’histoire regorge d’exemples montrant que l’État utilise également son monopole sur la force pour s’exempter des lois habituelles qui régissent les simples individus et les entreprises privées.

Beaucoup diront que les expériences horribles sur les chiots ne sont pas la même chose que les expériences horribles sur les humains, et je suis d’accord – mais ce n’est pas vraiment la question. La question est que le gouvernement s’exempte systématiquement de l’éthique qui lie (à juste titre) le reste d’entre nous.

La raison pour laquelle le gouvernement viole les limites éthiques normales n’est pas non plus un mystère. Comme l’a fait remarquer un jour l’économiste F.A. Hayek, lauréat du prix Nobel, cela fait partie intégrante de la philosophie collectiviste.

« Le principe selon lequel la fin justifie les moyens est dans l’éthique individualiste considéré comme la négation de toute morale », notait Hayek. « Dans l’éthique collectiviste, il devient nécessairement la règle suprême ».

Pour Fauci, comme pour ses prédécesseurs dans les années 1930, 1940 et 1950, la fin est l’avancement de la science (bien que le projet White Coat Waste affirme que l’injection de chiots est scientifiquement superflue ainsi que contraire à l’éthique, puisque de telles expériences ont déjà été réalisées sur des souris et d’autres rongeurs). Pour les nazis, les Soviétiques et de nombreux autres États collectivistes au cours de l’histoire, la finalité était l’avancement du parti.

Dans les deux cas, les violations éthiques sont poursuivies pour « un plus grand bien ».

Les moyens sont plus importants que les fins

Ne vous attendez pas à ce que les expériences du Dr Fauci s’arrêtent de sitôt. Il est probable que la seule raison pour laquelle elles attirent l’attention est le scandale beaucoup plus important qui se prépare au sujet du soutien financier non autorisé de Fauci à la recherche sur le gain de fonction, ce qu’il a nié.

Néanmoins, les expériences cruelles du NIAID offrent une leçon cruciale sur la nature du gouvernement et une leçon importante sur les moyens et les fins.

« Les fins, les objectifs, les buts ne sont que l’espoir des choses à venir… et non… la réalité… d’où l’on peut tirer sans risque les normes d’une bonne conduite », a un jour observé Leonard Read, fondateur de FEE.

« Nombre des actes les plus monstrueux de l’histoire de l’humanité ont été perpétrés au nom du bien – à la poursuite d’un objectif « noble ». Ils illustrent le sophisme selon lequel la fin justifie les moyens. »

Le Dr Fauci aurait pu apprendre beaucoup de choses de Leonard Read.

Source : https://humansarefree.com/2021/10/german-city-stops-tracking-covid-jab-deaths.html


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR

1 Comment

Les commentaires sont fermés.