Un regard plus attentif sur la grande réinitialisation – une fausse utopie qui nous est vendue par les charlatans.

Alors que nous sortons de la pandémie, attendez-vous à entendre beaucoup plus parler de la grande réinitialisation et de la reconstruction. Mais loin de déboucher sur une vie de rêve à faible émission de carbone, il s’agit d’un fantasme caricatural qui donnera encore plus de pouvoir à l’élite mondiale.

La « Grande Réinitialisation » est un terme que la plupart des politiciens néolibéraux occidentaux utilisent assez facilement. Si souvent, en fait, et sans explication appropriée, que l’observateur prudent y voit une sorte de publicité payante.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? Le terme s’est imposé lors de la 50e réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) en juin 2020. Il a été initialement lancé par le prince de Galles, avant d’être absorbé par la philosophie du méchant de science-fiction sartorialement dystopique Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du WEF.

Le Great Reset fait référence à un plan visant à reconstruire l’infrastructure mondiale « de manière durable » après les ravages économiques de la pandémie de Covid-19 et à établir un traité mondial pour prévenir les futures pandémies, ou, comme il est décrit de manière plus formelle, à « construire une architecture sanitaire internationale plus robuste qui protégera les générations futures. » Si vous entendez parfois des gens parler de « reconstruire en mieux », ils font référence à The Great Reset.

La partie la plus troublante de The Great Reset est sans doute le fait qu’elle ressemble fortement au les affaires courantes, mais avec un EXTRA globalisme. La plupart des grandes lignes du plan prévoient un nouvel affaiblissement des frontières nationales et de l’autonomie individuelle des pays, au profit d’une « gouvernance universelle ». Comme d’habitude, c’est la classe moyenne occidentale, qui disparaît rapidement, qui doit supporter ce fardeau, car ses libertés sont encore réduites pour répondre aux quotas de l’activisme alimenté par les entreprises et les médias.

Quoi qu’il en soit, de nombreux dirigeants mondiaux, sans doute charmés par la sinistre garde-robe de Blofeld de Schwab, ont accepté la grande réinitialisation, notamment Boris Johnson, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Kyriakos Mitsotakis, Mark Rutte, Pedro Sánchez, Erna Solberg et Volodymyr Zelensky. Selon John Kerry, l’administration de Joe Biden est également de la partie.

Mais l’accord général des dirigeants occidentaux est absolument typique de tout programme épousé par l’OTAN, l’ONU ou le WEF. Si un édit ou un projet de loi chargé d’émotion, politiquement vague et finalement inefficace est proposé par l’une de ces entités – chacune ressemblant à une équipe de vendeurs d’assurance miteux et globe-trotters – nos politiciens efféminés font la queue pour montrer la plus fervente conformité.

En règle générale, il semble que leurs solutions à des problèmes environnementaux ou scientifiques spécifiques s’entremêlent mystérieusement avec les droits des LGBTQ+, l’équité sur le lieu de travail, les initiatives d’ouverture des frontières et d’autres causes de justice sociale sans rapport. C’est comme si tous leurs objectifs provenaient unilatéralement de la même source, ou impliquaient la même solution, indépendamment de la causalité ou des conséquences. Par conséquent, une réponse unie à une pandémie mondiale équivaut mystérieusement à l’activisme en faveur des droits des trans.

Selon leurs propres termes, « Aucun gouvernement ou organisme multilatéral ne peut faire face seul à cette menace (de pandémie). Ensemble, nous devons être mieux préparés à prévoir, prévenir, détecter, évaluer et répondre efficacement aux pandémies de manière hautement coordonnée. »

Schwab et ses acolytes expriment de nombreux autres sentiments généraux qui peuvent sembler soit banals, soit menaçants. Ainsi, « le fossé entre ce que les marchés valorisent et ce que les gens valorisent va se combler » et « nous voulons que les experts scientifiques bénéficient d’une plus grande attention ». Personne ne peut « s’isoler » du changement climatique et nous devons donc tous « agir à l’avance et de manière solidaire ». Il est beaucoup question de la recherche de « résultats plus justes et équitables ».

Les traités internationaux ont toujours tendance à concentrer le pouvoir. C’est l’une des règles de la vie, pour les réalistes, car il est impossible d’échapper à la dynamique du pouvoir dans les affaires humaines. Les vrais problèmes n’ont pas souvent des solutions qui font du bien. Souvent, ils nécessitent des « solutions qui sonnent méchamment », qui ne sonnent pas bien sur un bulletin d’objectifs d’entreprise. Les initiatives telles que la Grande Réinitialisation impliquent toutes la perte progressive de l’autonomie des nations individuelles, leur pouvoir de décision étant transféré à un décideur international désincarné.

Il s’agit sans aucun doute d’un fantasme mondialiste depuis longtemps, mais la question clé est la suivante : se rendent-ils compte de ce qu’ils font ou non ?

En ce qui concerne leur incroyable réponse coordonnée à une pandémie, il semble qu’il ne s’agisse de rien d’autre que de la vaccination forcée de TOUS dans le monde entier. Selon Klaus Schwab lui-même : « Tant que tout le monde ne sera pas vacciné, personne ne sera à l’abri. » Ce à quoi les dirigeants néolibéraux du monde entier ont acquiescé à l’unisson en répétant à l’unisson leur mantra : « Bien public mondial. »

Schwab, bien qu’il ait l’air d’un gardien de bordel immortel dans le Xanadu de Kublai Khan, est en réalité taillé dans le même moule que le technocrate européen typique. Ses idées ne sont pas créatives, elles sont plutôt statiques et pédestres, et les recherches sur sa carrière montrent qu’elles n’ont pas changé depuis les années 1970. Il n’a cessé de prêcher la même chose, comme un disque rayé.

Schwab pense que nous pouvons trouver des solutions environnementales sans modifier le moins du monde le capitalisme, en créant des traités de « responsabilité mutuelle et de partage des responsabilités, de transparence et de coopération au sein du système international ». Son idée implique un « capitalisme éthique » – où les excès du capitalisme seront en quelque sorte tenus à distance par des « parties prenantes éthiques », auxquelles les entreprises seront tenues de rendre des comptes, tandis que (commodément) les élites et les systèmes déjà en place continueront comme ils le sont. Tel est le plan directeur du Forum économique mondial, largement inchangé depuis 40 ans.

Le résultat ? Une technocratie verte, on le suppose, avec un appareil de « parties prenantes éthiques » mandaté par le WEF, une organisation mondiale en toile d’araignée dirigée par les craintes menaçantes d’une pandémie et d’une catastrophe carbone. Aucune section de la société ne serait exemptée des édits du « nouveau traité ».

Le site Web de la Grande Réinitialisation semble être un peu plus qu’une publicité pour la vie moderne en pods. Il semble se présenter comme une vie de rêve à faible émission de carbone (sans perte de confort moderne) pour les hipsters efféminés. On peut y voir des jeunes néolibéraux à l’allure négligée, des références fréquentes aux valeurs LGBTQ+, et une urgence générale concernant les empreintes de carbone.

Il y a un soupçon d’Adbusters sur le site, créateur du mouvement Occupy Wall Street. Bien que le WEF, Davos et toutes les entités qui y sont associées soient des institutions entièrement élitistes, le site Web s’inspire de l’activisme urbain de base. Ses livres blancs contiennent de nombreux symboles dignes d’intérêt, tels qu’un drapeau vert et arc-en-ciel combiné à des slogans féeriques tels que « Nous te saluons, reine du zoom !

Schwab qualifie l’objectif de The Great Reset de « quatrième révolution industrielle », la première étant alimentée par l’eau et la vapeur, la deuxième introduisant la production de masse et la troisième l’automatisation électronique. La quatrième estompera les frontières entre « les sphères physique, numérique et biologique ».

Dans cette panoplie d’avancées magiques, il énumère « des domaines tels que l’intelligence artificielle, la robotique, l’internet des objets, les véhicules autonomes, l’impression 3D, la nanotechnologie, la biotechnologie, la science des matériaux, le stockage de l’énergie et l’informatique quantique. »

Cela ressemble à un optimisme caricatural, car nombre de ces technologies sont tout sauf propres et ne semblent pas liées de facto à une sortie de l’industrialisation ou autre. En outre, moins de 9 % des entreprises utilisent l’apprentissage automatique, la robotique, les écrans tactiles et d’autres technologies de pointe qui sont censées « tout changer ». Le capitalisme d’acteurs, en tant que concept, ne s’explique pas comme étant infaillible, et sera sans aucun doute librement interprété par des entreprises comme la Silicon Valley ou les conglomérats de la chaîne d’approvisionnement.

Le joyau de la couronne de l’optimisme de la Grande Réinitialisation doit être la croyance que l’avènement de l’IA modifiera tout de manière positive, encore une fois sans précision, pour créer en quelque sorte un nouveau monde à faible émission de carbone.

Au mieux, tout cela semble être de la poudre aux yeux, un fantasme d’entreprise enfantin fabriqué par des comptables isolés. Au pire, il s’agit d’une prise de pouvoir intentionnelle de la part d’agences internationales qui n’ont aucun compte à rendre et d’oligarques cachés.

Dans tous les cas, il s’agit d’une fausse utopie au prix de la vie privée et de l’autonomie, qui nous est vendue par des vendeurs de voitures d’occasion qui se prennent pour des princes.

Source : https://humansarefree.com/2021/11/great-reset-fake-utopia.html


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR