Le président brésilien affronte le chef de l’OMS : « Des gens meurent après la deuxième dose »

Un nouveau clip est apparu, montrant le président brésilien Jair Bolsonaro confrontant le chef de l’OMS Tedros Adhanom au sujet des restrictions du COVID-19 et demandant pourquoi des personnes meurent encore du COVID après la deuxième dose du vaccin.

La discussion a eu lieu lors du récent sommet du G20 réunissant les dirigeants mondiaux à Rome.

Contestant Adhanom sur les passeports vaccinaux, Bolsonaro a affirmé que « partout dans le monde, il y a des gens qui ont besoin de travailler pour se nourrir. »

Il a ajouté que les mesures de verrouillage ont déstabilisé l’économie mondiale, avertissant que si cela continue, « l’économie s’effondrera. »

Adhanom a déclaré qu’il ne voulait pas de plus de lockdowns et a convenu que le système de passeport vaccinal était une « discrimination », mais seulement alors que les taux de vaccination dans certains pays étaient encore faibles.

« Au Brésil, beaucoup de ceux qui reçoivent la deuxième dose reçoivent le COVID », a déclaré M. Bolsonaro, ce à quoi le chef de l’OMS a répondu en disant que le vaccin n’arrête pas la propagation du COVID mais réduit le risque de maladie grave et de décès.

« Au Brésil, beaucoup de ceux qui ont reçu la deuxième dose meurent », a précisé M. Bolsonaro, ce à quoi M. Adhanom a répondu que les maladies sous-jacentes étaient à blâmer.

Lisez aussi : DOZENS of Pro Athletes Around the World Dropped Like Flies With Heart Problems.

M. Bolsonaro a ensuite dénoncé son incapacité à mettre fin aux vaccinations obligatoires pour les enfants, ce à quoi M. Adhanom a répondu que l’OMS n’était pas favorable à l’administration du vaccin aux enfants.

Le président brésilien a ensuite déploré le fait qu’à chaque fois qu’il pose des questions sur le vaccin, il est accusé de diffuser des « fake news. »

« Nous avons les mains liées, la vie de nos enfants est en jeu », a déclaré Bolsonaro.

Lorsqu’il a demandé à Adhanom quelle était l’origine du COVID-19, celui-ci a répondu en riant : « Nous sommes encore en train de l’étudier. »

Bolsonaro est depuis longtemps sceptique quant au vaccin et aux mesures de verrouillage du COVID-19.

Après son arrivée à l’Assemblée générale des Nations unies en septembre, il a été contraint de manger une pizza sur le trottoir parce qu’il n’est pas vacciné et qu’il est donc interdit de manger à l’intérieur à New York.

Bolsonaro a défendu à plusieurs reprises le médicament hydroxychloroquine, affirmant que « si l’hydroxychloroquine n’avait pas été politisée, beaucoup plus de vies auraient pu être sauvées. »

Le président brésilien a lui-même attrapé le coronavirus en juillet 2020, mais a déclaré avoir pu se rétablir rapidement grâce à son passé d' »athlète » dans l’armée.

Il a également pointé du doigt l’hydroxychloroquine comme ayant aidé à son prompt rétablissement.

Source


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR