Le pape françois vient de déclarer que la réinitialisation mondiale est réelle : pas de « retour à la normale ».

Par Thomas D. Williams, Ph.D. : ROME – L’humanité a besoin d’une réinitialisation globale parce que le monde injuste d’avant la pandémie ne vaut pas la peine de revenir en arrière, a affirmé le pape François lundi.

Dans un message adressé au Forum de Paris sur la paix, le pape a dressé le portrait désastreux d’un monde pré-coronavirus dominé par la corruption, la guerre et l’oppression capitaliste.

« La réalité que nous connaissions avant la pandémie était que la richesse et la croissance économique étaient réservées à une minorité, tandis que des millions de personnes étaient incapables de satisfaire les besoins les plus élémentaires et de mener une vie digne », a déclaré françois, « un monde dans lequel notre Terre était pillée par une exploitation myope des ressources, par la pollution, par le consumérisme « jetable », et blessée par les guerres et les expériences avec des armes de destruction massive ».

« Le retour à la normale signifierait également un retour aux anciennes structures sociales inspirées par l’autosuffisance, le nationalisme, le protectionnisme, l’individualisme et l’isolement », a-t-il ajouté, « et excluant nos frères et sœurs les plus pauvres ». Est-ce là un avenir que nous pouvons choisir ? »

« Dans ce monde globalisé mais déchiré, les décisions que nous prenons aujourd’hui pour sortir de la crise déterminent la ‘route’ des générations à venir », a-t-il déclaré, et donc « nous avons besoin d’une nouvelle porte de sortie » pour « en sortir mieux qu’avant. »

« L’espoir nous invite à rêver grand et à donner de l’espace à l’imagination pour de nouvelles possibilités », a-t-il déclaré. « L’espoir est audacieux et incite à l’action en sachant que la réalité peut être changée. »

Notre conscience nous appelle « à ne pas suivre la voie facile du retour à une « normalité » marquée par l’injustice, mais à accepter le défi d’assumer la crise comme une opportunité concrète de conversion, de transformation, pour repenser notre style de vie et notre système économique et social », a-t-il dit.

La vision du pape pour un monde nouveau commence par « un engagement collectif concret en faveur du désarmement intégral », a-t-il noté.

« Les dépenses militaires mondiales ont désormais dépassé le niveau enregistré à la fin de la ‘guerre froide’ et augmentent systématiquement chaque année. »

Le pontife a critiqué les arguments fondés sur la dissuasion comme étant « une idée abusive » qui, dans de nombreux cas, « s’est avérée fallacieuse, entraînant des tragédies humanitaires majeures. »

« Il faut également souligner que la logique de la dissuasion a été associée à la logique du marché libéral selon laquelle les armements peuvent être considérés au même titre que tous les autres produits manufacturés et donc, comme librement commercialisables dans le monde entier », a-t-il averti. « Ce n’est donc pas une coïncidence si, pendant des années, nous avons assisté sans critique à l’expansion du marché des armes au niveau mondial. »

Source


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR

4 Comments

  1. Qu’entend-il par « mieux qu’avant » ? Pucé, masqué, complètement fiché, numérisé et déshumanisé? Objets inanimés avez-vous donc une âme?
    Si oui, pontife Imbroglio aurait abandonné (ou vendu?) ses ouailles en plein vol….

Les commentaires sont fermés.