Pourquoi « Metaverse » est un Big Brother déguisé ?

« Le terme metaverse, comme le terme méritocratie, a été inventé dans un roman de science-fiction dystopique écrit comme un récit édifiant. Puis les technos ont pris le métaverse, et les technocrates ont pris la méritocratie, et ont adopté avec enthousiasme ce qui était censé inspirer l’horreur. » – Antonio García Martínez

Bienvenue dans la Matrice (c’est-à-dire le métavers), où la réalité est virtuelle, où la liberté n’est que celle que permettent les suzerains technologiques, et où l’intelligence artificielle rend lentement l’humanité inutile, inférieure et obsolète.

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, considère cet univers numérique – le métavers – comme la prochaine étape de notre transformation évolutive d’une société dirigée par l’homme à une société technologique.

Pourtant, si la vision de Mark Zuckerberg pour cette frontière numérique a été accueillie avec un certain scepticisme, la vérité – comme le conclut le journaliste Antonio García Martínez – est que nous vivons déjà dans le métavers.

Le métavers est, à son tour, une méritocratie dystopique, où la liberté est une construction conditionnelle basée sur la valeur et la conformité de chacun.

Dans une méritocratie, les droits sont des privilèges, accordés à ceux qui les ont mérités. Il ne peut y avoir aucune tolérance pour l’indépendance ou l’individualité dans une méritocratie, où le politiquement correct est formalisé, légalisé et institutionnalisé.

De même, il ne peut y avoir de véritable liberté lorsque la capacité de s’exprimer, de se déplacer, de faire du commerce et de fonctionner dans la société dépend de la mesure dans laquelle vous êtes prêt à vous « intégrer ».

Nous sommes presque arrivés à ce stade.

Considérez que dans notre monde actuel, où le fascisme se déguise en tolérance, la seule façon de jouir ne serait-ce que d’un semblant de liberté est de choisir de se censurer volontairement, de se conformer et de marcher au pas avec les opinions dominantes.

Si vous ne le faites pas – en osant épouser des idées « dangereuses » ou soutenir des mouvements politiques impopulaires -, vous vous retrouverez exclu du commerce, de l’emploi et de la société : Facebook vous bannira, Twitter vous fermera, Instagram vous dé-platformera, et votre employeur vous lancera des ultimatums qui vous obligeront à choisir entre vos prétendues libertés et votre survie économique.

C’est exactement la façon dont l’Amérique des entreprises prévoit de nous préparer à un monde dans lequel « nous, le peuple », sommes des automates irréfléchis, sans résistance et d’une obéissance servile, asservis à un État profond contrôlé par des algorithmes informatiques.

La science-fiction est devenue un fait.

Vingt ans après le film emblématique des Wachowski, Matrix, qui nous a fait découvrir un monde futuriste dans lequel les êtres humains vivent dans une non-réalité simulée par ordinateur et alimentée par des machines autoritaires – un monde où le choix entre un état de rêve virtuel et de déni ou l’affrontement des dures réalités de la vie se résume à une pilule bleue ou une pilule rouge -, nous sommes au bord du précipice d’une matrice dominée par la technologie, que nous avons nous-mêmes créée.

Chaque jour qui passe, nous vivons la préquelle de Matrix, tombant un peu plus sous le charme de communautés virtuelles, de réalités virtuelles et de commodités virtuelles gérées par des machines artificiellement intelligentes qui sont en passe de remplacer les êtres humains et de dominer tous les aspects de notre vie.

Dans Matrix, le programmeur Thomas Anderson, alias Neo, est réveillé d’un sommeil virtuel par Morpheus, un combattant de la liberté qui cherche à libérer l’humanité d’un état d’hibernation à vie imposé par des machines d’intelligence artificielle hyper avancées qui dépendent des humains comme source d’énergie organique. Leur esprit étant branché sur une réalité virtuelle parfaitement conçue, peu d’humains réalisent qu’ils vivent dans un monde de rêve artificiel.

Neo a le choix : prendre la pilule rouge, se réveiller et rejoindre la résistance, ou prendre la pilule bleue, rester endormi et servir de chair à canon pour le pouvoir en place.

La plupart des gens optent pour la pilule bleue.

Dans notre cas, la pilule bleue – un aller simple vers une condamnation à perpétuité dans un camp de concentration électronique – a été enrobée de miel pour masquer l’arrière-goût amer, vendue au nom de l’opportunisme et livrée par le biais d’un Internet ultrarapide, de signaux de téléphone portable qui ne perdent jamais un appel, de thermostats qui nous maintiennent à la température parfaite sans que nous ayons à lever le petit doigt, et de divertissements qui peuvent être diffusés simultanément sur nos téléviseurs, tablettes et téléphones portables.

Pourtant, nous ne sommes pas simplement sous l’emprise de ces technologies destinées à nous faciliter la vie. Nous en sommes devenus les esclaves.

Regardez autour de vous. Partout où vous vous tournez, les gens sont tellement accros à leurs appareils à écran connectés à Internet – smartphones, tablettes, ordinateurs, téléviseurs – qu’ils peuvent rester des heures entières immergés dans un monde virtuel où l’interaction humaine est filtrée par le biais de la technologie.

Ce n’est pas la liberté. Ce n’est même pas du progrès.

Il s’agit d’une tyrannie technologique et d’un contrôle d’une main de fer exercé par le biais de l’État de surveillance, de géants du secteur privé tels que Google et Facebook, et d’agences d’espionnage gouvernementales telles que la National Security Agency.

Nous sommes tellement accaparés par les dernières technologies que nous avons à peine pensé aux ramifications de notre fuite en avant vers un monde où notre dépendance abjecte aux gadgets et bidules connectés à Internet nous prépare à un avenir où la liberté est une illusion.

Mais ce n’est pas seulement la liberté qui est en jeu. L’humanité elle-même est en jeu.

Si jamais les Américains se retrouvent asservis à des tyrans technologiques, nous ne pourrons nous en prendre qu’à nous-mêmes pour avoir forgé les chaînes par notre propre lassitude, notre paresse et notre dépendance abjecte à l’égard de gadgets et de bidules connectés à Internet qui nous rendent totalement inutiles.

En effet, nous nous rapprochons rapidement de la vision du futur de Philip K. Dick, telle qu’elle est décrite dans le film Minority Report. Dans ce film, les services de police appréhendent les criminels avant qu’ils ne puissent commettre un crime, les voitures sans conducteur peuplent les autoroutes et les données biométriques d’une personne sont constamment scannées et utilisées pour suivre ses mouvements, la cibler pour la publicité et la maintenir sous une surveillance perpétuelle.

C’est le début de l’ère de l’internet des objets (IoT), dans laquelle des « objets » connectés à l’internet surveillent votre maison, votre santé et vos habitudes afin que votre garde-manger soit approvisionné, que vos services publics soient régulés et que votre vie soit sous contrôle et relativement sans souci.

Le mot-clé ici, cependant, est le contrôle.

Dans un avenir pas si lointain, « à peu près tous les appareils que vous avez – et même des produits comme des chaises, dans lesquels vous ne vous attendez normalement pas à voir de la technologie – seront connectés et se parleront les uns aux autres. »

Fin 2018, « on estimait à 22 milliards le nombre d’appareils connectés à l’internet des objets utilisés dans le monde… Les prévisions suggèrent que d’ici 2030, environ 50 milliards de ces appareils IoT seront utilisés dans le monde, créant un réseau massif d’appareils interconnectés couvrant tout, des smartphones aux appareils de cuisine. »

Comme les technologies alimentant ces appareils sont devenues de plus en plus sophistiquées, elles sont également devenues de plus en plus répandues, englobant tout, des brosses à dents et des ampoules électriques aux voitures, aux compteurs intelligents et aux équipements médicaux.

On estime que 127 nouveaux appareils IoT sont connectés au web chaque seconde.

Cette industrie « connectée » est devenue la prochaine grande transformation sociétale, au même titre que la révolution industrielle, un moment décisif dans la technologie et la culture.

Entre les voitures sans conducteur, totalement dépourvues de volant, d’accélérateur ou de pédale de frein, et les pilules intelligentes équipées de puces électroniques, de capteurs, de caméras et de robots, nous sommes sur le point de dépasser l’imagination d’auteurs de science-fiction tels que Philip K. Dick et Isaac Asimov. (Soit dit en passant, la voiture sans conducteur n’existe pas. Quelqu’un ou quelque chose conduira, mais ce ne sera pas vous).

Ces gadgets technologiques connectés à Internet comprennent des ampoules intelligentes qui découragent les cambrioleurs en donnant l’impression que votre maison est occupée, des thermostats intelligents qui régulent la température de votre maison en fonction de vos activités et des sonnettes intelligentes qui vous permettent de voir qui se trouve devant votre porte sans quitter le confort de votre canapé.

Nest, la suite de produits pour la maison intelligente de Google, a été à l’avant-garde de l’industrie « connectée », avec des commodités technologiquement sophistiquées telles qu’une serrure intelligente qui indique à votre thermostat qui est à la maison, quelle température il aime et quand votre maison est inoccupée ; un système de service téléphonique à domicile qui interagit avec vos appareils connectés pour « apprendre quand vous allez et venez » et vous avertir si vos enfants ne rentrent pas à la maison ; et un système de sommeil qui surveille quand vous vous endormez, quand vous vous réveillez et maintient les bruits et la température de la maison dans un état propice au sommeil.

L’objectif de ces dispositifs connectés à Internet, comme le proclame Nest, est de faire de « votre maison une maison plus réfléchie et plus consciente ». Par exemple, votre voiture peut signaler à l’avance que vous êtes sur le chemin du retour, tandis que les lumières Hue peuvent s’allumer et s’éteindre pour attirer votre attention si Nest Protect détecte un problème. Votre cafetière, s’appuyant sur les données des capteurs de forme physique et de sommeil, préparera un café plus fort si vous avez eu une nuit agitée.

Cependant, compte tenu de la vitesse et de la trajectoire de développement de ces technologies, il ne faudra pas longtemps avant que ces appareils ne fonctionnent de manière totalement indépendante de leurs créateurs humains, ce qui pose une toute nouvelle série de problèmes. Comme le fait remarquer l’expert en technologie Nicholas Carr :

« Dès que vous permettez à des robots ou à des programmes logiciels d’agir librement dans le monde, ils vont se heurter à des situations éthiquement tendues et être confrontés à des choix difficiles qui ne peuvent être résolus par des modèles statistiques. Cela sera vrai pour les voitures à conduite autonome, les drones autonomes et les robots de combat, tout comme c’est déjà le cas, à une moindre échelle, pour les aspirateurs et les tondeuses à gazon automatisés. »

Par exemple, tout comme l’aspirateur robotisé Roomba « ne fait aucune distinction entre un lapin de poussière et un insecte », les drones armés seront incapables de faire la différence entre un criminel en fuite et une personne faisant simplement son jogging dans une rue. D’ailleurs, comment se défendre contre un robot policier – tel que l’androïde Atlas développé par le Pentagone – qui a été programmé pour répondre par la violence à toute menace perçue ?

De plus, ce ne sont pas seulement nos maisons et nos appareils personnels qui sont réorganisés et réimaginés dans cette ère connectée : ce sont nos lieux de travail, nos systèmes de santé, notre gouvernement, nos corps et nos pensées les plus intimes qui sont branchés sur une matrice sur laquelle nous n’avons aucun contrôle réel.

D’ici à 2030, nous devrions tous faire l’expérience de l’internet des sens (IoS), grâce à l’intelligence artificielle (IA), à la réalité virtuelle (VR), à la réalité augmentée (AR), à la 5G et à l’automatisation. L’Internet des sens repose sur une technologie connectée qui interagit avec nos sens de la vue, de l’ouïe, du goût, de l’odorat et du toucher en utilisant le cerveau comme interface utilisateur.

Comme l’explique la journaliste Susan Fourtane :

« Beaucoup prédisent que d’ici 2030, la frontière entre la pensée et l’action s’estompera. Cinquante-neuf pour cent des consommateurs pensent qu’il suffira de penser à une destination pour voir des cartes sur des lunettes de réalité virtuelle… D’ici à 2030, la technologie devrait réagir à nos pensées, voire les partager avec d’autres… L’utilisation du cerveau comme interface pourrait signifier la fin des claviers, des souris, des manettes de jeu et, en fin de compte, des interfaces utilisateur pour tout appareil numérique. L’utilisateur n’aura qu’à penser aux commandes, et elles se feront toutes seules. Les smartphones pourraient même fonctionner sans écran tactile ».

En d’autres termes, l’IoS reposera sur la capacité de la technologie à accéder à vos pensées et à agir en conséquence.

M. Fourtane décrit plusieurs tendances liées à l’IoS qui devraient devenir une réalité d’ici à 2030 :

1 : Les pensées deviennent des actions : en utilisant le cerveau comme interface, les utilisateurs pourront, par exemple, voir des cartes routières sur des lunettes VR en pensant simplement à une destination.

2 : Les sons deviendront une extension de la réalité virtuelle conçue : les utilisateurs pourront imiter la voix de n’importe qui de manière suffisamment réaliste pour tromper même les membres de leur famille.

3 : La nourriture réelle deviendra secondaire par rapport aux goûts imaginés. Un dispositif sensoriel pour votre bouche pourrait améliorer numériquement tout ce que vous mangez, de sorte que n’importe quel aliment pourrait avoir le même goût que votre friandise préférée.

4 : Les odeurs deviendront une projection de cette réalité virtuelle, de sorte que les visites virtuelles, en forêt ou à la campagne par exemple, incluront l’expérience de toutes les odeurs naturelles de ces lieux.

5 : Le toucher total : Les smartphones dotés d’écrans transmettront la forme et la texture des icônes numériques et des boutons sur lesquels ils appuient.

6 : Réalité fusionnée : Les mondes de jeux en RV ne se distingueront plus de la réalité physique d’ici 2030.

C’est le métavers, enveloppé dans le chant des sirènes de la commodité et vendu comme le secret du succès, du divertissement et du bonheur.

C’est une fausse promesse, un piège diabolique pour nous piéger, avec un seul objectif : le contrôle total.

George Orwell l’avait compris.

Le chef-d’œuvre d’Orwell, 1984, dépeint une société mondiale de contrôle total dans laquelle les gens ne sont pas autorisés à avoir des pensées qui soient en désaccord avec l’État corporatif. La liberté individuelle n’existe pas et la technologie avancée est devenue le moteur d’une société axée sur la surveillance. Les mouchards et les caméras sont partout. Et les gens sont soumis à la Police de la Pensée, qui s’occupe de toute personne coupable de crimes de la pensée. Le gouvernement, ou « Parti », est dirigé par Big Brother, qui apparaît sur des affiches partout avec les mots : « Big Brother vous regarde. »

Comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People, le contrôle total de tous les aspects de notre vie, jusqu’à nos pensées intimes, est l’objectif de tout régime totalitaire.

Le Metaverse n’est qu’un Big Brother déguisé.

Par l’avocat constitutionnel John W. Whitehead. Il est le fondateur et président de l’Institut Rutherford, et l’auteur de Battlefield America : The War on the American People.

Source


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR

1 Comment

  1. Bonsoir, j’ai lu, et je me suis souvenue de « Protéus 4 » : une maison complètement sous contrôle de Protéus 4, entièrement contrôlée par l’informatique, robotisée entièrement même jusqu’à faire un enfant à l’héroïne du film, il y a quelques films pourtant anciens, par exemple et aussi « Watter Wolf » le contrôle du cerveau est total… dans tous les cas… C’est très fatiguant de faire tous ces constats mais il le faut pour sauver L’Humanité et pour nos enfants bien qu’ils aiment tellement passionnément l’informatique, le tout est de le leur montrer de façon concrète, on y arrivera patience, j’essaye déjà avec mon petit fils et il vient de se mettre en colère aujourd’hui, pour moi cela veut dire qu’il commence son éveil ! Merci pour votre éclairage et bon courage pour la suite…

Les commentaires sont fermés.