Les anciens Egyptiens avaient-ils l’électricité ? Et la pyramide de Gizeh était-elle une centrale électrique ?

La représentation de l'ampoule de Dendera

La curiosité et la surprise ont été présentes lorsqu’on a essayé de comprendre comment les anciens d’Égypte ont atteint leur perfection artistique et technique dans l’obscurité totale des immenses couloirs souterrains que l’on trouve dans d’innombrables monuments de différentes nécropoles à travers l’Égypte.

Comment faisaient-ils pour organiser ces incroyables festins sans source de lumière constante ? C’est une question à laquelle les archéologues et les historiens ont partiellement répondu, mais ces théories n’ont pas été acceptées par tous.

Une hypothèse impressionnante a été émise en ce qui concerne l’Égypte ancienne, car un nombre croissant de chercheurs affirment que nous ne devrions plus accepter la version populaire de l’inventeur de l’électricité.

Ils affirment que l’électricité a été découverte dans le monde antique et que le sacerdoce égyptien a été le premier à en exploiter le pouvoir pour éclairer ses tombes et monuments souterrains.

Les théoriciens alternatifs pointent du doigt une série de reliefs recouvrant les murs dans un coin sombre d’une crypte du temple d’Hathor à Dendera.

L’un de ces reliefs a attiré l’attention d’un visiteur, un ingénieur norvégien qui n’avait aucun doute sur le fait que ce qu’il voyait, représenté dans le mur du temple de Dandera, était en fait une ancienne ampoule électrique.

Cette fantastique révélation s’est rapidement répandue et a attiré l’attention des ingénieurs et des chercheurs. Après avoir étudié le relief, ils ont convenu que les représentations sur les murs du temple d’Hathor à Dendera semblaient certainement représenter une ampoule électrique.

En comparant les représentations et en étudiant les différents types d’ampoules, les chercheurs sont parvenus à une conclusion : les Égyptiens de l’Antiquité possédaient des ampoules électriques fonctionnelles réalisées par ce qu’on appelle des « tubes de Crookes ».

Officiellement, un tube de Crookes est un premier tube expérimental à décharge électrique, avec vide partiel, inventé par le physicien anglais William Crookes et d’autres personnes vers 1869-1875, dans lequel des rayons cathodiques, des flux d’électrons, ont été découverts.

Lorsque le tube [Crookes] est en fonctionnement, le faisceau est créé à l’endroit où le cordon d’alimentation pénètre dans le tube cathodique à l’extrémité opposée. Dans l’image du temple, le faisceau d’électrons est représenté comme un serpent étendu. La queue du serpent commence là où le câble du boîtier d’alimentation entre dans le tube, et la tête du serpent touche l’extrémité opposée. Dans l’art égyptien, le serpent était le symbole de l’énergie divine : ….

Chris Dunn, The Giza Power Plant.

Pour comprendre pourquoi les ingénieurs électriciens et autres chercheurs ont été enthousiasmés par la découverte de l’ampoule à lamelles, et pourquoi ils croient que les anciens Égyptiens avaient des tubes de Crookes, nous observons les image suivantes (image de couverture également), qui selon les théoriciens des astronautes antiques sont des preuves qui soutiennent leurs théories.

Le tube Crookes

Lisez aussi : Ancient Pyramids Were High Frequency Power Stations.

Selon les chercheurs, les similitudes sont immenses. L’ampoule de Dendera pourrait en fait être un dispositif très similaire à ce que nous connaissons aujourd’hui, à savoir un tube de Crookes.

Les partisans de cette hypothèse affirment que le long des temples anciens d’Égypte et des cryptes, qui présentent des dessins extrêmement complexes de sculptures, de reliefs et de peintures murales, il existe des endroits où il n’y a pas de lumière. La possibilité de l’utilisation de lanternes et de lampes a été proposée au fil des ans, mais les chercheurs n’ont pas réussi à trouver des traces de suie.

Les miroirs égyptiens auraient pu être une possibilité, mais une possibilité très inefficace, car les miroirs égyptiens étaient faits de cuivre poli et n’auraient pas pu refléter la lumière avec une intensité suffisante pour rebondir sur sept ou huit miroirs afin de fournir suffisamment de lumière aux chambres souterraines.

En effet, les miroirs étaient en cuivre poli et n’auraient pas été en mesure de réfléchir la lumière avec suffisamment d’intensité pour qu’elle rebondisse sur sept ou huit miroirs et qu’elle puisse atteindre les chambres souterraines.

Reférence: Ancient-Code.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR