Les hôpitaux regrettent d’avoir licencié des travailleurs pour avoir résisté à la tyrannie et les réembauchent maintenant

En septembre, bien qu’il ait affirmé qu’il n’en émettrait pas, le président Joe Biden a annoncé un mandat de prélèvement pour toutes les entreprises américaines de plus de 100 employés. Si ces entreprises refusent de s’y conformer, on leur a dit qu’elles s’exposeraient à des amendes massives, pouvant aller jusqu’à 700 000 dollars.

Ne voulant pas faire faillite à cause d’amendes massives, des entreprises de tout le pays, y compris des hôpitaux – sous la contrainte de l’État – ont lancé un ultimatum à leurs employés : prendre le vaccin ou se casser la figure.

Comme beaucoup de gens ne veulent pas ou n’ont pas besoin d’un vaccin parce qu’ils ont déjà eu le COVID-19, ou y sont opposés pour des raisons religieuses, le mandat de Biden a provoqué une tempête de pénuries de travailleurs, affectant toutes les industries. Des millions de personnes ont démissionné ou ont été licenciées à cause de ce mandat, ajoutant de l’eau au moulin de l’économie américaine.

À l’approche des échéances de la jab, les pénuries massives de travailleurs se font sentir, et le secteur des soins de santé est particulièrement touché.

Après que des millions de médecins, d’infirmières et d’autres professionnels de la santé aient bravé COVID-19 en 2020, travaillant en première ligne et risquant leur vie pour lutter contre la pandémie, en 2021, ils sont passés du statut de personnes essentielles à celui de personnes à sacrifier pour ne pas avoir reçu une injection expérimentale contre une maladie dont ils se sont peut-être déjà remis.

Grâce aux procédures médicales forcées draconiennes, les hôpitaux de tout le pays ont connu des pénuries de main-d’œuvre, qu’il s’agisse d’administrateurs, de médecins ou même de personnel d’entretien.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a eu une tempête de résistance et qu’au début du mois, un juge fédéral a stoppé le mandat de l’administration Biden sur le jab pour les travailleurs de la santé.

Bien que de nombreuses personnes voient l’avantage de prendre la piqûre, elles sont encore assez rationnelles pour voir les implications horribles de forcer les gens à prendre une piqûre ou à perdre leur emploi.

Le TFTP a prédit ces pénuries de main-d’œuvre depuis le premier jour et maintenant le poulet est rentré au poulailler. Les directeurs d’hôpitaux de tout le pays sont obligés de se plaindre et de demander le retour de leurs employés – cette fois, sans piqûre.

Dans un article paru cette semaine, le Wall Street Journal rapporte que l’obligation d’administrer un vaccin a provoqué un « exode massif » de médecins, d’infirmières et d’autres professionnels de la santé qui ont tous risqué leur vie pendant la pandémie sans avoir reçu de vaccin, puis ont été renvoyés lorsqu’un vaccin est devenu disponible et ne l’ont pas pris.

Aujourd’hui, les hôpitaux qui les ont licenciés leur demandent de revenir dans un contexte d’augmentation du nombre de cas et de pénurie massive de main-d’œuvre. Selon le Journal :

Certains des plus grands systèmes hospitaliers américains ont renoncé à faire vacciner leur personnel contre le virus Covid-19 après qu’un juge fédéral ait temporairement suspendu un mandat de l’administration Biden imposant aux travailleurs de la santé de se faire vacciner.

Les exploitants d’hôpitaux, dont HCA Healthcare Inc. et Tenet Healthcare Corp., ainsi que les organismes à but non lucratif AdventHealth et la Cleveland Clinic, ont renoncé à cette obligation. Les coûts de la main-d’œuvre dans le secteur ont grimpé en flèche, et les hôpitaux ont eu du mal à retenir suffisamment d’infirmières, de techniciens et même de concierges pour faire face à l’augmentation des hospitalisations au cours des derniers mois, alors que la variante Delta faisait rage. Selon les directeurs d’hôpitaux, les autorités de santé publique et les associations d’infirmières, l’obligation de mettre la main à la pâte a été un facteur limitant l’offre de personnel de santé.

Selon le rapport, plus de 30 % de l’ensemble des travailleurs de plus de 2 000 hôpitaux du pays ont été ou ont été menacés d’être contraints de quitter leur emploi pour avoir refusé le vaccin.

Beaucoup de ces personnes ont une immunité supérieure au covid-19 puisqu’elles l’ont contracté l’année dernière, mais comme le mandat gouvernemental ignore l’immunité naturelle, elles se sont retrouvées sans emploi.

Comme l’illustre le rapport du WSJ, la situation semble désormais changer.

La même chose se produit en Europe, le journal OE24 rapportant que l’Italie demande aux médecins non vaccinés de reprendre le travail. Et ce, malgré les mesures draconiennes de confinement et de vaccination en cours dans le pays.

« Avec cette nouvelle vague d’admissions dans les hôpitaux, nous sommes au bout du rouleau. La situation paradoxale est que le retrait des collègues non vaccinés pèse encore plus lourd sur nous », rapporte le journal.

Par Matt Agorist, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTR