Nous sommes entrés dans le futur dystopique imaginé par les auteurs de science-fiction

« L’Internet nous regarde maintenant. S’ils le veulent. Ils peuvent voir quels sites vous visitez. À l’avenir, la télévision nous observera et s’adaptera à ce qu’elle sait de nous. Ce qui est excitant, c’est que cela nous donnera l’impression de faire partie du média.

Ce qui est effrayant, c’est que nous perdrons notre droit à la vie privée. Une publicité apparaîtra dans l’air autour de nous, s’adressant directement à nous. » – Réalisateur Steven Spielberg, Minority Report

Nous sommes arrivés, bien plus tôt que prévu, dans le futur dystopique imaginé par des auteurs de science-fiction tels que George Orwell, Aldous Huxley, Margaret Atwood et Philip K. Dick.

Tout comme le Big Brother d’Orwell dans 1984, le gouvernement et ses espions corporatifs surveillent désormais chacun de nos mouvements.

Comme dans Le meilleur des mondes de Huxley, nous formons une société d’observateurs qui « se voient retirer leurs libertés, mais … en profitent plutôt, parce qu’ils [sont] détournés de tout désir de rébellion par la propagande ou le lavage de cerveau ».

Comme dans The Handmaid’s Tale d’Atwood, la population apprend désormais à « connaître sa place et ses devoirs, à comprendre qu’elle n’a pas de droits réels mais qu’elle sera protégée jusqu’à un certain point si elle se conforme, et à avoir une si piètre opinion d’elle-même qu’elle acceptera le sort qui lui est réservé sans se rebeller ni s’enfuir« .

Et, conformément à la vision sombrement prophétique de Philip K. Dick d’un État policier dystopique – qui a servi de base au thriller futuriste Minority Report de Steven Spielberg, sorti il y a 20 ans – nous sommes désormais piégés dans un monde où le gouvernement est omniscient, omniscient et tout-puissant, et où, si vous osez sortir du rang, les équipes d’intervention de la police en tenue sombre et les unités de pré-crime vous briseront quelques crânes pour maîtriser la population.

Minority Report se déroule en 2054, mais il aurait tout aussi bien pu se dérouler en 2022.

S’inspirant apparemment de la science-fiction, la technologie a évolué si rapidement depuis la sortie de Minority Report en 2002 que ce qui paraissait autrefois futuriste ne relève plus du domaine de la science-fiction.

Incroyablement, alors que les diverses technologies naissantes employées et partagées par le gouvernement et les entreprises – reconnaissance faciale, scanners d’iris, bases de données massives, logiciels de prédiction du comportement, etc. – sont incorporées dans un cyber-réseau complexe et imbriqué visant à suivre nos mouvements, à prédire nos pensées et à contrôler notre comportement, la vision inquiétante de l’avenir de Spielberg devient rapidement notre réalité.

Les deux mondes – notre réalité actuelle et la vision du futur de Spielberg – sont caractérisés par une surveillance généralisée, des technologies de prédiction du comportement, l’extraction de données, des centres de fusion, des voitures sans conducteur, des maisons à commande vocale, des systèmes de reconnaissance faciale, des cybugs et des drones, ainsi qu’une police prédictive (pré-crime) visant à capturer les criminels potentiels avant qu’ils ne puissent faire de dégâts.

Les caméras de surveillance sont partout. Les agents du gouvernement écoutent nos appels téléphoniques et lisent nos courriels. Le politiquement correct – une philosophie qui décourage la diversité – est devenu un principe directeur de la société moderne.

Les tribunaux ont réduit en miettes les protections du quatrième amendement contre les perquisitions et les saisies abusives. En fait, les équipes du SWAT enfonçant les portes sans mandat de perquisition et les agents du FBI agissant comme une police secrète qui enquête sur les citoyens dissidents sont des faits courants dans l’Amérique contemporaine.

Nous sommes de plus en plus dirigés par des multinationales liées à l’État policier. Une grande partie de la population est soit accrochée à des drogues illégales, soit à des drogues prescrites par des médecins. Et la vie privée et l’intégrité corporelle ont été complètement éviscérées par l’opinion dominante selon laquelle les Américains n’ont aucun droit sur ce qu’il advient de leur corps lors d’une rencontre avec des agents de l’État, qui sont autorisés à fouiller, saisir, déshabiller, scanner, espionner, sonder, fouiller par palpation, utiliser le Taser et arrêter n’importe quel individu à tout moment et pour la moindre provocation.

Tout cela s’est produit avec à peine plus qu’un gémissement de la part d’une population américaine inconsciente, composée en grande partie de non-lecteurs et de zombies de la télévision et d’Internet, mais cela fait des années que des romans et des films nous mettent en garde contre un avenir aussi inquiétant.

Les 15 films suivants sont peut-être la meilleure représentation de ce à quoi nous sommes confrontés en tant que société.

Fahrenheit 451 (1966). Adapté du roman de Ray Bradbury et réalisé par François Truffaut, ce film dépeint une société futuriste dans laquelle les livres sont interdits et où les pompiers sont ironiquement appelés à brûler les livres de contrebande – 451 Fahrenheit étant la température à laquelle les livres brûlent. Montag est un pompier qui développe une conscience et commence à remettre en question le fait qu’il brûle des livres. Ce film est une métaphore adroite de notre société obsessionnellement politiquement correcte où pratiquement tout le monde pré-censure désormais les propos. Ici, un peuple victime d’un lavage de cerveau et accro à la télévision et aux drogues ne fait pas grand-chose pour résister aux oppresseurs gouvernementaux.

2001 : L’Odyssée de l’espace (1968). L’intrigue du chef-d’œuvre de Stanley Kubrick, basé sur une nouvelle d’Arthur C. Clarke, tourne autour d’un voyage spatial vers Jupiter. Les astronautes apprennent toutefois rapidement que le vaisseau entièrement automatisé est orchestré par un système informatique – connu sous le nom de HAL 9000 – qui est devenu un être pensant autonome, prêt à tuer pour garder le contrôle. L’idée est qu’à un moment donné de l’évolution humaine, la technologie sous forme d’intelligence artificielle deviendra autonome et que les êtres humains ne seront plus que des appendices de la technologie. En fait, nous assistons actuellement à cette évolution avec des bases de données massives générées et contrôlées par le gouvernement, qui sont administrées par des agences secrètes telles que la National Security Agency et qui balaient tous les sites web et autres dispositifs d’information pour collecter des informations sur les citoyens moyens. Nous sommes surveillés du berceau à la tombe.

La planète des singes (1968). Basé sur le roman de Pierre Boulle, des astronautes s’écrasent sur une planète où les singes sont les maîtres et les humains sont traités comme des brutes et des esclaves. Alors qu’il fuit des gorilles à cheval, l’astronaute Taylor reçoit une balle dans la gorge, est capturé et placé dans une cage. De là, Taylor entame un voyage où la vérité révélée est que la planète était autrefois contrôlée par des humains technologiquement avancés qui ont détruit la civilisation. En se rendant dans l’inquiétante Zone Interdite, Taylor découvre qu’il était sur la planète Terre depuis le début. Descendant dans une crise de rage à cause de ce qu’il voit dans la scène finale, Taylor crie : « On a enfin réussi. Bande de maniaques ! Vous l’avez fait exploser ! Soyez maudits. » La leçon est évidente, mais écouterons-nous ? Le scénario, bien que réécrit, a été initialement rédigé par Rod Serling et conserve la fin à la Twilight Zone de Serling.

THX 1138 (1970). Le premier film de George Lucas est une vision sombre d’une société déshumanisée totalement contrôlée par un État policier. Les gens sont gavés de drogues pour rester passifs, et ils n’ont plus de noms mais seulement des combinaisons de lettres et de chiffres comme THX 1138. Tout citoyen qui sort du rang est rapidement mis au pas par des robots policiers équipés de « pain prods », des matraques à électrochocs. Ça ressemble à des tasers ?

Orange mécanique (1971). Le réalisateur Stanley Kubrick présente un futur régi par des gangs de punks sadiques et un gouvernement chaotique qui réprime ses citoyens de façon sporadique. Alex est un punk violent qui se retrouve dans les rouages broyeurs et écrasants de l’injustice. Ce film peut dépeindre avec précision l’avenir de la société occidentale qui s’arrête à mesure que les réserves de pétrole diminuent, que les crises environnementales augmentent, que le chaos règne et que la seule chose qui reste est la force brute.

Soylent Green (1973). Dans un New York futuriste surpeuplé, la population dépend d’aliments synthétiques fabriqués par la Soylent Corporation. Un policier enquêtant sur un meurtre découvre l’effroyable vérité sur la composition du soylent green. Le thème est le chaos où le monde est dirigé par des sociétés impitoyables dont le seul but est la cupidité et le profit. Cela vous semble familier ?

Blade Runner (1982). Dans un Los Angeles du 21e siècle, un flic fatigué de la vie traque une poignée de « réplicants » renégats (des esclaves humains produits par synthèse). La vie est désormais dominée par les méga-corporations, et les gens marchent en somnambules dans les rues inondées de pluie. C’est un monde où la vie humaine est bon marché et où tout le monde peut être exterminé à volonté par la police (ou les blade runners). Inspiré d’un roman de Philip K. Dick, ce film exquis de Ridley Scott s’interroge sur ce que signifie être humain dans un monde inhumain.

1984 (Nineteen Eighty-Four). La meilleure adaptation du sombre récit d’Orwell, ce film visualise la perte totale de liberté dans un monde dominé par la technologie et son mauvais usage, et l’inhumanité écrasante d’un État omniscient. Le gouvernement contrôle les masses en maîtrisant leurs pensées, en modifiant l’histoire et en changeant le sens des mots. Winston Smith est un sceptique qui se tourne vers l’expression personnelle à travers son journal intime et commence à remettre en question les méthodes de Big Brother avant d’être rééduqué de manière très brutale.

Brazil (1985). Partageant une vision du futur proche similaire à celle de 1984 et du roman Le Procès de Franz Kafka, il s’agit sans doute de la meilleure œuvre du réalisateur Terry Gilliam, une œuvre où se mêlent le fantastique et la dure réalité. Ici, un employé infortuné, dominé par sa mère, se réfugie dans des envolées fantaisistes pour échapper à la morosité ordinaire de la vie. Pris dans les tentacules chaotiques d’un État policier, la nostalgie d’une époque plus innocente et libre se cache derrière la surface vicieuse de ce film.

Ils vivent (1988). L’étrange film d’action de John Carpenter, une satire sociale de science-fiction, suppose que le futur est déjà arrivé. John Nada est un sans-abri qui tombe par hasard sur un mouvement de résistance et trouve une paire de lunettes de soleil qui lui permet de voir le monde réel qui l’entoure. Ce qu’il découvre est un monde contrôlé par des êtres inquiétants qui bombardent les citoyens de messages subliminaux tels que « obéir » et « se conformer ». Carpenter parvient à faire passer un message politique efficace sur la classe marginale, c’est-à-dire tout le monde sauf ceux qui sont au pouvoir. Le point est le suivant : nous, les prisonniers de nos appareils, sommes trop occupés à absorber les futilités télévisées dans nos cerveaux et à nous attaquer les uns aux autres pour lancer un mouvement de résistance efficace.

The Matrix (1999). L’histoire est centrée sur un programmeur informatique, Thomas A. Anderson, qui est secrètement un pirate informatique connu sous le nom de « Neo », et qui entreprend une quête sans relâche pour découvrir la signification de « Matrix », des références cryptiques qui apparaissent sur son ordinateur. La recherche de Neo le conduit à Morpheus qui lui révèle que la réalité actuelle n’est pas ce qu’elle semble être et qu’Anderson vit en fait dans le futur – 2199. L’humanité est en guerre contre la technologie qui a pris la forme d’êtres intelligents, et Neo vit en fait dans la Matrice, un monde illusoire qui semble se dérouler dans le présent afin de garder les humains dociles et sous contrôle. Neo rejoint bientôt Morpheus et ses cohortes dans une rébellion contre les machines qui utilisent les tactiques de l’équipe SWAT pour garder les choses sous contrôle.

Minority Report (2002). Basé sur une nouvelle de Philip K. Dick et réalisé par Steven Spielberg, le film offre une vision techno et truffée d’effets spéciaux d’un monde futuriste dans lequel le gouvernement est omniscient, omniscient et tout-puissant. Et si vous osez sortir du rang, des équipes de policiers en tenue sombre vous maîtriseront. L’action se déroule en 2054, dans une unité de police spécialisée, PreCrime, qui appréhende les criminels avant qu’ils ne commettent leur crime. Le capitaine Anderton est le chef de la force PreCrime de Washington, DC, qui utilise des visions du futur générées par des « pré-cogs » (des humains mutants dotés de capacités de précognition) pour arrêter les meurtres. Anderton devient bientôt le centre d’une enquête lorsque les précogs prédisent qu’il va commettre un meurtre. Mais le système peut être manipulé. Ce film soulève la question du danger que représente une technologie fonctionnant de manière autonome – ce qui finira par arriver si ce n’est déjà fait. Pour un marteau, le monde entier ressemble à un clou. De la même manière, pour un ordinateur d’État policier, nous ressemblons tous à des suspects. En fait, d’ici peu, nous pourrions tous être de simples extensions ou appendices de l’État policier – tous suspects dans un monde réquisitionné par les machines.

V pour Vendetta (2006). Ce film dépeint une société dirigée par un gouvernement corrompu et totalitaire où tout est géré par une police secrète abusive. Un justicier nommé V porte un masque et mène une rébellion contre l’État. Le sous-texte ici est que les régimes autoritaires, par la répression, créent leurs propres ennemis – c’est-à-dire des terroristes – forçant les agents du gouvernement et les terroristes à entrer dans un cycle récurrent de violence. Et qui est pris au milieu ? Les citoyens, bien sûr. Ce film fait l’objet d’un culte au sein de divers groupes politiques clandestins tels que les Anonymous, dont les membres portent le même masque de Guy Fawkes que celui porté par V.

Children of Men (2006). Ce film dépeint un monde futuriste sans espoir puisque l’humanité a perdu sa capacité à procréer. La civilisation a sombré dans le chaos et est maintenue par un État militaire et un gouvernement qui tente de conserver sa mainmise totalitaire sur la population. La plupart des gouvernements se sont effondrés, laissant la Grande-Bretagne comme l’une des rares sociétés encore intactes. En conséquence, des millions de réfugiés demandent l’asile pour être ensuite raflés et détenus par la police. Le suicide est une option viable, car un kit de suicide appelé Quietus est promu sur les panneaux d’affichage, à la télévision et dans les journaux. Mais l’espoir d’un jour nouveau naît lorsqu’une femme tombe inexplicablement enceinte.

Land of the Blind (2006). Dans cette sombre satire politique, des dirigeants tyranniques sont renversés par de nouveaux leaders qui s’avèrent être aussi mauvais que leurs prédécesseurs. Maximilien II est un dirigeant fasciste dément d’un pays troublé appelé Everycountry qui a deux intérêts principaux : tourmenter ses subordonnés et diriger l’industrie cinématographique de son pays. Les citoyens qui remettent en question l’État sont envoyés dans des « camps de rééducation » où la conception de la réalité de l’État leur est inculquée. Joe, un gardien de prison, est ému par le prisonnier et auteur renommé Thorne. Il finit par participer à un coup d’État visant à destituer le sadique Maximilian et à le remplacer par Thorne. Mais Joe se retrouve bientôt la cible du nouveau gouvernement.

Tous ces films – et les auteurs qui les ont inspirés – ont compris ce que beaucoup d’Américains, pris dans leur état de zombification partisane, agitant des drapeaux, ont encore du mal à accepter : il n’existe pas de gouvernement organisé pour le bien du peuple. Même les meilleures intentions de ceux qui gouvernent cèdent inévitablement au désir de maintenir le pouvoir et le contrôle à tout prix.

Finalement, comme je l’explique clairement dans mon livre Battlefield America : The War on the American People (La guerre contre le peuple américain) et dans son pendant fictif The Erik Blair Diaries (Les journaux d’Erik Blair), même les masses somnambules (qui restent convaincues que toutes les mauvaises choses qui se produisent dans l’État policier – les fusillades de la police, les passages à tabac, les raids, les fouilles au bord de la route – sont le fait d’autres personnes) devront se réveiller.

Tôt ou tard, les choses qui arrivent aux autres commenceront à nous arriver.

Lorsque cette douloureuse réalité se fera sentir, elle frappera avec la force d’une équipe du SWAT défonçant votre porte, d’un taser pointé sur votre estomac et d’un pistolet pointé sur votre tête. Et il n’y aura pas de chaîne à changer, pas de réalité à modifier, et pas de farce fabriquée derrière laquelle se cacher.

Comme George Orwell l’avait prévenu, « Si vous voulez une image de l’avenir, imaginez une botte qui piétine un visage humain pour toujours ».

Par John W. Whitehead, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

1 Comment

  1. Bonjour,
    Je vous fais remarquer respectueusement que vous avez oublié un film !
    Equilibrium :
    Film de Kurt Wimmer Action, science-fiction et thriller 1 h 47 min 9 juillet 2003 (France)
    Avec Christian Bale, Emily Watson, Taye Diggs
    Dans les années 2070, les émotions n’existent plus à cause du Prozium. Les personnes refusant leur dose sont considérées comme des rebelles.
    Bien à vous

Les commentaires sont fermés.