Clif High – Le monde parfait

Ce monde est-il parfait ? Ou imparfait ? Si vous pensez qu’il est imparfait, l’est-il vraiment ? Ou cette opinion est-elle le résultat de votre expérience personnelle et de votre réflexion ? Si vous pensez que le monde est imparfait, avez-vous des preuves qui ne découlent pas d’une conclusion personnelle ?

Les diverses religions abordent cette question sous des angles différents.

La plupart privilégient un « monde parfait », les défauts apparents étant un artefact de l’expérience humaine.

En d’autres termes, la plupart des religions affirment que le monde est parfait, et que seuls les humains ne sont pas aussi grands que Dieu, de sorte que nous projetons les défauts sur l’Univers en raison des limites de notre esprit.

C’est donc un monde parfait, mais nous ne sommes pas parfaits dans ce monde.

Certains textes religieux décrivent un monde différent, imparfait, dans lequel il y a des « erreurs » dans sa création.

On trouve notamment cette idée dans le Talmud, mais elle apparaît également dans l’histoire religieuse hindoue, et même dans certaines sectes musulmanes.

Le Talmud

Les religions dualistes du monde appartiennent toutes à la catégorie du « monde parfait ».

Ces religions ne considèrent pas le mal comme un défaut, mais plutôt comme une opposition nécessaire au bien.

L’idée fondamentale est que l’esprit humain ne peut définir le « bien » sans référence au « non-bien (mal) ».

Le dualisme est donc nécessaire dans un monde parfait pour que les humains puissent apprendre et progresser à travers le temps grâce à leur rencontre avec le mal.

Le même concept est à la base de l’idée d’un « karma universel, bien qu’appliqué individuellement et collectivement ».

Dans de nombreuses religions dualistes, l’idée de tenter d’éliminer le mal du monde humain est complètement absurde.

La religion dualiste cathare décrit les tentatives, personnelles ou collectives, d' »éliminer le mal » comme « essayer de respirer sans expirer ».

Selon l’opinion de la mafia khazarienne, qui prend le Talmud comme guide, le monde est défectueux parce que Dieu a merdé.

L’histoire présentée par la cosmologie de la Mafia Khazarienne est que Dieu est une sorte de doigts de fée, et qu’il a eu un accident avec les « étincelles de vie » ici sur terre.

Nous pouvons noter une compréhension légèrement similaire provenant des sectes hindoues à propos de l' »eau », ou du « sang », de la vie dont « quelques gouttes ont été renversées » pendant le transport de l’Inde occidentale vers la côte asiatique du Pacifique.

Dans les deux cas, le monde est défectueux par accident, et non intentionnellement, par Dieu.

Hmmm… donc votre dieu est enclin à laisser tomber des trucs ? Dans les deux ensembles de textes religieux, si on les lit en entier et si on suppose que le livre rapporte une chaîne d’événements, ces « accidents » sont un effet secondaire des guerres menées par les « dieux » (il y avait beaucoup de ces « dieux » dans le Talmud et la littérature védique) qui ont conquis les tribus de chasseurs/cueilleurs humains et les ont utilisés pour faire la guerre aux tribus d’humains capturés par d’autres « dieux ».

La mafia khazarienne

Et, dans les deux séries de textes, les « dieux » sont des êtres vivants, respirant, chiant, qui sont censés être « descendus » sur Terre.

La tribu des mondialistes de la Mafia khazarienne, les « élites » planétaires autoproclamées, estiment que si le monde de l’humanité est imparfait, il peut être perfectionné par eux.

Cette idée d’un monde « imparfait », mais qui, grâce aux actions de certains hommes « choisis », peut être « parfait », est propre à la mafia khazarienne.

Dans d’autres religions du « monde imparfait », l' »accident » à l’origine des défauts ne peut être réparé.

Le monde est maintenant, selon ces points de vue, imparfait, mais sans rédemption de ces défauts.

L’analyse de ces visions permet d’en apprendre beaucoup sur les concepts humains du temps, car la cosmologie définit les paramètres de la pensée de l’individu.

Dans la vision du monde parfait, le monde n’est pas limité par le temps.

Il est parfait, maintenant, et les défauts perçus ne sont qu’une « chose humaine » liée à notre expérience personnelle et collective de la vie dans ce monde.

Du point de vue de la mafia khazarienne, le temps est un élément clé de l' »avancement » du monde des humains, dont le dieu a dit à la mafia khazarienne qu’il était « le leur ».

Mais, le temps est la sauce.

Pour la mafia khazarienne, le temps est une salope. Dans leurs efforts pour « rendre le monde parfait », afin « d’inciter les dieux à revenir », chaque aspect doit être « perfectionné », y compris l’attention portée au temps.

Ainsi, pour la mafia khazarienne, il ne suffit pas qu’un assassinat ou qu’une guerre mondiale éclate, il faut que cela se produise à des jours et à des heures spécifiques.

Khazaria

Il en est ainsi de toutes leurs tâches au service de leurs dieux.

Elles doivent être accomplies dans le temps imparti, sinon ça ne marchera pas.

Bien sûr, le temps étant ce qu’il est, il y aura toujours un autre moment, propice, dans le futur, pour leurs efforts.

Bien sûr, s’ils ne parviennent pas à créer les conditions, c’est à cause de leurs défauts, qui incluent probablement des erreurs dans le choix du moment approprié. C’est toujours si compliqué.

Ce monde est parfait.

Notre nouveau monde

Le voir comme imparfait, c’est le défaut en vous qui est projeté vers l’extérieur.

Les humains sont parfaits. Même, et surtout, nos défauts sont parfaits.

L’Univers a créé un monde parfait dans lequel l’humanité doit se battre et apprendre, ainsi les ennemis sont fournis pour nous défier à travers la lutte pour être digne.

Sans la mafia khazarienne, qui sera l’ennemi pour inciter la croissance humaine ?

Ne vous inquiétez pas, l’Univers y pourvoit… c’est, après tout, un monde parfait.


Retrouvez-moi sur Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.