Le « Conseil pour le capitalisme inclusif » est le nouvel ordre mondial

L’idée qu’il existe un programme de gouvernement mondial parmi les élites financières et politiques du monde a longtemps été qualifiée de « théorie du complot » par les médias grand public et de l’establishment.

Et malheureusement, même lorsque vous parvenez à convaincre les gens de regarder et d’accepter les preuves que les institutions bancaires et certains politiciens travaillent ensemble à leurs propres fins, beaucoup de gens n’envisagent toujours pas l’idée que le but ultime de ces seigneurs du pouvoir est un empire mondial unique. Ils ne peuvent tout simplement pas se faire à l’idée d’une telle chose.

Les gens diront que l’establishment n’est guidé que par la cupidité et que leurs associations sont fragiles et basées uniquement sur l’intérêt individuel.

Ils diront que les événements de crise et les changements dans les tendances sociales et politiques sont aléatoires, et non le produit d’une ingénierie délibérée. Ils diront que les élitistes ne seront jamais capables de travailler ensemble parce qu’ils sont trop narcissiques, etc.

Tous ces arguments sont un mécanisme d’adaptation permettant au public de faire face à des preuves qu’il ne peut réfuter autrement. Lorsque les faits deviendront concrets et que les pouvoirs en place admettront ouvertement leurs manigances, certaines personnes reviendront à un déni confus.

Ils ne veulent pas croire que le mal organisé à une telle échelle puisse réellement exister. Si c’était le cas, alors tout ce qu’ils pensaient savoir sur le monde pourrait être faux.

Pendant de nombreuses années, le programme de gouvernance mondiale n’a fait l’objet que de chuchotements au sein des cercles élitistes, mais de temps à autre, l’un d’entre eux en parlait à voix haute en public. Peut-être par arrogance ou peut-être parce qu’ils estimaient que le moment était venu de faire accepter cette possibilité à la population.

Chaque fois qu’ils l’ont mentionné, ils l’ont appelé le « Nouvel Ordre Mondial ». Les dirigeants mondiaux, de George HW Bush à Barack Obama, en passant par Joe Biden, Gordon Brown, Tony Blair et bien d’autres, ont tous prononcé des discours sur le « nouvel ordre mondial ».

L’argent et les élites politiques comme George Soros et Henry Kissinger ont mentionné le NWO sans cesse au fil des ans.

L’une des citations les plus révélatrices de l’agenda provient du secrétaire d’État adjoint de l’administration Clinton, Strobe Talbot, qui a déclaré dans le magazine Time que :

« Au siècle prochain, les nations telles que nous les connaissons seront obsolètes ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et mondiale… La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout. »

Il ajoute dans le même article une citation moins connue :

« …Le monde libre a formé des institutions financières multilatérales qui dépendent de la volonté des États membres de renoncer à un certain degré de souveraineté. Le Fonds monétaire international peut pratiquement dicter les politiques fiscales, y compris le montant des impôts qu’un gouvernement doit prélever sur ses citoyens. L’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce réglemente le montant des droits de douane qu’une nation peut prélever sur les importations. Ces organisations peuvent être considérées comme les prototypes de commerce, de finance et de développement d’un monde uni. »

Pour comprendre comment l’agenda fonctionne, je vous propose une citation de Richard Gardner, mondialiste et membre du Council on Foreign Relations, dans un article paru dans le magazine Foreign Affairs en 1974, intitulé « Le chemin difficile vers l’ordre mondial » :

« En bref, la « maison de l’ordre mondial » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bouillonnante et bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité faite par William James, mais un contournement de la souveraineté nationale, en l’érodant morceau par morceau, permettra d’accomplir beaucoup plus que l’attaque frontale à l’ancienne. »

Le « NWO » a depuis changé de nom à plusieurs reprises, le public étant de plus en plus conscient de la conspiration. On l’a appelé l’ordre mondial multilatéral, la quatrième révolution industrielle, la « grande réinitialisation », etc. Les noms changent mais la signification est toujours la même.

Ces deux dernières années, face à des événements de crise mondiale de grande ampleur, le « nouvel ordre » dont parlaient les mondialistes de l’establishment est arrivé, sans presque aucune fanfare ni mention dans les médias grand public. Les prémices d’un gouvernement mondial existent déjà, et il s’appelle le « Conseil pour un capitalisme inclusif« .

Ces derniers temps, de nombreux analystes, dont moi-même, se sont intéressés de près au Forum économique mondial et à son rôle dans l’agenda du gouvernement mondial. Principalement parce que le chef du WEF, Klaus Schwab, est une telle grande gueule qu’il ne peut s’empêcher de parler des futurs plans de centralisation.

Comme je l’ai noté dans des articles précédents, les élites du WEF ont été beaucoup trop excitées par la pandémie de covidés, pensant qu’elles avaient la crise parfaite pour mettre en œuvre de nombreuses politiques mondialistes sous la forme d’une grande réinitialisation. Il s’est avéré que le covid était loin d’être aussi mortel qu’ils l’avaient initialement prédit lors de l’événement 201, et que le public n’était pas aussi soumis et docile qu’ils l’avaient espéré. Le WEF a vendu la mèche trop tôt.

Ainsi, nous allons de l’avant, avec des crises qui se succèdent comme des dominos jusqu’à ce que nous arrivions à l’événement qui, selon eux, poussera les masses à accepter la gouvernance mondiale. Et alors que le WEF est régulièrement fréquenté par des mondialistes de haut niveau, il s’agit plutôt d’un groupe de réflexion de haut niveau, le Conseil pour le capitalisme inclusif semble s’intéresser à la mise en œuvre plutôt qu’à la théorie.

Le fondateur du groupe est Lynn Forester de Rothschild, membre de la tristement célèbre dynastie Rothschild qui a longtemps été monétairement impliquée dans l’influence des gouvernements depuis des générations. Le pape François et le Vatican se sont publiquement alignés sur le conseil en 2020, et l’un des principaux récits du CIC est que toutes les religions doivent s’unir aux dirigeants du capital pour construire une société et une économie qui soit « juste pour tous. »

Cette déclaration de mission est plutôt familière, car elle fait écho aux objectifs du WEF et à son concept d' »économie partagée » : Un système dans lequel vous ne posséderez rien, n’aurez aucune vie privée, emprunterez tout, serez complètement dépendant du gouvernement pour votre survie et vous  » aimerez ça. « 

En d’autres termes, le but du « capitalisme inclusif » est d’amener les masses à accepter une version relookée du communisme. La promesse sera que vous n’aurez plus à vous soucier de votre avenir économique, mais le prix à payer sera votre liberté.

Le CIC est dirigé par un groupe de leaders mondiaux qu’ils appellent « les gardiens » (non, je ne plaisante pas, c’est réel).

Parmi les membres du CIC figurent : Mastercard, Allianz, Dupont, les Nations unies, la Teachers Insurance and Annuity Association of America (TIAA), CalPERS, BP, Bank of America, Johnson & Johnson, Visa, la Fondation Rockefeller, la Fondation Ford, Mark Carney, le trésorier de l’État de Californie et de nombreuses autres entreprises dans le monde.

La liste est longue, mais ce qu’elle représente, c’est une sorte de gouvernement dirigé par les entreprises, avec un congrès de représentants d’entreprises mêlés à des dirigeants politiques souples.

L’une des principales missions du CIC a été de modifier nos modèles économiques afin de « promouvoir l’équité et l’inclusion ». De façon hilarante, les partisans du CIC soutiennent que « trop de richesses ont été accumulées entre les mains de trop peu de personnes et que cela prouve que le capitalisme existant ne fonctionne pas, alors qu’ils sont ceux-là mêmes qui ont truqué le système pour centraliser ces richesses entre leurs mains.

Ce ne sont pas des « capitalistes », c’est une aristocratie. Pensez-vous vraiment que ces gens vont construire un tout nouveau système qui ne continue pas à leur profiter ?

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi le Pape a poussé l’idéologie wok, l’alarmisme climatique et la rhétorique de la religion unique en conflit avec la doctrine chrétienne traditionnelle, voici pourquoi – Il suit les dictats du CIC.

Une autre mission du CIC est d’imposer le contrôle et la taxation du carbone au nom du « changement climatique » dans le but d’atteindre des émissions « nettes zéro« . Comme nous le savons tous, le zéro carbone net sera impossible sans un bouleversement complet de notre économie et de notre industrie, ainsi que la mort de milliards de personnes dans le processus.

C’est un scénario irréalisable, et c’est pourquoi il est parfait pour les mondialistes. Les humains sont les ennemis de la Terre, affirment-ils, et nous devons donc laisser les élites contrôler chacun de nos actes pour nous assurer que nous ne détruisons pas la planète et nous-mêmes, et le processus ne s’arrêtera jamais car il y aura toujours des émissions de carbone à gérer.

Les membres du CIC, dont le directeur de la Bank of America, suggèrent ouvertement qu’ils n’ont pas vraiment besoin de la coopération des gouvernements pour atteindre leurs objectifs. Ils affirment que les entreprises peuvent mettre en œuvre la plupart des mesures d’ingénierie sociale sans aide politique. En d’autres termes, c’est la définition même du « gouvernement de l’ombre » – une cabale massive d’entreprises qui travaillent en tandem pour mettre en œuvre des changements sociaux sans aucune surveillance. Comme indiqué, nous l’avons déjà vu avec la propagation de l’idéologie woke par des centaines, voire des milliers d’entreprises travaillant comme une ruche.

Le CIC est-il la forme finale du gouvernement mondial ? Non, probablement pas. Mais il en est le début : un gouvernement par les entreprises et les élites financières pour les entreprises et les élites financières. Il contourne toute représentation politique, tout contrôle et équilibre et toute participation des électeurs. Ce sont les conglomérats et leurs partenaires qui prennent les décisions pour notre société de manière unilatérale et centralisée. Et, puisque les grandes entreprises agissent comme si elles étaient séparées du gouvernement plutôt que partenaires du gouvernement, elles peuvent prétendre qu’elles sont autorisées à faire ce qui leur plaît.

Cependant, les entreprises et les mondialistes montrant de plus en plus leur vrai visage et agissant comme s’ils devaient être aux commandes, le public doit leur demander des comptes comme s’ils faisaient partie du gouvernement. Et s’il s’avère qu’ils sont autoritaires et corrompus, ils doivent être renversés comme toute autre dictature politique.

Par Brandon Smith, Rédacteur invité


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.