Dr. Schavi – Le soi de l’âme

Il y a beaucoup de discussions dans ces lignes de temps intenses sur Terre/Gaïa sur le besoin de se connecter avec l’ÂME – notre Soi Supérieur. Explorons cette sagesse mystique. Le mot « ÂME » est exprimé dans de nombreuses langues.

Par exemple, dans l’ancien Medu Neter, c’est le mot « BA » et il était représenté comme un oiseau volant haut. En sanskrit, c’est le mot « Atman ».

En arabe, c’est le mot « Nafs », et en hébreu, c’est « Nefesh ».

Dans la TABLETTE EMERALE écrite par Tehuti (Thot), traduisant le Medu Neter en anglais, nous trouvons cet enseignement : « L’ÂME a la conscience, l’intellect et l’immortalité ».

En dehors du vaisseau physique, l’ÂME est une essence immatérielle, et « essence » est une vibration – une oscillation ou un mouvement d’énergie ou de force vitale.

Certaines personnes associent le mot « essence » à « parfum », mais même celui-ci a une vibration qui provoque une sensation particulière.

Ainsi, l’ÂME est un « dépôt » d’énergie (force vitale) et une maison d' »enregistrements » et est en alignement à tout moment avec le DIVIN, à moins que les gens ne choisissent consciemment de s’en déconnecter, ce qui est permis par le libre arbitre.

Un « dépôt », comme mentionné ci-dessus, est l’endroit où l’on confie quelque chose qui a de la valeur.

Conscience de l’âme

Être en « alignement » avec quelque chose, c’est être « du côté de » ou « en harmonie » avec lui.

Les « enregistrements » sont des faits connus du son, de la vue et des actes. Par conséquent, notre ÂME est éternelle – elle est née de la SOURCE – et constitue notre véritable FORCE DE VIE.

Elle peut avoir « Tihar » (un mot hébreu pour « Brillance ») ou elle peut avoir « Klippot » (un mot hébreu pour « Chaos », « Désharmonie ») – la même définition que l’ancien mot Medu Neter « Isfet ».

Ainsi, l’ÂME fait des choix. Ce n’est notre Soi supérieur que lorsque nous sommes réellement ancrés « consciemment » à la Source, et pas seulement parce que nous avons un vaisseau physique.

Le mot « Esprit » est aussi souvent utilisé pour exprimer la FORCE DE VIE. Il vient du terme latin « spiritus » qui se traduit par « souffle ».

Nous absorbons de l’oxygène par la respiration, mais c’est encore plus que cela.

Nous pouvons inspirer la FRÉQUENCE DE LA SOURCE par notre respiration, et donc, en ce sens, la SOURCE respire en nous.

La SOURCE étant l’INFINIE PRESENCE, et donc immortelle, notre ÂME et notre ESPRIT le sont également, et nous sommes effectivement l’ÂME et l’ESPRIT de la LUMIÈRE ÉTERNELLE (encore une fois, cependant, seulement si nous choisissons de l’être).

Cela signifie-t-il qu’il existe des personnes qui se promènent sans âme ? Non.

Cela illustre le fait qu’il y a des personnes qui se sont déconnectées de leur ESSENCE DIVINE originelle, ce qui se manifeste par des pensées, des sentiments, des paroles et des actions disharmonieuses. L’ÂME est devenue « désordonnée ».

Royaume divin

Il y a des moments, parce que nous sommes sur une planète qui est engluée dans le chaos « 3d » qui est en train d’être nettoyé, où nous pouvons avoir des pensées et des sentiments de disharmonie à cause d’une situation ou d’un événement – soit global, soit national, soit individuel.

Cependant, si nous sommes habituellement le genre de personne qui est en contact quotidien avec la SOURCE par le biais de rituels sacrés tels que la prière, la méditation, le chant de mantras, etc., alors nous pouvons revenir en alignement avec la FRÉQUENCE DE LA SOURCE, et en fait, la SOURCE nous aide à le faire.

Ainsi, la volonté de « SA » devient notre volonté. Cependant, lorsque les gens insistent pour rivaliser avec la SOURCE, soit parce qu’ils ne croient pas en « LUI », soit parce qu’ils pensent être une création spéciale destinée à gouverner le monde d’une manière ou d’une autre, c’est là que les haines surgissent, que les guerres commencent, que la famine est provoquée, que la toxicité de l’eau, du sol et de l’air se développe en raison d’une mauvaise utilisation de la nature.

La FORCE DE VIE s’épuise. La FRÉQUENCE DE LA SOURCE supprime « SON », qui a commencé par le libre arbitre de l’homme, de « LUI ».

La SOURCE ne s’impose à personne, mais « ELLE » offre des possibilités de transfert de conscience, d’élévation vers une CONNAISSANCE SUPÉRIEURE – la sagesse des royaumes divins.

Nos vaisseaux physiques sont des « combinaisons planétaires » particulières, composées des substances mêmes des étoiles de notre système solaire, qui nous permettent de naviguer dans ce royaume matériel.

Ils sont de différentes couleurs, formes, épaisseurs, textures de cheveux, etc.

C’est une triste vérité que l’histoire humaine s’est séparée des autres à cause de ces différentes couleurs, formes, etc. et la SOURCE n’est pas satisfaite.

Comme le dit un verset du SAINT QU’RAN : « Je vous ai rendus différents pour que vous vous connaissiez et ne vous méprisiez pas les uns les autres ».

Bien sûr, un jugement sain, l’autodiscipline et le discernement sont nécessaires dans les affaires quotidiennes, car même ceux-ci aident au développement spirituel en ces temps du « Crépuscule du « Kali Yuga » (l' »Âge du Chaos ») comme discuté dans les écritures védiques.

Le mystique et kabbaliste italien Rabbi Moïse Luzzatto a enseigné un jour : « Il existe une façon d’acquérir des connaissances appelées « ruach ha-kadosh » (Saint-Esprit) qui concernent les événements futurs et les secrets cachés ».

La lettre REISH est liée à « ruach ha-kadosh » car elle vibre à la CONSCIENCE SUPÉRIEURE – l’ÂME. Alors que nous réfléchissons aux événements qui se produisent sur notre planète ainsi qu’aux forces cosmiques qui envoient d’énormes quantités de LUMIÈRE telles que les éruptions solaires, les éjections de masse coronale, etc., considérons notre connexion à la SOURCE.

Considérons donc notre ÂME. Réalisons également que tous les textes sacrés (bien que l’humanité en ait altéré beaucoup en y ajoutant des concepts culturels particuliers qui n’ont rien à voir avec la RÉVÉLATION DIVINE) contiennent la CONNAISSANCE DIVINE – certains plus que d’autres.

Comme l’enseigne un ancien proverbe chinois qui a été donné dans des articles précédents : « Il y a de nombreux chemins pour gravir la montagne, et quand on arrive au sommet, on voit tous la même Lune ».

Le chemin vers le sommet

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

1 Comment

Les commentaires sont fermés.