Cogiito – C’est à l’hôpital qu’ils ont assassiné les non vaccinés COVID…

J’ai de mes ancêtres hongrois l’œil perçant de l’aigle mongol et l’habilité au combat, ma lutte est mon sang, mon combat est le vôtre, la maladresse dans la lutte c’est ce que vous ne comprenez pas et que vous croyez voir sans savoir…

Cliquez sur ce LIEN si vous ne voyez pas la vidéo.

Je trouve ma démonstration aussi simpliste que la leur, nous utilisons les mêmes moyens de persuasion, je déclare la vérité, eux surfent sur la vague du mensonge et celle de la désinformation au quotidien en m’accusant de les imiter, mais la vérité n’a rien de commun avec le mensonge, elle s’inscrit dans l’esprit des hommes et leurs mensonges s’inscrit dans la pierre pour faire croire qu’elle a existé, jadis.

Je ne porte aucune peinture de guerre, aucun tatouage tribal la vérité n’a jamais besoin d’artifices, eux sont grimaçants, car le mensonge brule la langue et l’âme en pâtit. Ce sont des écorcheurs de bêtes humaines, assemblant des pyramides de corps après avoir fait la promotion des vaccins, ils dressent de fervents buchers partout où ils le peuvent et ils nous culpabilisent à cause d’un réchauffement cosmique contre lequel personne ne peut rien changer.

Les bruleurs de cadavres les plus ineptes de leur temps, sont aujourd’hui les membres de la bande au Sodomite Macaron et à son singe domestique qui tente de se faire passer pour une guenon avec tout de même une bite et des couilles c’est la particularité des dirigeants de ce monde placés là où l’a souhaité l’odieux nazi du Forum économique, le grand prêtre de la Sodome moderne à l’idolâtrie succincte et à l’amour du sacrilège. 

Père de tous les vices, de la colère à la luxure, il utilise le sexe tordu pour appeler les démons des dimensions cachées et se sert de la souffrance de ses victimes pour les faire venir dans notre monde pour qu’ils deviennent le leur.

J’ai en horreur ces monstres destructeurs de la vie, de toute la société humaine telle que nous la connaissions. Tous ceux et celle qui avaient de beaux métiers et des savoir-faire maitres et ouvriers, paysans, sont détruits par les ignobles.

La main à la plume vaut autant que la main à l’épée. Ces criminels me dégoutent comme des châtrés : moi, je suis intact, et même sali, je resterai humain, car la vérité n’a pas de limite dans l’existence des hommes.

Philippe A. Jandrok

Publication originale et sources

Cliquez sur l’image

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.