Cogiito – Le Biolab du Pentagone en Ukraine a été exposé en train de réaliser des expériences biologiques sur des soldats locaux

Des documents internes ayant fait l’objet d’une fuite ont été publiés, prouvant que le Pentagone a mis en place des laboratoires biologiques top secrets en Ukraine et qu’il a réalisé des expériences biologiques sur des soldats ukrainiens, tout en garantissant une indemnisation légale complète en cas de décès ou de blessures.

Alors que les médias grand public et les vérificateurs de faits continuent de prétendre que les laboratoires biologiques du Pentagone en Ukraine n’existent pas, de nouvelles preuves continuent de faire surface, indiquant leur manipulation à travers les médias pour cacher la vérité.

ALORS QUE LES ÉTATS-UNIS PRÉVOIENT D’ACCROÎTRE LEUR PRÉSENCE MILITAIRE EN EUROPE DE L’EST POUR « PROTÉGER LEURS ALLIÉS CONTRE LA RUSSIE », DES DOCUMENTS INTERNES MONTRENT CE QUE LA « PROTECTION » PARRAINÉE PAR ANTHONY FAUCI ET LA « DÉFENSE » DU PENTAGONE SIGNIFIENT CONCRÈTEMENT.

Le Pentagone a mené des expériences biologiques à l’issue potentiellement mortelle sur 4 400 soldats en Ukraine et 1 000 soldats en Géorgie. Selon les documents divulgués, tous les « décès de volontaires » doivent être signalés dans les 24 heures (en Ukraine) et les 48 heures (en Géorgie).

Les deux pays sont considérés comme les partenaires les plus loyaux des États-Unis dans la région, un certain nombre de programmes du Pentagone étant mis en œuvre sur leur territoire.

L’un de ces programmes est le programme d’engagement biologique de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), doté d’un budget de 2,5 milliards de dollars, qui comprend des recherches sur les agents biologiques, les virus mortels et les bactéries résistantes aux antibiotiques étudiés sur la population locale.

Le projet GG-21 : « Tous les décès de volontaires seront rapidement signalés »

Par Dilyana Gaytandzhieva : Le Pentagone a lancé un projet d’une durée de 5 ans avec une extension possible jusqu’à 3 ans, nom de code GG-21 : 

« INFECTIONS TRANSMISES PAR DES ARTHROPODES ET ZOONOSES PARMI LE PERSONNEL MILITAIRE EN GÉORGIE. »

Selon la description du projet, des échantillons de sang seront prélevés sur 1 000 recrues militaires au moment de leur examen physique d’enregistrement à l’hôpital militaire géorgien situé à Gori.

Les échantillons seront soumis à des tests de détection d’anticorps contre quatorze agents pathogènes :

  • Bacillus anthracis
  • Brucella
  • Virus CCHF
  • Coxiella burnetii
  • Francisella tularensis
  • Hantavirus
  • Espèce Rickettsia
  • Virus de la TBE
  • Espèces de Bartonella
  • Espèce Borrelia
  • Espèce Ehlrichia
  • Espèces Leptospira
  • Salmonella typhi
  • WNV

La quantité de sang prélevée sera de 10 ml. Les échantillons seront conservés indéfiniment au NCDC (Lugar Center) ou à l’USAMRU-G et des aliquotes pourront être envoyés au siège du WRAIR aux États-Unis pour de futures études de recherche.

Le Walter Reed Army Institute of Research (WRAIR) est le plus grand établissement de recherche biomédicale administré par le ministère de la Défense des États-Unis. Les résultats de l’analyse sanguine ne seront pas communiqués aux participants à l’étude.

Une telle procédure ne peut entraîner la mort. Cependant, selon le rapport du projet, 

« TOUS LES DÉCÈS DE VOLONTAIRES SERONT RAPIDEMENT SIGNALÉS (GÉNÉRALEMENT DANS LES 48 HEURES SUIVANT LA NOTIFICATION DU PI) » 

À L’HÔPITAL MILITAIRE DE GÉORGIE ET AU WRAIR.

Selon le rapport du projet GG-21, « tous les décès de volontaires seront rapidement signalés » à l’hôpital militaire géorgien et au WRAIR, aux États-Unis.

Selon le rapport du projet GG-21, « tous les décès de volontaires seront rapidement signalés » à l’hôpital militaire géorgien et au WRAIR, aux États-Unis.

Les échantillons de sang des soldats seront stockés et testés au Centre Lugar, une installation financée par le Pentagone à hauteur de 180 millions de dollars, située à Tbilissi, la capitale de la Géorgie.

Le centre Lugar est devenu célèbre ces dernières années en raison d’activités controversées, d’incidents de laboratoire et de scandales liés au programme de traitement de l’hépatite C du géant américain Gilead en Géorgie, qui a entraîné la mort d’au moins 248 patients. Dans la majorité des cas, la cause du décès est inconnue, selon des documents internes.

Le projet géorgien GG-21 a été financé par le DTRA et mis en œuvre par des scientifiques militaires américains appartenant à une unité spéciale de l’armée américaine dont le nom de code est USAMRU-G et qui opère dans le centre Lugar. Ils ont reçu l’immunité diplomatique en Géorgie pour mener des recherches sur les bactéries, les virus et les toxines sans être des diplomates. Cette unité est subordonnée au Walter Reed Army Institute of Research (WRAIR).

Le Lugar Center est le biolaboratoire financé par le Pentagone à hauteur de 180 millions de dollars, situé à Tbilissi, la capitale de la Géorgie.

Une voiture diplomatique avec une plaque d’immatriculation de l’ambassade des États-Unis à Tbilissi dans le parking du Centre Lugar. Les scientifiques américains travaillant au laboratoire du Pentagone en Géorgie conduisent des véhicules diplomatiques car ils bénéficient de l’immunité diplomatique.

Des documents obtenus auprès du registre des contrats fédéraux américains montrent que l’USAMRU-G étend ses activités à d’autres alliés des États-Unis dans la région et « établit des capacités expéditionnaires » en Géorgie, en Ukraine, en Bulgarie, en Roumanie, en Pologne, en Lettonie et dans d’autres endroits à venir. Le prochain projet de l’USAMRU-G impliquant des tests biologiques sur des soldats doit commencer en mars de cette année à l’hôpital militaire bulgare de Sofia.

Projet UP-8 : Tous les décès de participants à l’étude doivent être signalés dans les 24 heures

L’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) a financé un projet similaire impliquant des soldats en Ukraine dont le nom de code est UP-8 : la propagation du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHC) et des hantavirus en Ukraine et le besoin potentiel de diagnostic différentiel chez les patients suspectés de leptospirose. Le projet a débuté en 2017 et a été prolongé à plusieurs reprises jusqu’en 2020, selon des documents internes.

Selon la description du projet, des échantillons de sang seront prélevés sur 4 400 soldats en bonne santé à Lviv, Kharkov, Odesa et Kiev. 4 000 de ces échantillons seront testés pour détecter la présence d’anticorps contre les hantavirus, et 400 d’entre eux – pour détecter la présence d’anticorps contre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHC). Les résultats des tests sanguins ne seront pas communiqués aux participants à l’étude.

Il n’y a aucune information sur les autres procédures qui seront effectuées, si ce n’est que « les incidents graves, y compris les décès, doivent être signalés dans les 24 heures. Tous les décès de sujets d’étude dont on soupçonne ou dont on sait qu’ils sont liés aux procédures de recherche doivent être portés à l’attention des comités de bioéthique aux États-Unis et en Ukraine ».

Le DTRA a alloué 80 millions de dollars à la recherche biologique en Ukraine à compter du 30 juillet 2020, selon les informations obtenues auprès du registre des contrats fédéraux américains. La société américaine Black &Veatch Special Projects Corp. est chargée de ce programme.

Un autre contractant du DTRA opérant en Ukraine est CH2M Hill. La société américaine a obtenu un contrat de 22,8 millions de dollars (2020-2023) pour la reconstruction et l’équipement de deux biolaboratoires : l’Institut de recherche scientifique d’État de diagnostic de laboratoire et d’expertise vétérinaire-sanitaire (Kyiv ILD) et le Laboratoire régional de diagnostic du Service d’État ukrainien pour la sécurité alimentaire et la protection des consommateurs (Odesa RDL).

Le personnel américain est indemnisé pour les décès et les blessures de la population locale.

Les activités du DTRA en Géorgie et en Ukraine sont protégées par des accords bilatéraux spéciaux. En vertu de ces accords, la Géorgie et l’Ukraine doivent dégager de toute responsabilité, ne pas engager de poursuites judiciaires et indemniser les États-Unis et leur personnel, les contractants et le personnel des contractants, en cas de dommages matériels, de décès ou de blessure de toute personne en Géorgie et en Ukraine, résultant des activités menées dans le cadre de cet accord.

Si les scientifiques parrainés par le DTRA causent des décès ou des blessures à la population locale, ils ne peuvent être tenus pour responsables.

EN OUTRE, CONFORMÉMENT À L’ACCORD ENTRE LES ÉTATS-UNIS ET L’UKRAINE, LES RÉCLAMATIONS DE TIERS POUR DES DÉCÈS OU DES BLESSURES EN UKRAINE, RÉSULTANT D’ACTES OU D’OMISSIONS DE TOUT EMPLOYÉ DES ÉTATS-UNIS EN RAPPORT AVEC LES ACTIVITÉS MENÉES DANS LE CADRE DE CET ACCORD, SERONT À LA CHARGE DE L’UKRAINE.

https://www.anguillesousroche.com/etats-unis/le-biolab-du-pentagone-en-ukraine-a-ete-expose-en-train-de-realiser-des-experiences-biologiques-sur-des-soldats-locaux/

Publication originale


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.