Cogiito – Mortalité massive: près de 180 000 sont morts dans les 60 jours suivant la vaccination contre le COVID-19 – le bureau des statistiques en Angleterre fait un aveu stupéfiant

Par Belle Carter : L’Office for National Statistics (ONS) d’Angleterre a révélé qu’un total de 69 466 personnes sont décédées dans les 28 jours et 178 874 personnes sont décédées dans les 60 jours après s’être fait injecter le vaccin contre le coronavirus Wuhan (COVID-19) entre janvier 2021 et mars 2022.

L’ONS a publié les données sur les décès par statut vaccinal le 16 mai. Le rapport comprenait un graphique intitulé “Nombre de décès dans les 28 jours suivant la vaccination contre le COVID-19 en Angleterre”.

Le total des décès a été ventilé en 7 953 personnes décédées positives au virus et 61 513 personnes décédées pour d’autres causes dans les 28 jours suivant la vaccination. Au cours de la même période, un total de 14 049 personnes sont mortes du coronavirus et un total de 164 825 personnes sont décédées d’autres causes dans les 60 jours suivant la vaccination.

Ces données ont été publiées à la suite de dizaines de demandes d’accès à la liberté d’information adressées à diverses institutions gouvernementales, qui souhaitaient connaître le nombre de personnes décédées après avoir reçu les vaccins. (Voir aussi : Les CDC cachent les données du COVID au public afin de blanchir le récit malhonnête du COVID).

En outre, le rapport de surveillance des vaccins de l’Agence britannique de sécurité sanitaire indique que 92 % de tous les décès liés à la pandémie survenus en Angleterre en mars se sont produits dans la population vaccinée.

Les gouvernements ont manipulé les données pour accentuer la pandémie de COVID-19

Le Dr Norman Fenton, professeur de gestion de l’information sur les risques à l’université Queen Mary de Londres, a critiqué les gouvernements du monde entier pour avoir manipulé les données relatives à la pandémie de COVID-19 lors de son intervention dans le podcast “The Defender”.

“Il était clair dès le départ que la plupart des données publiées par les gouvernements – pas seulement le gouvernement britannique, mais la plupart des gouvernements dans le monde – étaient trompeuses parce qu’elles étaient basées sur des statistiques très facilement manipulables”,

a déclaré Fenton à l’animateur Robert F. Kennedy, Jr.

https://childrenshealthdefense.org/defender/officials-manipulated-covid-data-mathematician-tells-rfk-jr/

pandora XI disponible sur
cogiito.com et sur Amazon

Tout au long de la pandémie, M. Fenton a examiné de près et critiqué la manière dont les responsables ont utilisé les données pour prendre des décisions sur les fermetures, les tests et les vaccins.

Il a souligné que l’on s’est empressé de tirer des conclusions, qui étaient en quelque sorte fondées sur des données trop simplistes concernant le nombre de cas et de décès. Le problème est que ces données ont été très facilement utilisées par les personnes influentes et les décideurs pour répondre à des récits particuliers qui ont exagéré l’ampleur de la crise.

L’équipe de Fenton a publié certaines des premières recherches fournissant des estimations plus précises sur le taux d’infection par rapport au taux de mortalité par rapport aux estimations officielles qui, selon lui, étaient basées sur des données erronées. Ces recherches ont montré que le virus était plus répandu qu’on ne le pensait, mais qu’il était loin d’être aussi dangereux qu’on le prétendait.

Plus loin dans l’émission, il a également abordé certaines préoccupations concernant les tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR) défectueux.

“On nous a d’abord fait croire que le test PCR était un test de diagnostic précis.

Mais plus tard, bien sûr, nous avons découvert que ce n’était pas vrai Et l’impact de cette découverte a été catastrophique”,

a-t-il déclaré.

L’utilisation des tests PCR était également malavisée, car ces tests sont intrinsèquement frauduleux et n’ont jamais été prévus ou conçus pour servir d’outil de diagnostic de la maladie.

M. Kennedy a abondé dans le même sens, affirmant que l’ampleur de la pandémie a été énormément amplifiée par l’utilisation abusive du test PCR. Il a ajouté que les informations concernant les décès consécutifs à la vaccination ont également été manipulées dans le cadre de l’affirmation officielle selon laquelle le vaccin était le seul moyen d’empêcher les gens de tomber gravement malades et de mourir.

Les données ajustées pour tenir compte des erreurs de classification montrent un pic de mortalité peu après la vaccination.

“Maintenant, bien sûr, il se pourrait bien qu’il s’agisse de personnes qui sont effectivement gravement immunodéprimées.

Il se peut également que la vaccination ne fasse qu’avancer le décès, qui serait de toute façon survenu peu de temps après”,

a déclaré M. Kennedy.

Il n’en reste pas moins que des centaines de milliers, voire des millions de personnes sont mortes peu de temps après avoir reçu une injection du vaccin COVID-19.

Publication originale et sources

Cliquez sur l’image

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.