De la conscience du cœur à celle de l’âme

En méditation, il me semble que je viens de prendre place dans la salle de la conscience centrée sur le cœur, me mettant à peine à l’aise avec ce sentiment de compassion qui semble être l’air même que l’on respire à ce niveau de conscience.

Cette grande compassion qui ouvre tant le cœur… si tendre, si légère… si vulnérable, si exposée à tous les sentiments.

Comment se fait-il que nous ressentions avec une telle tendresse chaque nuance de la blessure qu’une autre personne éprouve ? C’est ici que nous voyons avec une telle clarté tout ce qui était auparavant caché par le voile de la séparation.

C’est là que nous voyons que toutes les blessures qui nous ont été adressées étaient un bouclier qui cachait les blessures de celui qui les avait infligées. Nous pouvons le voir si clairement. Et en le percevant, nos propres blessures se dissolvent, parce que maintenant nous comprenons.

Ce n’est que maintenant que je commence à me sentir à l’aise dans cette perspective du cœur. Je me demande : « Qu’est-ce que cela fait de vivre notre vie consciemment au niveau de l’âme, de façon continue et quotidienne ? »

Sommes-nous prêts à franchir cette étape ? Nous sommes certainement toujours appelés à aller de l’avant. En tant que leaders, nous sommes appelés à être à la pointe du progrès, à toujours ouvrir la voie pour que d’autres la suivent.

Je me souviens, il y a des années, de ma première « rencontre » avec la conscience du niveau de l’âme. Je participais à une retraite d’enseignements métaphysiques avancés. Nous avions fait un travail de méditation assez profond pendant quelques jours.

Au cours de l’une de ces séances de méditation, on nous a demandé de nous élever au niveau de la conscience de l’âme. Là, on nous a demandé d’ouvrir les yeux et de regarder autour de nous.

Qu’avons-nous vu ? (Réalisez que nous étions en pleine méditation. Lorsque nous « ouvrons les yeux » en méditation, ce ne sont pas les yeux physiques qui s’ouvrent).

Lorsque j’ai ouvert mes yeux intérieurs, j’ai vu les formes de nombreuses personnes. Je ne voyais pas de traits spécifiques, mais je pouvais voir et sentir la forme humaine de centaines de personnes.

En continuant à « regarder » de plus près, j’ai soudain pu voir les yeux de toutes les personnes présentes. Ils me regardaient tous en retour. ILS AVAIENT TOUS MES YEUX !

Oh, mon Dieu ! Le concept selon lequel « chaque personne que vous rencontrez est un autre vous-même » a pris une toute autre signification. L’idée que nous ne faisons qu’un est devenue vraie au sens littéral du terme.

L’idée que lorsque nous blessons quelqu’un, nous nous blessons nous-mêmes est devenue très réelle.

Chacun aura sa propre expérience du niveau de conscience de l’âme. Nous percevons tous à partir de notre propre identité conceptuelle. Mon expérience, à coup sûr, a été de démontrer ce niveau d’unité de conscience.

La conscience de l’âme est également connue sous le nom de Soi supérieur. Ce terme est peut-être plus confortable parce qu’il est plus personnel. C’est la partie de vous qui est la sagesse.

C’est cette partie de vous qui réside dans la paix que le monde ne connaît pas. Nous avons tous eu un certain degré de contact avec cette partie de nous-mêmes.

Lorsque Owen et moi étions en Grèce, nous avons gravi les marches de l’Acropole et, alors que nous arrivions au sommet, que nous nous rendions au bord et que nous regardions la ville tentaculaire d’Athènes, les mots suivants sont sortis de ma bouche : « Oh, mon Dieu ! Regardez comme elle a grandi ! »

Ce qui est intéressant, c’est que je n’étais jamais allé à Athènes auparavant… enfin, pas dans cette vie. Mais le Soi supérieur y était manifestement allé à une époque antérieure et s’en souvenait.

Il vous est peut-être arrivé aussi de prononcer des paroles prophétiques qui semblaient sortir de nulle part, vous faisant regarder autour de vous en vous demandant : « Qui a dit cela ? »

Oui, nous avons tous fait l’expérience d’un certain degré de Soi supérieur, même si les paroles de sagesse sont tombées de notre bouche sans que nous le sachions !

Cependant, il sera très différent de commencer à vivre à partir de ce domaine de conscience. La profondeur et l’étendue de cette « demeure » sont envoûtantes.

Dreama Vance

Ce contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

A propos de Giuseppe 18768 Articles
L'amour comme but ultime !