Des dizaines de milliers d’enfants autochtones découverts dans 50 fosses communes d’écoles gérées par le gouvernement

Ce n’est un secret pour personne que les États-Unis d’Amérique ont une histoire profondément sombre et inquiétante en ce qui concerne la façon dont les Amérindiens ont été traités dans ce pays.

Après avoir éliminé une grande partie des populations indigènes à cause des maladies européennes, le gouvernement fédéral a entrepris d’assimiler de force la population restante dans des institutions gouvernementales.

Aux 19e et 20e siècles, des centaines d’écoles fédérales ont été créées dans tout le pays, dans lesquelles les enfants autochtones étaient arrachés à leurs familles et à leurs tribus pour être rééduqués au mode de vie américain. Dans ces établissements, des dizaines de milliers d’enfants ont été victimes d’abus physiques et sexuels, les « enseignants » les obligeant à parler, à s’habiller et à se comporter en « Américains ».

Dans ces pensionnats, on interdisait aux enfants de parler leur langue amérindienne et on les forçait à s’assimiler à la société. Les sévices qu’ils subissaient de la part du personnel étaient souvent mortels et nombre de ces écoles ont commencé à creuser des fosses communes en conséquence.

Une nouvelle étude menée par le ministère de l’intérieur nous a donné un aperçu de la nature profondément inquiétante de ces écoles. L’étude a trouvé plus de 50 sites d’enterrement, dans lesquels ils soupçonnent que des dizaines de milliers d’enfants autochtones ont été enterrés – et ils s’attendent à ce que ce nombre augmente.

L’étude est loin d’être terminée, mais certaines de ses conclusions sont publiées alors qu’elles se concentrent sur l’identification des enfants et de leurs affiliations tribales.

« Les conséquences des politiques fédérales en matière de pensionnats indiens – notamment le traumatisme intergénérationnel causé par la séparation familiale et l’éradication culturelle infligée à des générations d’enfants âgés d’à peine quatre ans – sont déchirantes et indéniables », a déclaré Deb Haaland, la secrétaire d’État à l’Intérieur, dans un communiqué.

L’étude a révélé que des centaines d’écoles, gérées et financées par le gouvernement fédéral, fonctionnaient dans 37 États, dont beaucoup en Oklahoma, en Arizona et au Nouveau-Mexique.

Le gouvernement américain gérait plusieurs centaines de ces écoles tout en finançant les églises catholiques, protestantes et autres qui géraient leurs propres écoles pour « civiliser » les Amérindiens.

« Ma priorité est non seulement de donner une voix aux survivants et aux descendants des politiques fédérales en matière de pensionnats indiens, mais aussi d’aborder les héritages durables de ces politiques afin que les peuples autochtones puissent continuer à grandir et à guérir », a déclaré Haaland.

Haaland, qui est de Laguna, a déclaré qu’ils ont trouvé 53 fosses communes d’enfants qui sont morts ou ont été tués dans les installations gouvernementales. Le nombre d’enfants enterrés dans ces tombes pourrait s’élever à des « dizaines de milliers », selon l’étude.

« Beaucoup de ces enfants ont été enterrés dans des sites funéraires non marqués ou mal entretenus, loin de leurs tribus indiennes, des villages amérindiens de l’Alaska, de la communauté amérindienne hawaïenne et de leurs familles, souvent à des centaines, voire des milliers de kilomètres », indique le rapport.

Ce n’était rien de moins qu’un génocide et il s’est produit dans ce pays, parrainé et exécuté par ce gouvernement.

Bien que le régime américain actuel tente de mettre en place une commission de vérité et de guérison afin de rétablir la situation, les Amérindiens des États-Unis doivent encore mener une bataille difficile – jusqu’à ce que nombre d’entre eux soient privés de leur droit de vote ou tués sans raison.

Les Amérindiens sont plus souvent tués par la police que tout autre groupe ethnique et leurs meurtriers échappent souvent à toute responsabilité. Comme l’a rapporté le TFTP, Brock Mrdjenovich, adjoint au shérif du comté d’Ashland, a tué par balle un enfant amérindien dans la réserve indienne de Bad River, dans le nord du Wisconsin, sans subir aucune conséquence.

Il n’est pas surprenant qu’un comté criblé de fosses communes remplies d’enfants amérindiens pense que le fait de les mettre dans des réserves et de s’excuser constitue en quelque sorte une « justice ».

Référence : TheFreeThoughtProject.com


Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.

3 Comments

  1. Plus on va en avant, plus on trouve des horreurs commise contre les enfants. L’innocence a été bafouée d’une façon horrible et incroyable. Paix à leurs Âmes.

  2. Un génocide épouvantable!…Que toutes ces petites Âmes, leurs familles, et descendants,trouvent la Paix, après toutes ces révélations!…😪💖🙏

    • Et surtout que chaque homme , femme ayant conceptualisé , décider , participer d’une manière ou d’une autre a ce génocide , a ce crime contre l’Humanité soit jugé par la CPI (coure pénale internationale) qu’ils soient condamnés aux travaux forcé a pérpétuité sur les TERRES des NATIFS , qu’ils soient déchus de leur nationalité et que tous leurs biens soient distribués aux NATIFS, qu’ont leur retirent le droit de vote , que ce Crime Historique soit intégrer aux programmes scolaire , et qu’un hommage Nationale soit inscris dans la Constitution …PRIME

Les commentaires sont fermés.