Des parents reprochent à des enseignants d’avoir endoctriné leur fille de 12 ans pour qu’elle devienne transgenre.

Des parents indignés ont exprimé leur frustration lors d’une réunion du conseil d’administration d’une école californienne, où ils ont discuté de la manière dont les enseignants du district ont tenté d’endoctriner leur fille de 12 ans en lui faisant croire qu’elle était transgenre.

[Ces malades semblent être dans toutes les écoles, et ils ont un accès direct à nos enfants pendant de nombreuses heures, tous les jours. Que pouvons-nous faire pour protéger nos enfants contre la guerre qui est menée contre leur esprit par des « élites » comme George Soros, qui a donné des centaines de millions pour promouvoir le programme transgenre ? Ils ciblent activement nos enfants chaque jour à l’école, pendant que nous sommes au travail, incapables de les protéger d’une quelconque manière. Que pouvons-nous faire ? Pensez-y aussi souvent que vous le pouvez, et je suis sûr que quelqu’un trouvera la bonne idée].

Les images de la réunion de mercredi montrent une mère en colère qui s’en prend à deux enseignants de l’école Buena Vista Middle School qui, selon elle, ont incité sa fille à se créer une identité transsexuelle secrète, avec un nom de garçon, derrière son dos.

Au cours de son discours enflammé, la mère a déclaré qu’elle n’avait pas été informée de la prétendue identité transgenre de son enfant et a accusé les enseignants d’avoir « semé des graines » de confusion de genre dans l’esprit de sa fille, leur disant : « Votre travail consistait à éduquer mon enfant en mathématiques, en sciences, en anglais, etc. Faites votre travail et laissez-moi faire le mien ».

Le père de l’enfant, Gunter Konen, a également critiqué les enseignants et le directeur de l’école lors de la réunion du conseil.

Dans un rapport publié par Epoch Times, la mère, Jessica Konen, affirme que les responsables de l’école l’ont convoquée à une réunion où elle a été informée de la nouvelle identité sexuelle « trans fluide » de sa fille.

Après avoir été bouleversée et avoir pleuré pendant la réunion, au cours de laquelle on lui a demandé de s’adresser à sa fille par un nom masculin, Mme Konen a été accusée de ne pas avoir apporté un « soutien émotionnel » à sa fille, et elle affirme que quelques jours plus tard, les services de protection de l’enfance (CPS) se sont présentés à son domicile.

Les actions des enseignants ont été révélées lors d’une réunion de l’Association des enseignants de Californie fin octobre, où ils ont été enregistrés en train d’admettre qu’ils avaient déguisé un groupe d’étudiants pro-LGBTQ, connu sous le nom de « Gay-Straight Alliance » (GSA), en « Equality Club » afin de tromper les parents conservateurs.

Selon l’Epoch Times, au cours de la conférence du CTA, qui aurait fait salle comble, des enseignants « ont montré à d’autres enseignants comment saper l’autorité des parents et des administrateurs scolaires et leur dissimuler des activités liées à l’inclusion du genre et à l’orientation sexuelle ».

La conférence comprenait également un atelier animé par deux enseignants de la Buena Vista Middle School, intitulé « How we run a ‘GSA’ in Conservative Communities » (Comment gérer une ‘GSA’ dans des communautés conservatrices), dans lequel ils ont décrit comment surmonter les obstacles posés par les parents conservateurs en dissimulant les activités réelles du club d’étudiants.

Les enseignants présents à la réunion ont également admis avoir fouillé dans l’historique des recherches et des activités en ligne des élèves, ainsi qu’avoir écouté des conversations afin de trouver des recrues LGBT appropriées.

Le rapport de l’Epoch Times a incité le district scolaire de Spreckels à publier une déclaration le mois dernier annonçant qu’il suspendrait les activités du club et réprimanderait les enseignants si nécessaire.

Sources : InfoWars.comBitChute.com


Retrouvez-moi sur Telegram, GETTR et TikTokCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.