DNews : nouvelles en continu du 27 février 2022

Un étrange objet filmé par la caméra Mastcam, à bord du rover martien de la NASA, le 13 février 2022, ressemble extérieurement à une quille de bowling. Beaucoup se sont demandés ce que pouvait être cette forme, la NASA s'étant abstenue de confirmer ce qu'il en était réellement. Certaines des suggestions les plus exotiques allaient de la quille martienne au cornet à chaussures d'un extraterrestre, en passant par le rétroviseur latéral d'une voiture Tesla.
Scott C. Waring, qui dirige le site UFO Sightings Daily, a affirmé que des objets extraterrestres peuvent être vus sur des photos prises par des rovers de Mars. Sur l'un des clichés, il a vu "une vieille botte", ce qui prouve que "la NASA cache des faits". Scott C. Waring a déclaré qu'il était "tombé sur d'anciens artefacts extraterrestres" en regardant les photos. "L'un était une vieille botte, lourde, de qualité militaire. Un autre objet était une statue d'une personne en position assise, avec les cheveux relevés. Et il y avait un visage à moitié enterré dans la terre non loin d'une autre pièce de machinerie", a-t-il écrit sur son blog. Il a affirmé que "c'est la preuve à 100 % que la NASA cache les faits au public", car l'agence s'inquiète que les gens puissent commencer "à douter de tout ce que la NASA a dit depuis sa création il y a 50 ans."
Le gouverneur républicain de Floride Ron DeSantis a attaqué Joe Biden lors de son discours à la CPAC jeudi soir, avant celui de l'ancien président Donald Trump attendu samedi. "Il y a un type qui déteste tout simplement la Floride et son nom est Joe Biden", a souligné Ron DeSantis dans un discours plutôt énergique de 20 minutes, ajoutant que "l'administration Brandon", c'est ainsi qu'il a appelé la Maison Blanche en référence au chant populaire anti-Biden, déteste cet État parce qu'il est dirigé par des républicains.
En 2008, le Zimbabwe est à un tournant. Le président Robert Mugabe et son régime à court d'argent ont reçu une somme surprise de 100 millions de dollars, qu'ils auraient utilisée pour une campagne violente visant à faire respecter le statu quo et à maintenir le Zimbabwe sur la voie d'un désastre économique dont il ne s'est toujours pas remis. Aujourd'hui, des données divulguées par le géant bancaire suisse Credit Suisse ont jeté un nouvel éclairage sur le rôle joué par la banque dans l'accord qui a sauvé Mugabe d'une défaite potentielle et bloqué une opportunité de réforme politique et économique. Les 100 millions de dollars US provenaient de la vente de droits d'exploitation de platine que le gouvernement de Mugabe s'était rapidement appropriés, puis donnés à une société appartenant à Muller Conrad "Billy" Rautenbach, un ami de longue date du régime. Selon de nombreux rapports, le régime de Mugabe a utilisé le produit de cette transaction pour financer la campagne de violence du président. Les comptes de Rautenbach au Credit Suisse sont restés ouverts pendant plusieurs mois après que les États-Unis et l'Union européenne l'ont sanctionné pour son rôle dans la subversion de la démocratie zimbabwéenne. On ne sait pas si Rautenbach les a fermés ou si la banque a agi. "Il est incroyable que le Credit Suisse ait continué à accorder des facilités bancaires à Rautenbach, compte tenu de la fureur suscitée par le don de 100 millions de dollars de la Camec à Mugabe", a déclaré Anneke van Woudenberg, directrice exécutive de l'organisme britannique de surveillance des entreprises RAID.
La plateforme de phosphate marin de Namibie est située au large, à environ 120 km au sud-ouest de Walvis Bay. Les membres de la communauté de Walvis Bay se demandent pourquoi les informations scientifiques sur l'exploitation des phosphates ne sont pas facilement accessibles au public. Cette question a été soulevée lors d'une réunion de consultation publique visant à fournir aux parties intéressées et affectées un historique du projet proposé et à les inviter à s'inscrire dans le cadre du processus d'évaluation de l'impact environnemental et social (ESIA). La licence d'exploitation minière couvre une superficie de 2 233 kilomètres carrés et est située en mer, à environ 120 km au sud-ouest de Walvis Bay.
Cinq minuscules robots mis au point par des chercheurs de l'Université nationale autonome (UNAM) partiront pour la lune en juin afin de réaliser une série de mesures lunaires sans précédent. Pesant moins de 60 grammes chacun et d'un diamètre de seulement 12 centimètres, les nano robots à deux roues, en forme de disque, parcourront plus de 380 000 kilomètres vers la lune à bord d'une fusée fournie par la société américaine Astrobotic Technology. La fusée Vulcan de United Launch Alliance serait le premier engin spatial américain à se poser sur la lune depuis près d'un demi-siècle. Au cours de leur mission d'un mois, les robots fabriqués et conçus au Mexique prendront des mesures sans précédent de la température du plasma lunaire, de l'électromagnétisme et de la taille des particules du régolithe, selon un article publié dans la gazette de l'UNAM début février.

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.