Dnews – Souveraineté à l’OMS : Carlo Maria Viganò

Pour la gestion des urgences sanitaires. DÉCLARATION ~ Carlo Maria Viganò, Archevêque – 23 mai 2022. Dans les prochains jours, les Nations qui adhèrent à l’Organisation Mondiale de la Santé voteront des résolutions concernant la gestion des pandémies par l’OMS.

Ces résolutions transféreront la souveraineté concernant la santé des citoyens à un organisme supranational largement financé par l’industrie pharmaceutique et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Si ces résolutions sont approuvées à la majorité, l’OMS disposera, en cas de pandémie, de l’autorité internationale exclusive pour imposer toutes les règles, y compris les quarantaines, les bouclages, les vaccinations obligatoires et les passeports vaccinaux.

Cela n’arrivera pas dans l’immédiat : NTD Actualités – L’OMS contrainte de reculer sur ses amendements internationaux

Giuseppe

Il ne faut pas oublier non plus que cette organisation bénéficie d’une immunité, et que ses membres ne peuvent donc être ni jugés ni condamnés s’ils commettent des crimes.

Les technocrates non élus auront paradoxalement plus de pouvoir que celui que les citoyens confèrent à leurs représentants par le biais de leur vote démocratique.

Sachant que l’abandon de souveraineté est considéré comme un crime de haute trahison par les lois de chaque nation, et que les Parlements ne peuvent légiférer contre les intérêts de la Nation, et encore moins violer les libertés naturelles et les droits fondamentaux des citoyens qu’ils représentent, Je crois qu’il n’échappera à personne que cette tentative de l’OMS de s’approprier un pouvoir qui appartient aux Nations individuelles a pour but d’empêcher toute forme d’opposition à l’Agenda 2030, qui, dans le domaine de la santé, vise également la réduction drastique des services médicaux et hospitaliers, la privatisation de l’industrie de la santé et la prévention des maladies par les vaccins.

La psychopandémie a démontré l’asservissement des gouvernants, du système politique, des médias, du pouvoir judiciaire, de l’ensemble de l’industrie médicale et même du Saint-Siège aux diktats d’un groupe de fonctionnaires d’une entité supranationale qui présente un conflit d’intérêts flagrant.

Les effets néfastes désastreux du sérum expérimental mRNA ne sont reconnus que maintenant, alors que nombreux sont ceux qui s’attendent à juste titre à ce que les responsables de ces décisions soient tenus responsables devant un tribunal indépendant.

Il semble donc pour le moins absurde de vouloir donner un pouvoir de décision contraignant à l’OMS, alors que c’est dans sa gestion de la récente pandémie d’urgence et de la campagne de vaccination que les dommages les plus importants ont été causés en termes de nombre de décès et de patients ayant subi des dommages permanents à leur santé.

En plus de l’impunité dont elle jouit pour les crimes qu’elle a commis grâce au silence des grands médias, l’OMS a également toute latitude pour répondre aux prochaines urgences qui sont manifestement planifiées par le lobby pharmaceutique.

Carlo Maria Viganò, archevêque

La marginalisation du personnel de santé qui fait appel au serment d’Hippocrate risque de devenir la norme par laquelle on élimine toute voix dissidente.

À cet égard, il est significatif que les Nations qui s’opposent au Nouvel Ordre Mondial – comme la Russie et le Brésil – soient conscientes des conséquences très graves que la ratification de ces résolutions entraînerait, et pour cette raison, elles s’opposent à leur approbation.

Au cours de son mandat, le président Trump a également envoyé un signal sans équivoque en interrompant le financement du Trésor américain à l’OMS. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’État profond a bloqué sa réélection en 2020, en soutenant un individu compromis et corrompu dont le fils Hunter est impliqué dans le financement des biolabs américains en Ukraine.

J’exprime donc mon plein soutien aux citoyens – notamment les scientifiques, les médecins et les juristes – qui dénoncent cette menace pour la souveraineté nationale des Nations adhérentes, et qui demandent que la lumière soit faite sur les événements passés et sur les conséquences que les décisions de l’OMS ont provoquées sur la santé de la population mondiale.

Je sais qui tu as cru

J’exhorte les chefs d’État et de gouvernement qui seront appelés à se prononcer sur la ratification de ces résolutions à les rejeter, car elles sont contraires au bien commun et destinées à réaliser le coup d’État mondial que l’OMS et le WEF ont planifié depuis des années sous les noms d’Agenda 2030 et de Great Reset.

La gouvernance mondiale de la santé est l’un des éléments fondamentaux du Nouvel Ordre Mondial, comme l’ont clairement indiqué des experts faisant autorité et non compromis avec le système, et en tant que telle, elle doit être rejetée et combattue.

La logique du contrôle, du profit et de la pathologisation de masse doit être remplacée par une politique de santé publique qui a pour objectif premier la santé des citoyens et la protection de leurs droits inaliénables.

Le Saint-Siège – qui est observateur permanent auprès des Nations unies et également auprès de l’OMS depuis un an – a le devoir de réaffirmer le droit des individus à accepter ou à refuser des traitements sanitaires, surtout face au danger concret d’effets indésirables, encore partiellement inconnus, de ce traitement génétique expérimental.

Et si jusqu’à présent Bergoglio et sa cabale ont cédé aux illusions de Gates, Schwab et Soros, le moment est venu pour l’Église catholique de défendre les plus faibles, les enfants à naître, les enfants et les personnes âgées sans défense, ainsi que ceux qui ont été soumis au chantage du cynisme des hommes d’affaires et des conspirateurs pour les obliger à se faire inoculer un sérum contaminé par des lignées de cellules de fœtus avortés.

Le silence conspirateur actuel du Vatican, après les déclarations hâtives qu’il a faites au début de la pandémie et son soutien honteux à BigPharma, sera imputé à la condamnation du Sanhédrin romain, qui s’est rendu complice d’un crime contre Dieu et l’homme.

Jamais dans toute l’histoire la Hiérarchie ne s’est prostituée au pouvoir temporel d’une manière aussi servile et abjecte.

Prions pour que certains évêques trouvent le courage de se distancer de la ligne collaborationniste de Bergoglio et trouvent les mots pour ouvrir les yeux de ces braves gens qui ont été jusqu’ici trompés par la propagande mondialiste.

Je sais qui vous avez cru

Aujourd’hui

Il n’y a que deux jours dans l’année où l’on ne peut rien faire. L’un s’appelle Hier et l’autre s’appelle Demain. Aujourd’hui est le bon jour pour aimer, croire, faire et surtout vivre.

Dalaï Lama

Retrouvez-moi sur Odysee, Telegram et GETTRCe contenu ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement mon opinion.